Nouakchott,  27/02/2019
L’Application biométrique de gestion du casier judiciaire et de la population carcérale, réalisées dans le cadre du projet‘’ consolidation de la paix, sécurité et justice en Mauritanie’’, sur financement du gouvernement japonais avec la collaboration du ministère de la justice et l’agence nationale de registre des populations et des titres sécurisés (ANRPTS), a été inaugurée mercredi à Nouakchott dans les locaux du palais de la justice.

Le projet va permettre une application biométrique de gestion des prisons civiles et l’enregistrement des condamnations portées à leur encontre.

La cérémonie a donné lieu à un mot du secrétaire général du ministère de la justice, M. Mohamed Ould Chrif Ahmed, dans lequel il a précisé que l’introduction de cette application s’inscrit dans le cadre de la politique de l’État visant à moderniser le secteur de la justice pour le rendre conforme aux critères et spécificités internationaux, toute comme elle constitue une partie indissociable de la politique du pays mise en vigueur en application des directives du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, en vue d’améliorer davantage de l’action judiciaire.

Il a ajouté que l’équipement de ce secteur avec des moyens modernes et des ressources humaines compétentes se situent en tête des priorités des politiques mises en œuvre pour l’assainir davantage.

Pour sa part, le directeur général adjoint de l’ANRPTS, M. Sidi Ali Ould Bowba, il a précisé que cette application va apporter une amélioration qualitative au travail des tribunaux pour l’appui sur l’identité biométrique, qui empêchera tout acte de falsification ou de similitude des données pour des personnes qui portent les mêmes noms.

Pour sa part, le représentant adjoint des opérations du PNUD, Léon Badibanga, a précisé que l’accès équitable des citoyens des citoyens au service de la justice par la délivrance d’un casier judiciaire infalsifiable, d’une part, et l’assurance de la sécurité dans un contexte de lutte contre le terrorisme, d’autre part, nécessite la mise en place d’outils efficaces.

Plusieurs responsables du ministère de la justice et magistrats ont assisté à la cérémonie d’ouverture.
Dernière modification : 28/02/2019 10:07:45