Activités parlementaires

Ouverture de la deuxième session parlementaire ordinaire de l’Assemblée nationale

Nouakchott,  01/04/2020
Le Président de l’Assemblée nationale, M. Cheikh Ould Baye a présidé mercredi à Nouakchott la cérémonie d’ouverture de la deuxième session parlementaire ordinaire de l’Assemblée nationale pour l’année 2020.

Dans le discours qu’il a prononcé, le président de l’Assemblée nationale a précisé que la présente session se tient dans un moment marqué par la présence du coronavirus qui menace le monde entier et qui méconnait toute différence en progrès ou en force entre pays. Il a ajouté que le système de travail de l’Assemblée doit tenir compte des circonstances vécues et répondre aux exigences de précaution nécessaires pour y faire face.

Voici l’intégralité du discours du président de l’Assemblée nationale

"Messieurs les ministres,

Collègues députés,

Frères et sœurs :

Nous voilà de retour, aujourd’hui, à la date constitutionnelle de notre deuxième session parlementaire ordinaire à l’effet de continuer à exercer nos fonctions dans une circonstance à la fois exceptionnelle et délicate tant au niveau national qu’international en raison des graves dangers encourus et des répercussions croissantes -internes et externes -de l'écrasante pandémie de Corona qui menace le monde entier et qui méconnait toute différence en progrès ou en force entre pays.

En réalité, le monde étouffe, dans tous les sens du terme, et personne ne sait ce que les prochains jours peuvent cacher à l'humanité. J'implore Allah l'Omnipotent pour que ce virus soit saisonnier, éphémère et que notre climat désertique, chaud et sec nous en protège comme il l'a toujours fait lors du passage de tant d'autres pandémies qu'ils l'ont précédés.

Je n'ai pas besoin de vous rappeler ici que les périodes de détresse et d'adversité nécessitent des traitements et des styles d'administration autres de ceux qui sont courants dans les périodes de prospérité et de bien-être dans lesquelles toutes les dissemblances étroites disparaissent, les justifications de différence, de contraste ou de d'alignement politique sont éliminées au détriment des seules raisons de synergie, d'union et d'intérêt national suprême qui se retrouvent de plus en plus renforcées. En effet, les étapes difficiles de la vie des États et des peuples nécessitent une stabilité nationale globale dans laquelle toutes les dissimilitudes se dissolvent et tous les efforts sont combinés pour atteindre l'objectif commun.

Pour preuves, et face à cette épidémie comme aux autres tribulations, l'histoire et les expériences des pays qui nous ont précédés confirment que plus les peuples, arrivent à s'associer et à concilier entre l'absence de reddition et la domination de la peur et de la panique, d'une part, et à suivre à la lettre les mesures de précaution et de prévention, d'autre part, plus ils parviennent à transcender les crises qui en résultent en toute sécurité et avec les moindres pertes.

Collègues députés :

Notre système de travail, que l'intérêt public exige dans tous les cas, doit tenir compte des circonstances vécues et répondre aux exigences de précaution nécessaires pour y faire face. C'est ce à quoi je vous ai invité - par chefs de groupes parlementaires interposés - à méditer lors des concertations de ces derniers jours, et je suis bien évidemment convaincu de votre volonté à respecter strictement ce que nous avons décidé ensemble.

Dès lors, la mesure la plus importante qui doit nous guider est de ne pas se rassembler, sauf pour extrême nécessité et de respecter les distances recommandées par les autorités sanitaires compétentes que ce soit en réunions de commissions ou en séances plénières ainsi que la nécessité de recommander aux députés âgés souffrant de conditions de santé particulières de rester à leur domicile. Il va sans dire, en outre, que nous serons dans l’obligation de reporter les activités de groupes parlementaires à caractère non urgent.

En ce moment particulier de notre histoire, je vous invite tous et à travers vous, toute l'opinion publique nationale, à respecter littéralement les directives des pouvoirs publics et des autorités compétentes afin de faire face à cette situation d'urgence, et vous incite à œuvrer pour le succès des mesures visant à relever ce grand défi et à atténuer ses impacts sanitaires, sociaux, économiques et sécuritaires.

J'exhorte par la même occasion, tout un chacun à éviter tout ce qui pourrait perturber l’action de nos braves fils qui combattent sur les lignes de front en vue de juguler cette pandémie, et qui, du reste, font face à de grands dangers potentiels pour que vive et perdure notre patrie.

Je fais allusion ici aux vaillants membres du secteur de la santé publique et aux intrépides éléments de nos forces armées et de sécurité. A eux tous, nous exprimons de vifs remerciements et de hautes gratitudes, et nous implorons Allah le Très Haut, de nous les préserver, d’illuminer leurs pas et de guider leurs efforts.

Dans ce cadre, je demande à nos chers citoyens - en particulier les frères journalistes et blogueurs – de se renseigner exclusivement auprès des autorités compétentes et de s'abstenir de la publication de rumeurs susceptibles de provoquer la panique et de perturber l'action publique dans ces circonstances particulières.

Enfin, et conformément à l'article 52 de la Constitution et à l'article 54 du Règlement Intérieur de l'Assemblée nationale, je déclare ouverte, par la bénédiction d’Allah, la deuxième session ordinaire de l'année parlementaire 2019-2020, souhaitant plein succès à nos travaux et qu’Allah préserve notre chère patrie".

La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, Dr Sidi Mohamed Ould Ghaber et celui l’Enseignement secondaire et de la Formation technique et professionnelle, M. Mohamed Malaïnine Ould Eyih.
Dernière modification : 01/04/2020 14:20:22