Wilaya

Un cadre participatif pour gérer le programme agropastoral dans la transparence

Aioun,  06/06/2020
La wilaya du Hodh El Gharbi, peuplée de deux cent quatre- vingt quatorze mille habitants, est considérée comme une région essentiellement pastorale. Elle repose principalement, dans son activité économique, sur la richesse animale estimée à 700 000 bovins ; 1 800 000 petits ruminants et environ 130 000 camelins, selon les estimations de la commission régionale de développement rural.

L'année 2019 a été marquée par une baisse significative des précipitations par rapport aux années précédentes, ce qui s'est reflété négativement sur le couvert végétal censé assurer la subsistance d'un cheptel déjà confronté à bien des défis et nécessitant une intervention immédiate pour le sauver.

Cette année, le gouvernement mauritanien, sur instructions du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a entamé la mise en œuvre d'un programme agropastoral spécial en faveur des éleveurs ; des montants énormes ont ainsi mobilisés afin de soutenir la ressource animale, premier levier de développement dans la plupart des wilayas du pays.

Le programme agropastoral spécial comprend plusieurs composantes : la fourniture de fourrage à bas prix, l'approvisionnement en eau des zones pastorales et la santé animale.

Pour en savoir davantage sur les mécanismes qui ont été mis en place pour permettre aux populations ciblées de bénéficier de ce programme spécial, le wali du Hodh El Gharbi, M. Mohamed El Mokhtar Ould Abdi, a expliqué, dans une interview accordée à l'Agence Mauritanienne d’Information, que le gouvernement mauritanien avait initié la mise en place de ce programme agropastoral spécial pour sauver le bétail.

Ce programme a été lancé avec des quantités importantes d’aliments de bétail réservées à la wilaya : plus de 12 000 tonnes réparties entre les 27 communes de ses quatre moughataas.

Il a souligné que toutes les municipalités ont bénéficié de dotations et que de nombreux points de vente ont été ouverts dans les lieux de concentration des éleveurs, soulignant que le processus de gestion du programme passe par plusieurs commissions des moughataas et des communes.

Il a souligné que ces commissions sont ouvertes chaque fois que cela est nécessaire pour encourager une gestion participative qui garantit la transparence et l'intégrité dans le processus de détermination des bénéficiaires et des quantités qu'ils doivent recevoir.

Le wali a indiqué qu'après l'examen et l'évaluation de la première étape, certaines dotations étaient fixées dans chaque moughataa au profit des grands éleveurs, tout en veillant à ce que tous les autres profitent également du programme, notant certaines difficultés rencontrées lors de sa mise en œuvre pendant la première étape et que l’on s’attelle à surmonter.

En ce qui concerne la composante eau, le wali a assuré que l'exploration a été réalisée dans six points pour fournir de l'eau dans les endroits où il y a une présence importante d'éleveurs. Les résultats sont positifs dans cinq d'entre eux, et l'exploration se poursuivra dans le sixième point alors que l’équipement de tous les points sera assuré dans un avenir proche.

De même, trois équipes vétérinaires équipées du matériel nécessaire et dotées de médicaments ont été lancées au début de la semaine dans le cadre de la composante Santé animale, pour soigner gratuitement le bétail. Déjà, plus de 1176 bovins et 1047 petits ruminants, ont été traités les premiers jours de l’intervention de ces équipes.

Dernière modification : 06/06/2020 15:31:06