Activités gouvernementales

Le ministre des Affaires étrangères réitère l’appel du Président de la République en faveur de l’annulation de la dette extérieure africaine

New York,  27/09/2021
Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Mauritaniens de l’Extérieur, M. Ismaël Ould Cheikh Ahmed a prononcé lundi à New York, un important discours devant la 76ème Assemblée générale des Nations Unies. Il a évoqué les conséquences sanitaires, économiques, sociales et humanitaires de la pandémie du covid-19 et la dette extérieure africaine. Il a renouvelé l’appel du Président de la République, Son excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, en faveur de l’annulation de la dette extérieure des pays africains pour qu’ils puissent limiter les impacts négatifs de la pandémie.

Le ministre a évoqué la riposte sanitaire rapide des pouvoirs mauritaniens face au coronavirus et les mesures d’accompagnement et de soutien qu’ils ont pris au plan social et économique en faveur des groupes vulnérables. M. Ismaël Ould Cheikh Ahmed a par ailleurs réitéré les positions stables de la Mauritanie et son soutien à toutes les causes justes.

Voici le texte intégral de ce discours :

بسم الله الرحمن الرحيم

وصلى الله على نبيه الكريم

« Monsieur le Président, Majestés, Excellences et Altesses

Excellence M. Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies,

Excellence M. Abdallah Chahid, Président de l'Assemblée générale

Mesdames et Messieurs,

Tout d'abord, je voudrais adresser mes plus chaleureuses félicitations à SE. Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, pour sa réélection pour un second mandat, et je suis tout confiant dans le succès de ses efforts et des grandes démarches qu’il déploie pour réformer l'Organisation et la conduire sur la voie de la paix et de la sécurité internationales.

Je félicite également Son Excellence Abdallah Chahid pour son accession à la présidence de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, "Présidence de l'espoir", lui souhaitant plein succès dans sa noble mission.

Je voudrais également exprimer mes remerciements et ma gratitude à Son Excellence l'ambassadeur Volkan Bozkir, Représentant permanent de la République sœur de Turquie, pour avoir fait preuve de grande compétence, de réelle efficacité et de professionnalisme dans sa direction de la précédente session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Notre session se tient, pour la deuxième fois consécutive, alors que le monde continue de vivre l'impact de la crise sanitaire causée par la propagation du Covid 19 et ses variants.

Les répercussions et les défis consécutifs de ce fléau ne cessent de croître et de se ramifier. Les atteintes de par le monde ont frôlé des seuils alarmants : 250 millions tandis que les décès ont franchi la barre des 5 millions d’individus, ce qui est aussi un chiffre effrayant par rapport à leur nombre à la même époque, l'an dernier.

Quant aux autres défis et répercussions économiques, sociaux et humanitaires, ils sont plus dramatiques et plus profonds que la crise sanitaire elle-même, dans le monde entier, mais ils sont plus aigus et plus graves dans les pays pauvres et en développement en raison de la précarité de leurs économies et de leur incapacité à supporter des crises de ce genre sur des périodes aussi longues, ce qui a exposé la vie des populations de ces pays à un grand danger.

Monsieur le Président,

Mesdames et messieurs,

Les mesures prises par le monde pour faire face à cette pandémie et à ses répercussions sont encore en deçà des attentes et n'ont pas encore été à la hauteur des exigences de la crise, ce qui nous oblige tous à redoubler et à coordonner les efforts pour permettre aux pays en développement de se procurer des vaccins en quantité suffisante et de renforcer leurs capacités techniques pour accélérer le rythme de vaccination d'une part, et les accompagner, d'autre part, pour les aider à faire face aux préjudices économiques, sociaux et humanitaires de la crise.

Dans ce contexte, nous renouvelons, à partir de cette tribune, l'appel lancé par Son Excellence le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, à plus d'une occasion régionale et internationale, pour l’annulation totale et définitive de la dette extérieure des pays africains, afin qu'ils puissent surmonter les effets économiques résultant de la crise du Covid- 19.

Monsieur le président,

Mesdames, Messieurs,

Le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie a pris, sur instruction du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, de nombreuses mesures qui ont permis de limiter la propagation de la pandémie et d'alléger ses répercussions sur les populations, notamment les couches pauvres.

Parmi les plus importantes de ces mesures on peut citer:

-le début de campagnes de vaccinations élargies sur toute l'étendue du territoire national, ce qui permettra très prochainement à 15 % de la population de recevoir le vaccin,

- l'imposition de mesures de prévention sur toute l'étendue du territoire national et leur contrôle rigoureux,

-le contrôle et la sécurisation de l'approvisionnement du marché local en produits essentiels, l'empêchement de la contrebande et la baisse des prix qui ont connu une flambée au niveau mondial du fait de la pandémie.

- le contrôle et sécurisation des médicaments essentiels et la stabilisation de leurs prix.

- la prise en charge des frais de l'assurance maladie en faveur de 120 000 familles, ce qui approche 600 000 personnes issues de couches pauvres et vulnérables

- la poursuite des aides financières directes (cash transfert) au profit de milliers de familles pauvres et éprouvées.

Mesdames, Messieurs,

Le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie réaffirme son soutien constant aux causes justes partout dans le monde.

A ce titre, il réitère :

- le droit du peuple palestinien à la dignité et à la souveraineté dans le cadre d'un État indépendant et viable avec El Qods Echarif pour capitale, conformément à l'Initiative de paix arabe et aux résolutions internationales pertinentes, dans le cadre de la solution à deux États, fondée sur l'existence de deux États vivant côte à côte dans la paix et la stabilité.

- Sa constante et ferme position par rapport au conflit du Sahara occidental, qui est impartiale vis-à-vis des deux parties en conflit avec lesquelles il entretient d'excellentes relations et son soutien aux efforts des Nations Unies et de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité visant à trouver une solution acceptable pour tous.

Dans ce contexte, il exhorte le Secrétaire général à accélérer la nomination d'un envoyé spécial pour reprendre le processus qui avait été interrompu il y a deux ans après la démission de son prédécesseur.

- Son soutien aux efforts internationaux visant à faire de la phase de transition en Libye un succès.

- La nécessité d’œuvrer à trouver une solution politique qui préserve l’unité et l’indépendance de la République sœur de Syrie et la dignité de son peuple et son droit de vivre dans la dignité.

- Son soutien à la légitimité au Yémen frère et son appel à rechercher une solution pacifique conformément à l'initiative du Golfe et aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Je vous remercie »
Dernière modification : 27/09/2021 22:21:27