Activités gouvernementales

Nous allons opérer un bond qualitatif dans notre système éducatif national (ministre de l’Éducation nationale)

Atar,  22/11/2020
« Nous allons opérer un bond qualitatif dans notre système éducatif national, par l’introduction d’une nouvelle éducative, réforme fondée sur l’amélioration des programmes scolaires, le développement des infrastructures éducatives et la promotion des ressources humaines ».

C’est ce qu’a déclaré, dimanche à Atar, le ministre de l’Education nationale, de la Formation technique et de la Réforme, M. Mohamed Malaïnine Ould Eyih, dans un entretien exclusif avec le chef de bureau de l’AMI à Atar, et ce en marge de la visite qu’il effectue dans la wilaya de l’Adrar.

M. Eyih a précisé, dans cet entretien, que son département a pu, jusqu’à présent, réaliser des acquis dans le cadre du processus de mise en œuvre de cette réforme : Lancement d’un programme de formation de 6000 enseignants et professeurs, démarrage des travaux de construction de 2000 salles de classe, mise en place d’un programme informatique inclusif, revalorisation de la profession de l’enseignant et revue des programmes scolaires afin de les rendre plus aptes à répondre aux attentes nationales.

« Le gouvernement s’attèle à reformer le secteur éducatif, compte-tenu, de son rôle pionnier dans la réalisation du développement durable, surtout qu’il constitue l’un des grandes orientations prioritaires du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani. Le secteur de l’éducation national, qui a beaucoup souffert des accumulations des dysfonctionnements et de toutes formes léthargie, se trouve aujourd’hui dans une situation qui nécessite une réforme réelle et urgente ».

Au sujet des innovations apportées par la réforme, le ministre a précisé que le gouvernement cherche à restaurer l’école Républicaine, école qui devra donner à tous les enfants mauritaniens la chance d’accéder à un service éducatif exemplaire, un système qui garantit l’égalité des chances et vulgarise la culture islamique, arabe et africaine modérée , culture inspirées de notre référence religieuses et nos constantes nationales.

S’agissant de la stratégie nationale de la réforme, le ministre a dit qu’elle comporte plusieurs importants axes dont la promotion des ressources humaines, surtout l’amélioration des conditions matérielles et morales des enseignants, notamment ceux qui sont dans les classes. « Cela sera de manière graduelle et en fonction des moyens disponibles. Le second axe porte sur les approches ou méthodes éducatives, à travers l’amélioration des programmes scolaires, les manuels scolaires et le niveau de formation du personnel enseignant dans tous les domaines ».

Abordant les défis qui se dressent encore devant notre système éducatif, le ministre a cité certains d’ordre extérieur comme la sédentarisation anarchique, et pour y remédier nous sommes en contact avec le ministère de l’habitat ; de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, surtout dans ce contexte de multiplication des besoins et de rareté des ressources.

« Il existe d’autres défis d’ordre intérieur relatifs avec au premier rang la conviction des enseignants et des acteurs éducatifs de la nécessité de cette réforme, réforme irréversible qui nécessité l’implication de tous. Nous devons mettre de l’enseignement à l’abri des agissements politiques et sociaux ou toutes autres considérations. Nous devons seulement prendre en considération les critères objectifs qui garantissent la réalisation de la réforme, à court, moyen et long termes ».

Au sujet des infrastructures, scolaire, le ministre a souligné l’immensité géographique du pays et la vétusté des structures existantes, ce qui fait l’accent était mis ces dernières années sur l’entretien et la préservation de l’existant et en l’absence des normes techniques requises. » Maintenant nous avons les ressources nécessaires pour la construction de nouvelles formations scolaires suivant les normes requises, et qui permettent d’opérer le sursaut voulu ».

Parlant de la révision des programmes scolaires, M. Eyih a souligné l’adoption du système des unités, système qui fait de la 1ere et 2eme année une unité, la 3 et 4e une unité et la 5 et 6e une. « Les méthodes et livres scolaires seront élaboré graduellement jusqu’à l’achèvement de la réforme dans six ans. Une évaluation sera réalisée chaque année pour identifier les lacunes et apporter les corrections ».

Au sujet de l’enseignant, pierre angulaire de la réforme, le ministre a annoncé l’augmentation du budget du ministère par des ressources financières allouées aux ressources humaine, de l’ordre de cinq milliards MRO, ressources qui seront dépensées pour le comblement du déficit en enseignants et prestataires de service de l’enseignement, l’augmentation de la prime d’éloignement et quatre cent millions pour les motivations et encouragement des enseignants distinguées par le dévouement et le sérieux dans l’exercice de leur profession.

Compte-rendu Mohamed Ould Ismaïl, chef de bureau de l’AMI à Atar.

Dernière modification : 22/11/2020 12:49:20