Editoriaux

Editorial Horizons:Ligne de front

Nouakchott,  24/03/2020
Aujourd’hui, deux corps se dépensent sans compter, de jour comme de nuit, avec amour et passion, sans souci pour l’épuisement, le déficit de sommeil, l’accumulation des contraintes.

Ils se dépensent avec courage, abnégation et forte détermination.

Professeurs, généralistes, urgentistes, internes, techniciens de santé, infirmiers, soignants, laborantins, radiologues, garçons de salles, tout le personnel de santé qui, par son incroyable force et son extraordinaire courage, fait honneur à son métier qui consiste, chaque jour, à sauver des vies et à soulager des malades.

Aujourd’hui, ces hommes et ces femmes en blouse blanche sont en ligne de front dans la lutte implacable que mène le pays contre le coronavirus, un ennemi invisible et dévastateur, et, de ce fait, sont les plus exposés au risque de contamination.

Ils participent à la sensibilisation, préparent les plateaux techniques, mettent en place les mécanismes de prise en charge sanitaire en prévision de toute éventuelle évolution de la pandémie, font un suivi médical des personnes en quatorzaine, assurent une veille sanitaire générale et organisent minutieusement la riposte pour qu’elle soit, en temps opportun, la plus preste et la plus efficace possible.

Ces hommes et ces femmes en blouse blanche sont en première ligne du combat, ils se sacrifient pour le salut de la société en répondant tout d’abord au devoir religieux qui édicte à tout fidèle la mise de son savoir et de ses compétences au service de l’humanité, ensuite, au devoir moral et professionnel qu’impose la déontologie de leur corps et que consacre le sacrosaint serment d’Hippocrate.
A ces hommes et femmes qui sont notre rempart contre cette pandémie mondiale, nous devons témoigner respect, considération et estime parce qu’ils en sont dignes, parce qu’ils le méritent amplement.

Un autre corps est, lui aussi, en ligne de front, et veille, de jour comme de nuit, à notre sécurité en cette période trouble, teintée d’incertitudes. Ces officiers, sous officiers, soldats et agents des forces armées et de sécurité qui, pour assurer notre quiétude, ne ferment pas l’œil de la nuit pendant que nous dormions, gardent nos frontières, contrôlent et régulent les entrées au pays pour éviter toute source de contamination et font respecter les mesures de prévention contre la propagation du COVID-19.
Ces hommes et ces femmes en treillis méritent, tout également, eux aussi, notre profonde reconnaissance et notre estime.

Nous le savons, le sacrifice est programmé dans le gène de … leur corps, l’altruisme est inscrit au registre de leur humanité et le courage, naturellement, gravé dans le logiciel de leurs valeurs chevaleresques.

Plus que jamais, nous sommes fiers de ces deux corps dont l’intervention s’est révélée efficace et nous a épargné, jusqu’ici, la propagation de cette pandémie qui a déjà fait des ravages dans de nombreux pays nantis, emporté des victimes par milliers, confiné des millions de personnes et déstructuré des économies qui étaient, jusque hier, reconnues pour compter parmi les plus fortes au monde.

Au personnel de santé tout entier, à tout le corps militaire et paramilitaire, nous disons merci du fond du cœur et leur disons aussi : courage ! , Courage dont ils ont fait, du reste, preuve avec magnanimité. Courage dans cette épreuve face à laquelle ils sont en première ligne.
Dernière modification : 24/03/2020 13:19:51