Activités gouvernementales

Kiffa : Lancement d'une formation sur l'axe judiciaire de la loi environnementale mauritanienne

Kiffa,  27/03/2021
Les travaux d'une session de formation sur l'axe judiciaire de la loi environnementale mauritanienne ont débuté samedi à Kiffa.

Organisée par le ministère de l'Environnement et du Développement durable, en coopération avec le ministère de la Justice, la formation est animée par l'École Nationale d'Administration, de Journalisme et de Magistrature (ENAJM) en faveur des juges et des services techniques de l'environnement et du développement durable (contrôleurs, surveillants) au niveau de l'Assaba, du Guidimakha, du Hodh Gharbi et du Hodh Charghi.

Ce séminaire entre dans le cadre d'un programme de formation continue, effectué par le département de l'Environnement et du Développement durable, en collaboration avec le département de la Justice et l'ENAJM ; il sera exécuté en plusieurs étapes.

La première phase est celle en cours, conformément à la distribution sur le territoire des Cours d'Appel. La deuxième sera organisée ultérieurement à Aleg et concernera les wilayas du Gorgol, du Tagant et du Brakna ; une troisième regroupera le Trarza, l'Inchiri, l'Adrar et les 3 wilayas de Nouakchott ; des sessions similaires, pour Dakhlet-Nouadhibou et le Tiris Zemmour auront lieu à Nouadhibou.

A l’ouverture du séminaire, la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mme Mariam Bekaye, a souligné que le droit des citoyens au développement durable dans un environnement équilibré et respectant la santé, est inscrit dans l’article 19 de la Constitution mauritanienne.

Toutefois, les violations de l’environnement sont sont constatées, en particulier en ce qui concerne la déforestation, la chasse abusive des espèces sauvages, la pollution, la dégradation des espaces naturels et de la biodiversité.

Il s’agit d’infractions qui, non seulement dégradent l'environnement, mais encore ont des conséquences économiques et sociales, dans la mesure où elles affectent les intérêts collectifs et ralentissent la réalisation des objectifs de développement durable.

La ministre a indiqué que la formation porte sur les enjeux environnementaux et leur impact sur le développement durable, l’arsenal juridique lié à la gestion de l’environnement, le traitement des délits environnementaux et un aperçu des conventions internationales les plus importantes ratifiées par la Mauritanie dans ce cadre.

Elle a exprimé l’espoir que ce séminaire renforcera les capacités des participants et leur fera mieux comprendre les méfaits de la dégradation de l’environnement.

Elle a ajouté qu’en raison de l’importance du sujet, le ministère de l’Environnement et du Développement durable travaille à la publication d’un guide judiciaire du droit de l’environnement en Mauritanie qui doit permettre à l’École nationale d'administration, de journalisme et de magistrature (ENAJM) d’intégrer cette dimension dans la formation initiale et continue des fonctionnaires et agents de l’État.

Le directeur général de l’ÉNAJM, M. Abdel Kader Ould Alada, a affirmé que le pouvoir judiciaire joue un rôle important dans la protection de l’environnement, dans la mesure où les décisions du juge compensent les dommages environnementaux et les redressent, d’autant plus que ces dommages se distinguent par des caractéristiques propres qui n'existent pas dans d’autres dommages.

Cet atelier vise à renforcer les capacités des inspecteurs judiciaires et environnementaux dans le domaine de l’écosystème avec des présentations sur l'aspect environnemental et sur le cadre institutionnel et juridique de la gestion de l’environnement.

Pour sa part, le maire de Kiffa, affirmé que cette session procède des engagements du Président de la République, Son Excellence M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, de faire du système judiciaire et de la justice une référence dans toutes les politiques publiques.

En marge de l’ouverture de l’atelier, la ministre a tenu une réunion avec les juges participants pour leur demander de renforcer la coopération et l’intégration entre les deux secteurs.

Dans une déclaration à l’AMI, M. Ahmed Ould Zeïn, conseiller technique du ministre de l’Environnement et du Développement durable chargé des affaires juridiques, a déclaré que ces formations abordent les lois environnementales avec des exposés sur les préoccupations environnementales et leur relation avec l’exploitation optimale des ressources naturelles, en plus des modalités d'établissement des procès verbaux pour identifier les irrégularités et résoudre les différends pour préserver les droits de tous.

La cérémonie d’ouverture s'est déroulée en présence du wali de l'Assaba, M. Mohamed Ould Ahmed Maouloud, du directeur de la Protection et de la Restauration des Espèces et Milieux au ministère de l’Environnement et du Développement durable, M. Ethmane Ould Boubacar et des autorités administratives et sécuritaires de la wilaya.
Dernière modification : 27/03/2021 21:02:07