Economie

Réflexion sur le cybersécurité en milieu financier en Mauritanie

Nouakchott,  24/02/2020
Le cybersécurité en milieu financier en Mauritanie», tel est le thème d’un atelier de travail à l’intention d’une trentaine de décideurs des banques commerciales de Mauritanie, dont les travaux ont débuté, lundi à Nouakchott, dans les locaux de la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Mauritanie.

Il est organisé par Banque Centrale de Mauritanie (BCM) dans le cadre de sa vision stratégique relative à la mise à niveau de la résilience des institutions financières mauritaniennes vis-à-vis des risques informatiques et cyber.

La réflexion permettra, entre outres, de combler un vide réglementaire qui constituerait un risque majeur sur l’ensemble des aspects de résilience informatique et cyber, sachant que la Mauritanie la Mauritanie ne dispose pas encore d’une réglementation prudentielle sur le risque informatique et la cyber sécurité des établissements financiers; bien qu’il y existe différents textes, soit propres au secteur bancaire mais généraux, par exemple sur le contrôle interne.

Les cyberattaques ont une dimension systémique qui transcende les frontières et menace la stabilité financière de tous les pays, même les plus développés. La lutte contre ce fléau commence d'abord par la sensibilisation, puis la mise en place d'outils de surveillance et de contrôle au sein des établissements, ensuite la mise en place d’une législation adéquate et d’une supervision active.

Supervisant l’ouverture de la rencontre au nom du gouverneur de la BCM, le directeur général de la supervision bancaire à la BCM, M.Mohamed Lemine Ould Babiya, a souligné que les cyberattaques constituent actuellement un défi sérieux que les pays doivent œuvrer sérieusement pour le juguler.

Il a ajouté : » la numérisation excessive qui caractérise notre vie quotidienne, les liens inextricables qui existent entre les systèmes financiers, l’adoption des technologies mobiles et technologies financières et l’usage de l’informatique à grande échelle, sont autant de facteurs qui dépassent les frontières et rendent la multiplication de telles attaques probables ».

Au sujet des pertes financières liées à ces attaques, le directeur général a précisé qu’elles affectent et néantisent les banques, engendrent la perte des milliards de dollars et perturbent le bon fonctionnement des institutions financières et exposent la stabilité financière à des risques majeurs.

Ould Babiya a ajouté que le présent de travail ouvrira la voie à d’autres actions et activités dont l’objectif sera d’immuniser le secteur financier national contre toute cyberattaque dans le monde.

Il a enfin exhorté les participants à profiter au maximum des exposés qui leurs seront présentés par les experts du FMI.

Notons que des institutions internationales de renom, comme le FMI, le Conseil de Stabilité Financière du G20 ne cessent d’œuvrer pour avoir, à l’échelle mondiale, un cadre réglementaire harmonisé, une coopération et une coordination actives et des mécanismes d'échange/remontée des incidents de cybersécurité.
Dernière modification : 24/02/2020 14:26:31