NDjaména,  16/06/2010
La grande muraille verte de N'Djamena, dont le sommet s'est ouvert mercredi après-midi dans la capitale tchadienne en présence du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, absorbe d'importants financements mobilisés dans le cadre du nouveau partenariat pour l'Afrique (NEPAD).
L'idée du projet de la grande muraille verte, approuvée par l'UA en 2005 dans le cadre des efforts visant la protection de l'environnement en Afrique, appartient à l'ancien président nigérian, M. Olusegun Obasanjo.
Ce dernier avait dans un premier temps suggéré la construction d'une grande muraille verte qui débuté à partir de la Mauritanie à l'extrême de l'Afrique de l'Ouest allant jusqu'à la Djibouti.
Les critères suivants lesquels le projet visant le reboisement, l'enrichissement du sol et la lutte contre la pauvreté avait été conçu, sont fondés sur des données relatives à la situation pluviométrique, les caractéristiques géographiques et la nature du couvert végétal dans les pays concernés.
Le projet dans sa version retenue en 2005 à Dakar prévoit le reboisement de 15 millions hectares allant de Dakar à Djibouti ciblant des terres arides et sur une longueur de 7000km.
Outre son coût élevé de 1, 5 billion de dollars américains, le projet rencontre un certain nombre de difficultés dont la rareté des précipitations pluviométriques avec annuellement un cumul de 400 millimètres.
Des efforts se poursuivent actuellement pour la mise sur pied d'une agence chargée de l'exécution du projet de la grande muraille verte de l'Afrique.

Dernière modification : 16/06/2010 17:36:00