Politique

Restitution d'une étude sur la mise en place des dispositifs participatifs de gouvernance locale auprès de la CUN et des communes

Nouakchott,  18/05/2010
comment définir les mécanismes de la gouvernance participative au niveau de la communauté urbaine de Nouakchott (CUN) et définir les outils locaux de cette approche au sein des communes ? Tels sont les principaux objectifs d'une étude dont les travaux de restitution ont débutés, mardi à Nouakchott.

Le document élaboré par le Centre Mauritanien d'analyse de politique (CMAP) se propose d'établir un lien dynamique entre les populations locales et les élus en mettant fin au formalisme institutionnel qui lie les communes aux citoyens.

L'étude démontre que la réalisation de cet objectif passe nécessairement par la formulation de dispositifs institutionnels cadrant avec les besoins des collectivités locales nouakchottoises, avec bien entendu l'élaboration de documents de références servant de base à la création de structures consultatives et l'établissement d'un partenariat entre les citoyens et les élus locaux.

Au niveau de l'appui à la CUN, l'étude suggère la création d'un conseil consultatif stratégique (CCS) en tant qu' instance consultative chargée de conseiller et d'assister le président dans la définition de la politique urbaine de la ville. Cet organe apolitique est composé de 15 membres connus pour leur expertise et leurs compétences. L'étude précise, en outre, que la mise en place des instances de proximité est devenue impérative de nos jours dans la mesure où elle permet de corriger les lacunes de la politique de décentralisation et favorise une interaction entre les élus locaux et les citoyens.

Au sujet des outils locaux de la gouvernance participative, l'étude met l'accent sur la nécessité de réhabiliter l'action municipale et la mise en place de conseils de quartier.

Elle souligne que ces instances ont pour vocation d'aider et d'assister les élus locaux dans la définition d'une politique communale. Cette structure dénommée conseil inter quartier a pour objectif de pallier aux limites de la politique de décentralisation et jouit de l'avantage d'échapper aux alternances municipales.

Les interrogations des participants représentant les différents acteurs concernés par la question ont portés essentiellement sur les critères et procédures du choix des membres de ces instances en dehors des considérations politiques et la portée des interventions opérées au niveau institutionnel. Ils ont (les participants), cependant, été unanimes sur l'importance de ces instances et leur rôle dans la promotion de l'action communale.

En réponse à ces interrogations, le président de la CUN a rassuré les intervenants par rapport à leur crainte relatives à la possibilité de voir ces objectifs déviés pour des raisons politiques et affirmé sa détermination à suivre de prêt la mise en place de ces instances.

Les responsables du CMAP ont, quand à eux, fait de leur mieux pour édifier les intervenant sur les contours de l'étude et son impact éventuel sur le renforcement des relations entre les élus locaux et les citoyens.

AMI


Dernière modification : 18/05/2010 18:51:26