Activités parlementaires

Lancement du Forum parlementaire de soutien et d’automatisation de la langue arabe

Nouakchott,  23/12/2021
Les travaux du Forum parlementaire de soutien et d’autonomisation de la langue arabe ont été lancés, jeudi, à l’Assemblée nationale, sous la supervision du deuxième Vvice-président de l'Assemblée nationale, M. Souvi Cheibani Cheikh Ahmed, en présence du Ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement, M. Mokhtar Ould Dahi.

Le forum vise à discuter les mécanismes d'autonomisation de la langue arabe, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la langue arabe ainsi qu’à passer en revue les efforts entrepris par les associations œuvrant dans le domaine de soutien et d’autonomisation de la langue arabe.

« La commémoration de la Journée mondiale de la langue arabe dans notre pays, qui s'est transformée en une semaine d’action pour l’automatisation de la langue arabe, est une occasion importante pour confirmer la place authentique de cette langue », a affirmé à cette occasion le deuxième Vice-président de l'Assemblée nationale, qualifiant le présent forum d’incarnation du niveau atteint par les efforts bénis consentis par les parties et personnes opérant dans le domaine de l'autonomisation de la langue arabe.

« L’Assemblée nationale accueille cet événement dans le cadre de son soutien de ces efforts et pour souligner l’importance de renforcer toutes les actions visant à hisser la langue arabe à sa place naturelle et constitutionnelle dans notre pays », a-t-il dit, rappelant l’approbation de l’Assemblée nationale de la révision du système interne en 2019, en vertu duquel, la langue arabe et d'autres langues nationales avaient été intégrées dans ses délibérations, rappelant que ce règlement intérieur stipule que l'Assemblée nationale assure la traduction simultanée des débats entre la langue arabe et les autres langues nationales.

Il a loué enfin au nom de l'Assemblée nationale, les efforts déployés par le Conseil de la langue arabe, toutes les institutions et tous les acteurs agissant dans le domaine de l'autonomisation de la langue arabe en tant que langue officielle, exprimant le vœu que leurs efforts bénéficient de la réaction requise de tous les secteurs de l'État.

Le ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du Gouvernement, M. Mokhtar Ould Dahi, a félicité, pour sa part à cette occasion, les personnes chargées de pérenniser cette semaine nationale pour l’automatisation de la langue arabe et les autres langues nationales ainsi que toutes les nouvelles idées.

« L'un des objectifs de cette rencontre est de discuter l’état des lieux et les mesures à rechercher, afin d’assurer l’automatisation de la langue arabe », a-t-il dit.

« Il est bien reconnu que la maîtrise et l'appropriation de l'éducation ne peuvent être obtenues que par l’acquisition de la langue maternelle et que le fait que la langue officielle est l'arabe, il vaut mieux que l’enseignement soit en arabe tout en mettant l'accent sur l'ouverture aux autres langues scientifiques », a-t-il souligné, disant qu’elle doit être enseignée aux non arabisants avant de mettre en exergue le rôle important joué par les mauritaniens et les Mahadras dans ce domaine dans les pays voisins.

« La production scientifique, littéraire et culturelle en langue arabe est toujours en deçà des espérances d’où notre devoir, en tant qu’arabes, d’être conscients de cette question et de déployer plus d'efforts dans ce sens », a-t-il ajouté, révélant le doublement cette année du Département du budget alloué à l'écriture et à l'impression de livres afin d'inciter les auteurs à écrire en arabe, la prise en charge de l’impression de leurs livres et l’intention de les récompenser pour leurs productions, appelant enfin, renforcer l'autonomisation de la langue arabe, tout en respectant la spécificité culturelle des autres composantes.

La langue arabe constitue un pilier essentiel de la diversité culturelle de l'humanité, a indiqué quant à lui, le Président de la Commission de l'orientation islamique, des ressources humaines, des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale, M. Moussa Bouh Sid’Amar, soulignant qu'elle représente l'une des langues les plus parlées au monde, et qu’elle était la langue de communication la plus courante dans les domaines de la pensée, de l'art, de la science et de l'éducation à travers les âges.

« Les études contemporaines montrent que la plupart des langues du monde ont pris certains mots de la langue arabe », a-t-il ajouté, faisant remarquer que le nombre de ses mots, est selon, une étude scientifique réalisée en 2021, de 12 302 912.

Prenant à son tour la parole, le président de la campagne populaire de soutien à la langue arabe et d’automatisation des langues nationales, le député Sow Abou Demba, a mis en exergue le fait que la langue arabe n'est pas celle d'un peuple ou d'une race, mais plutôt la langue de la nation islamique en général, et qu’étant la langue de l'Islam et celle du dernier des Prophètes, cette singularité suffit pour montrer tous les honneurs dont elle est digne.

« Vu qu'elle est constitutionnellement la langue officielle de l'État, le devoir religieux, juridique et patriotique nous appelle à lui réserver la place appropriée qui lui sied », a-t-il conclu.

Le président de l'Union des écrivains et littéraire mauritaniens et le président du Conseil de la langue arabe, M. Khalil Enahoui, a souligné pour sa part, que c'est la première fois qu'un forum parlementaire sur la langue arabe est organisé, inscrivant son organisation dans le cadre des célébrations annuelles de la Journée mondiale de la langue arabe, soulignant, la prise de conscience de la plupart des pays de la grandeur de cette langue et l'importance de la choisir comme langue mondiale, rappelant également sa place dans les civilisations mondiales et humaines.

« Les Nations Unies ont voulu cette fois faire de la communication civilisée un thème pour célébrer la Journée mondiale de la langue arabe en tant que langue de communication civilisée par excellence », a-t-il dit, soulignant que l'arabe a joué à ce propos une fonction qu'aucune langue n'a pu faire jusqu'à aujourd'hui, surtout si l’on prend en compte la dimension temporelle des langues mondiales.

Les participants à cette rencontre ont suivi par la suite une conférence sur les impacts juridiques de l’officialisation de la langue arabe, présentée par le professeur Mohamed El Mamy Ould Moulaye Ely, au cours de laquelle, il a passé en revue le statut de la langue arabe dans les textes juridiques en vigueur en Mauritanie, qui stipulent dans leur ensemble que la langue arabe doit être utilisée dans les cercles publics.

Le Conseil de la langue arabe a honoré en marge dudit forum, le président de l'Assemblée nationale, M. Cheikh Ould Baya, pour ses efforts déployés dans le cadre de l'autonomisation de la langue arabe et des autres langues nationales, rappelle-t-on.

Les débats du forum se sont déroulés en présence de Mme la Commissaire à la sécurité alimentaire, du président de la commission nationale des droits de l'homme, d’un parterre de professeurs, de personnalités intéressées par le domaine culturel et de certains acteurs de la société civile.
Dernière modification : 23/12/2021 21:25:28