Activités gouvernementales

Des membres du gouvernement commentent les résultats du conseil des ministres

Nouakchott,  11/04/2019
Les résultats du conseil des ministres, réuni jeudi à Nouakchott, ont été commentés, dans l’après-midi, par des membres du gouvernement, lors d’une rencontre avec la presse.

Il s’agit des ministres de la culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, Me Sidi Mohamed Ould Maham et de l’environnement et de développement durable, M. Amédi Camara.

Le porte-parole du gouvernement a précisé que le conseil a examiné et approuvé un certain nombre de projets de lois, de décrets et de communications dont une communication relative au bilan du département de l’Environnement et du Développement Durable pour la période 2009-2018 et aux perspectives.

En réponse à une question relative sur la possibilité d’un partage équitable des sièges de la CENI (commission électorale nationale et indépendante) entre la majorité présidentielle et l’opposition, le porte-parole du gouvernement a précisé que le ministre de l’intérieur supervise, sur des directives du Président de la République, le dialogue en cours entre les partis de l’opposition et ceux des autres différentes couleurs politiques.

Il a ajouté que ce dialogue n’a pas encore pris sa forme finale et se situe encore aux stades d’exposition, d’acceptation, et de refus et qu’il semble que toutes les parties s’acheminent vers le changement de la loi régissant la CENI, ce qui permettra d’augmenter le nombre des membres de son directoire.

Au sujet des appels à l’enregistrement de la colonie mauritanienne au Sénégal sur la liste électorale, le ministre a précisé que ce sujet est intéressant et que les gens ne comprennent pas que cette colonie est mobile et en mouvement permanent entre les deux pays et que les autorités compétentes soulignent souvent qu’elle n’est pas stable, contrairement à celles dans d’autres pays comme la côte d’Ivoire, l’Arabie Saoudite, la France et tant d’autres pays.

Réagissant sur une question relative aux problèmes dont fait face actuellement la Mauritania Airlines, le ministre a précisé qu’il s’agit d’une société nationale et que sa création constitue un acquis en soi, car le pays n’avait pas de compagnie aérienne et était à la merci des compagnies étrangères, bien que ce secteur relève de la souveraineté nationale.

Et d’ajouter que le Président de la République soucieux de préserver la souveraineté de ce secteur a décidé de créer la Mauritania Airlines qui a pu se doter en temps record d’une flotte que la société Air Mauritanie n’avait pu réaliser dans sa période, aussi bien au niveau du nombre que de la qualité des appareils.

‘’Il est naturel que la compagnie rencontre des difficultés techniques comme celles dont fait face les avions dans les grandes sociétés et qui sont parfois plus graves. J’invite tout le monde à contribuer au succès de l’expérience de la Mauritania Airlines et de valoriser son action, surtout l’acquisition de nouvels appareils’’, a conclu le ministre.

A son tour, le ministre de l’environnement et du développement durable a passé en revue le bilan des réalisations accomplies par son département au cours de la décennie écoulée et les perspectives d’avenir, relevant que le secteur de l’environnement a mis en place un document comportant ces réalisations touchant les axes suivants :

-Les politiques, stratégies, plans d’action et rapports nationaux ;

-Le cadre organisationnel et institutionnel ;

-Les infrastructures et le renforcement des capacités, la formation et l’offre d’opportunités d’emplois ; -Le suivi, l’évaluation, le contrôle et la bonne gouvernance ;

-La gestion des déchets et des produits chimiques et la lutte contre la pollution ;

-La mise en œuvre des conventions internationales ;

-Les perspectives d’avenir.

Il a relevé au sujet des politiques et stratégies que le gouvernement mauritanien a mis en œuvre ses engagements par rapport aux conventions multilatérales et bilatérales à travers les sommets et rencontres internationaux auxquels la Mauritanie a participé comme les sommets de Rio de Janeiro de 1992 ; de 2012 de Johannesburg de 2002 ; de Copenhague de 2009 de 2011 ; de New York de 2015 et 2016 ; de Paris de 2015 ; de Marrakech de 2016 ; de Bonn de 2017 et de Katowice en Pologne de 2018.

