Activités gouvernementales

Des membres du gouvernement commentent les travaux du conseil des ministres

Nouakchott,  12/03/2020
Dr Sidi Ould Salem, ministre de l’Enseignement supérieur, porte-parole du gouvernement, Dr Haimoud Ould Ramdhane, ministre de la Justice, et M. Hbib Ould Ham, ministre délégué chargé de la promotion de l’Investissement et du Développement industriel, ont commenté, ce jeudi après-midi, les travaux du conseil des ministres.
Le porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseil a examiné et adopté plusieurs projets de loi et de décrets, et suivi des communications présentées par des membres du gouvernement.
Parmi les projets de loi, celui qui annule et complète certaines dispositions légales relatives à la lutte contre les passeurs de migrants illégaux, et un autre relatif à l’interdiction et à la répression du commerce de personnes et à la protection des victimes de cette activité illicite.
Le Conseil a, également, examiné et adopté un projet de décret portant création, organisation et fonctionnement d’un établissement public à caractère administratif dénommé Institut National des Arts, et a suivi une communication conjointe sur l’évolution de la mise en œuvre du plan d’action du ministère en charge de l’économie, de l’industrie, de la promotion des investissements et du développement industriel.
Pour sa part, le ministre de la Justice a présenté deux projets de loi relatifs à l’application des conventions des Nations Unies concernant la lutte contre le crime transfrontalier ; conventions que la Mauritanie a ratifiées.
Il a souligné que le premier projet de loi porte sur la convention de 2010 criminalisant les passeurs de migrants, et comporte des dispositions de protection des migrants contre les réseaux de passeurs qui les exploitent.
Il a indiqué que le deuxième, qui se rapporte au commerce de personnes, complète celui de 2003, et définit le cadre d’application et les peines à l’encontre des auteurs de ces crimes, tout comme il protège les victimes et organise la coopération et les interventions des Etats et des différents acteurs nationaux et étrangers qui agissent dans ce domaine.
Pour sa part, le ministre délégué chargé de la Promotion de l’Investissement et du Développement industriel, a précisé dans son commentaire sur la communication conjointe sur le plan d’action du ministère de l’Economie et de l’Industrie que l’activité de son département a été centrée au cours de la dernière période sur la conception des politiques économique, sociale et industrielle, la mobilisation des financements nécessaires à leur mise en œuvre auprès des partenaires, la promotion du secteur privé et l’amélioration du climat des affaires par le suivi des indicateurs internationaux ayant trait à la consolidation du partenariat entre les secteurs public et privé et la création d’un système efficace de suivi de l’évaluation des politiques de développement.
Il a ajouté que le contexte socioéconomique général s’est caractérisé ces tout derniers mois par la poursuite de l’exécution de la stratégie nationale de croissance accélérée et de la prospérité partagée (SCAPP), pour la période 2016-2030, dont l’objectif essentiel est de mettre l’économie nationale suit un processus de croissance solide, inclusif et pérenne, de développer le capital humain, de promouvoir l’accès aux services sociaux, de renforcer la gouvernance dans toutes ses dimensions et de réduire les disparités sociales, tout en assurant la protection pour les couches les plus vulnérables.
« Il a été procédé, dans ce contexte, à la conception d’un programme innovant et la mobilisation des ressources auprès des partenaires, sous forme de dons ou de crédits, à des conditions concessionnelles, notant que son département a contribué, par tout ce qui précède, à la concrétisation du programme Taahoudaty du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, visant à assurer un développement socioéconomique intégré, pérenne et bénéfique pour tous les citoyens, surtout les franges de faible revenu.
De son côté, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement, a indiqué que la création de l’Institut national des Arts s’inscrit dans le cadre du programme du Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, visant la valorisation de la culture et du patrimoine et encourager les jeunes à améliorer leurs talents dans les beaux-arts.

Dernière modification : 12/03/2020 20:42:00