Wilaya

Les autorités du Tiris Zemmour procèdent au transfert de 36 familles de Guelb El Ghein vers Zouérate

Zouérate,  04/07/2010
Les autorités de la wilaya du Tiris Zemmour ont procédé samedi au transfert de 36 familles de Guelb El Guein vers Zouérate où elles ont été installées dans une zone aménagée à cet effet.
Le Hakem de Zouerate, M. Zein EL Abidine Ould Cheikh, a indiqué que cette opération s'inscrit dans le cadre de la politique de l'Etat visant à fournir un habitat décent à chaque citoyen, précisant que ces familles résidaient à proximité de chantiers d'extraction de mines qui constituent un danger réel surtout après le démarrage du projet Guelb II.
Le Hakem a ajouté que les autorités ont aménagé une zone à Zouerate qui sera dotée d'infrastructures de base notamment dans le domaine de la santé, de l'éducation, et tout autre service pouvant contribuer au bien-être de ces familles.
L'attaché d'administration au siège d'exploitation de la SNIM, M. Sid'Ahmed Ould Allaf a, de son côté, indiqué que la société a procédé en collaboration avec le bailleur de fonds du projet Guelb au recensement de ces familles, de leurs habitations et de leurs biens.
Il a ajouté que la SNIM a décidé d'indemniser les intéressés, juste après la fin des opérations de transfert, précisant que l'entreprise prendra en charge les frais de transfert, la fourniture de l'eau pendant 3 mois et le paiement des quittances d'attribution des lots au trésor public.
Il a également réaffirmé que ces familles résidaient dans une zone propriété de la SNIM et dangereuse pour l'habitat, précisant que le bailleurs de fonds ont exigé le transfert des familles pour financer le projet Guelb II.
De leur côté, les citoyens transférés ont dit qu'ils ont été transférés d'une zone dans laquelle, ils détenaient des projets de développement, d'agriculture générateurs de revenu vers une zone ne disposant d'aucun service public.
Installant sa tente dans le lot qui lui est attribué, la veuve Najia a indiqué qu'elle habitait un terrain sur lequel le père de ses enfants avait réalisé une palmeraie de laquelle elle tirait l'entretien de sa famille. Elle a ajouté avoir été transférée vers une zone sise à proximité d'un dépôt d'ordures, infestée de moustiques et ne disposant ni de maison encore moins de magasin manifestant sa peur de n'être indemnisée.
Pour sa part, Aichetou a réaffirmé qu'elle travaillait avec son mari dans les oasis environnantes, soulignant qu'ils ont été contraints de quitter leur habitat situé loin la ville, avant la réalisation de la route les reliant à la ville de Zouérate.
Il est à souligner que la zone sur laquelle habitaient les populations transférées se situe à 30 Km à l'est de Zouérate et qu'elle dispose d'une importante oasis.
Dernière modification : 04/07/2010 08:37:54