Idini (Ouad Naga),  03/07/2019
Les participants à l’atelier national de préparation de la campagne annuelle de vaccination du cheptel 2019-2020 ont formulé mercredi, au Centre d’Idini des techniques de production animale relevant de la moughataa de Ouad Naga, des recommandations qui ont abordé les insuffisances enregistrées au cours de la précédente campagne en vue de les combler pour de meilleures performances au cours de la prochaine campagne afin de parvenir aux objectifs visés par la stratégie de surveillance et de contrôle des maladies animales transmissibles pour les éradiquer.

La rencontre, organisée à l’initiative conjointe du ministère du développement rural et de la Banque Mondiale, représentée par son projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel en Mauritanie (PRAPS), a également évoqué l’importance qu'il y a de conjuguer les efforts et d’intensifier les campagnes de sensibilisation avant le déclenchement de la vaccination afin de mobiliser les éleveurs en vue de mettre en œuvre un planning pour l’immunisation du cheptel tout en impliquant les autorités administratives régionales et municipales ainsi que les autres partenaires dans l’action pour renforcer les capacités des équipes vétérinaires.

Les participants ont, à la fin des travaux, appelé à prendre les mesures pratiques et en temps opportun pour surveiller et contrôler la vente et la distribution des vaccins au plan national et à programmer la campagne au niveau de chaque wilaya suivant la concentration du bétail en son sein.

Dr. Baba Doumbia, directeur des services vétérinaires a, dans une déclaration à l’AMI, indiqué que cet atelier a permis aux participants d’être édifiés sur les faiblesses des campagnes écoulées au niveau de l’organisation, de l’exécution et de la durée.

Ces participants ont souligné dans les exposés présentés la nécessité de s’atteler à relever les défis posés pour garantir une bonne santé du cheptel.

Aussi les éleveurs ont-ils été appelés à contribuer effectivement à l’exécution de cette campagne qui a coûté des montants faramineux à l’Etat et à ses partenaires sans compter les efforts des autorités administratives locales et municipales pour faciliter le travail des équipes de vaccination, notant que le département de tutelle va rendre disponibles tous les moyens pour assurer une gestion optimale de cette campagne, qui bénéficie de l’appui du projet PRAPS qui a auparavant soutenu celles qui l'ont précédées.

Cette campagne, qui a été renforcée, va mobiliser 87 équipes vétérinaires mobiles contre 57 équipes auparavant.

Elle s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale d’éradication des pandémies dont la peste qui touche les petits ruminants en plus d’autres maladies.

Notre pays a adopté un plan national d’éradication de la peste des petits ruminants depuis la fin 2018 en application de la ‘’déclaration d’Abidjan’’ de l’OMS et de la FAO en vertu de laquelle tous les pays se sont engagés à éradiquer cette maladie à l’horizon 2030.

C’est sur cette base que des ressources matérielles et financières importantes ont été mobilisés pour réaliser cet objectif en raison des risques que représente ce fléau tant au plan sanitaire qu’économique non seulement sur le cheptel mais aussi sur l’économie rurale en général.
Dernière modification : 03/07/2019 22:00:14