Nouakchott,,  05/04/2010
La capitale a abrité les travaux de la conférence sur la médiatisation de la lutte contre les mutilations génitales féminines.
Cette manifestation, qui dure deux jours, est organisée par l'association pour la promotion de la famille en collaboration avec l'association "Golfe arabe pour l'appui des organismes onusiens de développement" sous la supervision du ministère des affaires sociales, de l'enfance et de la famille.
Dans un mot pour la circonstance, M. Brahim Vall Ould Mohamed Lemine, chargé de mission au ministère des affaires sociales, de l'enfance et de la famille a souligné que la lutte contre l'injustice sociale notamment au sein des catégories les plus exposées, est au coeur du programme de réformes du président de la république, monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.
Il a ajouté que les mutilations génitales féminines est très répandu au sein des femmes attirant l'attention sur la nécessité de changer certaines mentalités au demeurant ancrées au sein de la société, ce qui requiert la conjugaison des efforts de tous.
Le chargé de mission a mis en exergue la "Fatwa" que les ulémas mauritaniens ont donnée à ce sujet appelant tous les partenaires et les opérateurs du secteur à mettre fin à ce phénomène qui entrave le développement.
La présidente de l'association mauritanienne pour la promotion de la famille, Mme Mariem Mint Ahmed Aicha a, dans son mot, relevé le préjudice majeur que les mutilations génitales sur la santé des femmes demandant aux participants de tirer le meilleur profit des conférences présentées par les spécialistes: juristes et jurisconsultes musulmans mais aussi mèdecins et sociologues.
Et de noter que la religion, l'Islam, n'a rien à avoir avec ce phénomène.
Elle a appelé à mobiliser les efforts de tous les acteurs de l'édiction d'une loi nationale qui incrimine cette pratique.
Le directeur des projets du fonds du Golfe arabe pour le développement M. Jibril Jibril a quant à lui relevé que les dangers et préjudices consécutifs aux mutilations génitales féminines sur la santé psychologique et biologique des femmes demandant de préserver les droits de la femme pour lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la société.
Il a insisté sur le fait que contrer de telles attitudes participe à l'accélération du processus de développement du pays.
Pour sa part, la représentante de l'union internationale pour l'organisation de la famille, Mme Ghaitha Antar a exprimé sa satisfaction pour cette conférence qui représente un plus dans le cadre des efforts de lutte contre ce phénomène.
Elle a, ensuite, présenté un exposé des activités de son institution dans le domaine de l'amélioration de la situations des sociétés dans tous les domaines.
Elle a fait remarquer que les mutilations génitales représentent une atteinte physique et psychologique aux droits de la femme entraînant les maladies génitales parfois la stérilité ainsi que le désespoir précisant que 140 millions de femmes dans le monde ont fait l'objet de mitilations génitales dont 30 millions en Afrique.
Elle a appelé à un partenariat stratégique permettant à la femme mauritanienne de réaliser ses aspirations.
Notons que plusieurs ulémas, parlementaires, mèdecins et représentants de la société civile prenaient part à cette manifestation.
Dernière modification : 05/04/2010 11:00:00