Il a, sur la base de ces sommets, expliqué que notre pays a mis en place de nombreuses politiques, stratégies et plans d’action dont certains portent sur le cadre organisationnel et institutionnel et la signature le 2 août 2010 d’une convention cadre entre le gouvernement mauritanien et BACO Mab et la publication de la loi n ° 007/2011 du 16 janvier 2011, portant ratification de la Convention d'Abidjan sur la coopération en matière de protection du milieu maritime, ainsi que de nombreux autres textes. Il a souligné que, dans le domaine des accords et traités bilatéraux, un protocole de l'accord a été signé entre la Mauritanie et le Mali le 28 juillet 2015 sur le sur la réintroduction d'animaux et de plantes disparus ou en voie de disparition et la signature d'un certain nombre de protocoles d'entente et de protocoles de coopération et d'accords avec un certain nombre de pays. En ce qui concerne les lois publiées au niveau national, le ministre a indiqué que la loi n ° 2011/049 du 07 novembre 2011, portant loi fondamentale sur les ressources en eau, forêts et pêche, avait été promulguée, soulignant les réalisations accomplies par le département dans le domaine de la réhabilitation des infrastructures notamment l'extension du siège du ministère et l’équipement de ses bureaux en 2016 ainsi que la réhabilitation du siège des délégations régionales à Nouakchott, en Assaba et au Guidimagha.

S’agissant du renforcement des capacités, le ministre de l'Environnement et du Développement durable a expliqué qu'un manuel national sur les mécanismes, un fonds vert pour le climat ont vu le jour en 2018, une mobilisation continue des acteurs nationaux sur les problèmes du changement climatique a suivi en plus de la préparation de notre pays à une participation active à diverses conférences internationales en plus de l’organisation de différentes sessions de formation au profit de106 cadres et techniciens opérant dans le domaine de la foresterie. Il a ajouté que le secteur avait recruté 53 diplômés qui ont été répartis entre diverses institutions du secteur de l'environnement et du développement durable, en plus de l’offre d’emploi pour 311 cadres et agents dans des programmes et projets, y compris le programme spécial de protection de la ville de Nouakchott.

Il a ajouté qu'un manuel sur les procédures techniques et administratives a été élaboré et publié en 2010 et qu'une revue institutionnelle du secteur a été menée en 2011 permettant aux partenaires du département de s’informer sur les réformes majeures et les directives institutionnelles qu'il compte mettre en œuvre. De même une étude d'évaluation des besoins dans le domaine des équipements et des ressources humaines en 2012 a été mise sur pied. A cela s’ajoutent diverses et nombreuses autres réalisations dans différents domaines.

S'agissant du suivi, de l'évaluation et du suivi de la gouvernance dans le domaine de l'environnement, le ministre a souligné que dans le domaine de la chasse, 71 avis de faisabilité pour la validation de 71 études d'impact environnemental de produits de la pêche et de fabrication de farine et huile de poisson avaient également été approuvées en plus de 71 journées de consultation du public et de 142 missions d’enquête publiques.

Il a ajouté que 165 avis de faisabilité ont été approuvés pour la validation de 135 études d'impact environnemental de carrières industrielles, la mise en œuvre de 30 projets miniers, l'organisation de 165 journées de consultation du public et 300 missions d'enquête, en plus de la réalisation d'un grand nombre d'enquêtes et d'études similaires dans le secteur pétrolier. Le ministre a ajouté en matière de gestion des déchets et des produits chimiques que le département est soucieux de contrôler et coordonner les opérations d’exportations et le traitement de 3 076 tonnes de déchets venant d'activités pétrolières, 400 tonnes de radiations naturelles, 12 000 tonnes d'huiles usagées et 16 000 tonnes d'huiles usagées.

Il a noté que la fixation des dunes de sable a porté sur 1185 hectares dans 32 sites dans 27 villages et campements pastoraux sur une superficie de 1.000 hectares dans huit wilayas, en plus de l'entretien de la construction de 93.000 km de de pare-feu pendant la période 2009-2019 à un rythme annuel de 9.300 km en moyenne.

S’agissant de la lutte contre la désertification et la protection des infrastructures économiques et sociales de l'ensablement et les activités nuisibles au sol, le ministre a expliqué que 2.000 hectares ont été grillagés et que l’on travaille sur la réalisation d'une ceinture verte dans la moughataa de Chami sur une superficie de 277 hectares en plus de la production de 300 000 plants d’arbustes de 171 hectares sur les 277 hectares prévus en plus de nombreuses activités similaires dans ce domaine dans plusieurs villes et villages à travers le pays.

Pour ce qui est des perspectives d'avenir, le ministre, a dit que le département travaille à la mise en œuvre des différentes politiques et stratégies, en particulier les stratégies nationales pour l'environnement et le développement durable qui ont été approuvées de concert avec les partenaires techniques et financiers et les différents acteurs concernés en 2017, en plus d’axes stratégiques liés à la bonne gouvernance dans le domaine de l'environnement avec ses six axes.
Dernière modification : 11/04/2019 22:38:20