Nouakchott,  25/02/2019
‘’Renforcer la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnel’’, tel est le thème d’un atelier régional, organisé par le programme de renforcement de la résilience alimentaire nutritionnelle au Sahel sur financement de la Banque mondiale et le CILSS, dont les travaux ont débuté, lundi, à Nouakchott.

La rencontre, d’une durée de trois jours, permettra aux participants de jauger l’état d’exécution du projet aux niveaux régional et national ainsi que le partage des expériences réussies dans le domaine, sur la base d’une vision inclusive et participative ainsi la revue des activités programmées cette année et l’identification leurs modes opératoires.

Supervisant l’ouverture de la rencontre, le secrétaire général du ministère du développement rural, M. Ahmedou Ould Bouh, a précisé que l’atteinte des objectifs tracés pour le programme nécessite un suivi minutieux de toutes ses activités de la part des autorités compétentes, à travers des ateliers techniques.

Il a ajouté qu’une revue à mi-parcours du projet a été effectuée dans la plupart des pays concernés, afin d’évaluer les activités exécutées et d’identifier les insuffisances et de ressortir les forces et les faiblesses en vue de tirer les leçons et d’adopter les propositions et recommandations de nature à les améliorer.

‘’En Mauritanie, le gouvernement, sous la direction éclairée du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a mis en œuvre, avec succès, des programmes et stratégies ayant contribué à l’amélioration de la production agricole et à l’atténuation de la pauvreté en milieu rural’’, a conclu le secrétaire général.

Lui succédant, le coordinateur national du projet, M. Sy Baba, a souhaité la bienvenue aux délégations participantes à l’atelier et renouvelé la volonté de la Mauritanie de fournir toutes les facilités garantissant la réussite de la rencontre.

Quant au coordinateur régional du projet, M. Felex Koumabaré, il a loué les conditions offertes par la Mauritanie pour la réussite de cette importante rencontre africaine sur laquelle les habitants du Sahel fondent d’immenses espoirs.

Il a ajouté que l’atelier a pour but de diagnostiquer les problèmes qui entravent l’exécution de l’étape actuelle du projet.

Outre la Mauritanie, des représentants du Sénégal, du Tchad, du Niger, du Burkina Faso et du Mali, prennent part à cet atelier.

Dernière modification : 25/02/2019 15:10:35