Nouakchott,  05/08/2019
Les travaux d’un atelier organisé par le ministère de l’intérieur et de la décentralisation par le biais de la direction générale de la protection civile sous le thème de : Un dialogue national pour la réduction des risques des catastrophes , en coopération avec le PNUD et l’office des Nations Unies pour la réduction des risques des catastrophes , ont débuté lundi matin dans les locaux de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien à Nouakchott.

Cette rencontre de concertation qui dure deux jours vise à faire l’inventaire des avis des différents secteurs concernés et des acteurs sur les possibilités offertes pour réduire les risques des catastrophes et soutenir la résilience des groupes vulnérables en milieu urbain , à travers l’exécution du plan connu mondialement sous le nom du plan Sendai pour la réduction des risques des catastrophes pour la période 2015-2030.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le secrétaire général du ministère de l’intérieur et de la décentralisation, M. Mohamed Ould Soueidat , a indiqué que la réduction des réductions des catastrophes est une responsabilité commune qui exige la conjugaison des efforts de tous , chacun de la position qu’il occupe pour informer le citoyen sur les catastrophes et des risques qui peuvent en découler et la manière permettant d’y faire face.

Le secrétaire général a rappelé les évolutions successives qu’a connues le secteur de la protection civile dans notre pays et des perspectives d’avenir qui lui permettront de jouer le rôle qui lui est confié : à savoir la protection des personnes et de leurs biens contre les risques des catastrophes, se félicitant, à ce propos de la coopération des partenaires (pays frères et amis, organisations internationales, notamment le PNUD).

Pour sa part, le directeur général de la protection civile, le général de brigade Khatar Ould Mohamed M’Bareck, a insisté sur la nécessité de faire attention aux risaues des catastrophes et d’y faire face pour protéger les citoyens et leurs biens, appelant à prémunir ces derniers en les éduquant sur les meilleures voies d’éviter les conséquences des catastrophes.

Il a en outre appelé tous, notamment les députés et les autres élus, les hommes d’affaires et la presse à contribuer aux efforts déployés pour réduire les risques des catastrophes et atteindre les objectifs visés à travers le plan mondial Sendai.

Pour sa part, le secrétaire général de l’Union Nationale du Patronat Mauritanien, M. El Kory Ould Abdel Mola, a indiqué que l’adhésion de tous les investisseurs privés à l’Union exige de cette dernière de participer activement aux efforts déployés et d’accompagner les pouvoirs publics pour éviter les catastrophes et permettre aux personnes et à leurs biens de se prémunir contre leurs risques.

Pour sa part, Mme AdamaDian Barry, représentante résidente adjointe du PNUD s’est dite heureuse de prendre part à cet atelier de dialogue national multipartite sur la résilience et l’intégration de l’approche de la sécurité humaine.
Elle a ajouté que le projet dans le cadre duquel se situe cette activité touche une communauté de 211000 personnes au niveau de TevraghZeina, (Nouakchott ouest), Rosso, Boghé, Kaédi et Tintane , et vise à aider ces communautés urbaines vivant dans des conditions vulnérables à développer les capacités de leurs institutions locales pour surmonter les catastrophes menaçant leur santé, leur sécurité alimentaire leur environnement et leurs moyens d’existence.

Ce projet, a-t-elle dit, reflète la reconnaissance, pour la première fois au niveau international, de la nécessité de mettre l’accent sur la participation, l’engagement et l’autonomisation des communautés pour une résilience efficace contre les catastrophes et dès lors, le renforcement de leur sécurité humaine.

Pour sa part, le vice-président de l’Office des Nations Unies pour la réduction des risques (UNDDR) a indiqué que cet atelier s’inscrit dans le cadre des efforts des gouvernements à travers le monde, en général et des gouvernements arabes en particulier visant à réduire les risques des catastrophes sur leurs peuples, leurs économies et le système environnemental mondial.

Il a félicité la Mauritanie pour l’accueil de cet atelier qui s’inscrit, a-t-il dit, dans le cadre de l’exécution du plan Sendai.
Dernière modification : 05/08/2019 17:17:10