Activités parlementaires

Ministre de l'Environnement: Les questions environnementales sont prises en compte dans les politiques sectorielles

Nouakchott,  07/06/2021
L'Assemblée nationale a consacré sa séance plénière, lundi, présidée par M. Cheikh Ould Baye, son Président, à entendre les réponses de la ministre de l'Environnement et du Développement Durable, Mme Mariem Bekaye, à la question orale adressée par le député Sid Ahmed Ould Mohamed El Hassan, qui porte sur la réalité du secteur de l'environnement dans le pays et les mesures prises pour protéger et préserver notre environnement à la lumière des facteurs croissants qui l'affectent.

Dans sa question, le député a expliqué que l'accent mis par les politiques nationales de développement sur la dimension économique sans prendre en compte les dommages environnementaux résultant de ces investissements, notamment dans le domaine minier, a conduit à de graves préjudices à l'environnement en raison de la surexploitation des ressources naturelles, qui a provoqué un déséquilibre biologique dont les manifestations sont la pollution, la hausse des températures, la destruction continue du couvert végétal, la désertification et la propagation de maladies inconnues dans les zones de production.

Le député s'est enquis de l’impact des politiques environnementales nationales et de leur capacité à faire face aux répercussions des activités industrielles menées par les entreprises sur notre environnement. Il a appelé la ministre à clarifier les mesures prises par son département, les lois et les mécanismes mis en œuvre pour renforcer l'efficacité des organes de régulation du secteur en vue d’engager les différents intervenants à respecter les dispositions prises pour la protection de l’environnement et à réparer éventuellement les préjudices qu’elles causent en la matière.

En réponse à la question, la ministre de l'Environnement et du Développement durable a expliqué que l'une des responsabilités les plus importantes du département est de faire en sorte que les enjeux liés à l'environnement soient pris en considération dans les politiques des différents secteurs concernés, notant que l’action du ministère s'inscrit dans une vision commune avec ces secteurs.

Elle a souligné l'importance de la coordination entre les départements concernés afin de réussir la politique environnementale et d'atteindre les objectifs en matière de préservation de notre environnement et le développement durable.

Mme Mariem Bekaye a indiqué que les activités de développement sont nécessaires et importantes et ne peuvent donc pas être arrêtées, notant que le rôle du ministère est de déployer tous les efforts afin de prendre en compte les différents processus de développement qui y sont menés, en tenant compte de leurs impacts environnementaux, notant que tout projet dont l’impact sur l'environnement est significatif ne sera pas accepté.

Elle a souligné que le ministère dispose de bases politiques et juridiques pour évaluer l'impact de tout projet sur l'environnement, à travers le code de l'environnement et le décret relatif à l'étude d'impact environnemental, qui détermine l'impact de tout projet sur l'environnement, la biodiversité et l'écosystème en général, ce qui permet l'élaboration d'un plan de gestion environnementale pour ce projet qui identifie les actions à entreprendre pour faire face à ses effets.

La ministre a précisé que le département mène une enquête annuelle pour suivre la situation de l'environnement, et que les missions d'inspection et de contrôle qu'il a menées ont été nombreuses, notant que le ministère, dans le cadre de ces missions, a dénombré au niveau industriel 150 usines et s'est assuré de leur conformité aux lois et procédures environnementales.

La ministre de l'Environnement et du Développement durable a expliqué l'importance de la loi relative à la police de l'environnement, car elle permettra de jouer deux rôles essentiels : les opérations de sensibilisation des citoyens et des acteurs, en plus de son rôle de mise en œuvre des lois relatives à la préservation de l'environnement.

Enfin, elle a relevé que le ministère s’attelle actuellement à l'élaboration d'une loi relative à la gestion des déchets, et pris plusieurs mesures pour protéger l'environnement, notamment en interdisant l'utilisation du "cyanure", et a préparé un programme approuvé par le Conseil des ministres visant à atténuer l'impact environnemental.
Dernière modification : 07/06/2021 15:57:03