Nouakchott,  12/02/2019
Les travaux du 16è colloque de la confédération internationale des associations des diplômés de l’institut technique de banque (CIAD-ITB) et l’association mauritanienne des diplômés de l’ITB de paris (AMITB), placé sous le thème : la banque africaine et l’économie numérique, se poursuivent actuellement à Nouakchott.

Plusieurs thèmes d’actualité et traitant des défis de l’heure sont inscrits sur l’agenda de la rencontre de cinq jours, tels que la problématique du financement de l’économie numérique en Afrique : Etat des lieux de la digitalisation et perspectives, cadre règlementaire bancaire et numérique : adéquation avec les besoins des opérateurs, présentation du cadre règlementaire de l’économie numérique dans l’Afrique du nord, cadre légal et réglementaire de l’économie numérique en zone franc :adéquation du cadre légal et réglementaire et les inévitables aménagements des cadres de supervision et d’organisation des dispositions pénales et civiles et l’offre numérique bancaire : potentiel et réalités du marché.

Ces communications ont suscité des débats féconds et constructifs clarifiants tous les aspects des thématiques traités.

Supervisant le démarrage du colloque, le Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), Abdel Aziz Ould DAHI, a souligné l’importance du thème du colloque et son incidence sur l’avenir des économies et systèmes financiers, en l’occurrence l’économie numérique.

Il a ajouté : ‘’Nous sommes aujourd’hui confrontés à un phénomène international dont les effets bouleversent radicalement nos modes de vie et de communication, nos types d’organisation et de gestion et suscite de nouveaux besoins et de nouvelles habitudes de consommation de l’ensemble des acteurs économiques : Etats, entreprises et Citoyens’’.

Evoquant le contexte mondial actuel et ses principales caractéristiques, le Gouverneur de la BCM a souligné que le monde dans lequel nous évoluons aujourd’hui a déjà fait des bonds qualitatifs dans la mise en œuvre du processus de digitalisation de l’économie et de la société dans son ensemble ; des dispositifs technologiques de plus en plus performants, des outils informatiques révolutionnaires et des cadres règlementaires modernes permettent aujourd’hui aux banques et aux autres systèmes financiers de proposer des produits de plus en plus complexes et diversifiés et qui semblent plus adaptés à une demande de plus en plus exigeante et multiforme.

Il a fait remarquer que ces mutations ont modifié sensiblement le comportement du consommateur et affectent fondamentalement le métier des banques et partant leurs autorités de régulation.

‘’Nous sommes aujourd’hui à une époque où l’origine de l’offre de financement est à peine visible, la relation banque /client difficilement compréhensible : la banque est assimilée beaucoup plus à un prestataire de services qu’a un pourvoyeur de financement. De l’autre côté, nous assistons à des services bancaires d’une proximité inimaginable il y a seulement une décennie’’, a encore noté, M. Abdel Aziz DAHI.

Quant au Président de l’AMITB, M. Mohamed Abdellahi BEIBAKAR, il a tout d’abord souhaité la bienvenue aux honorables invités dans leur seconde patrie et souligné que la Mauritanie est honorée d’abriter les travaux de la 16ème édition du colloque international de la CIAD-ITB, organisée cette année à Nouakchott sous le thème « La Banque Africaine et l’Economie Numérique ».

‘’Chers frères et collègues, venus d’Afrique et de France, vous êtes invités à réfléchir sur une problématique d’actualité universelle et qui a des effets sensibles sur l’avenir de la profession bancaire et sur les économies des pays africains ; durant 5 jours, il vous reviendra d’étudier, diagnostiquer et de formuler des recommandations pertinentes et réalistes qui serviront de référence aux décisions futures de nos gouvernements dans l’optique d’une numérisation accélérée de nos économies’’, a –t-il conclu.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’Information et de la communication, Dr. Sidi Ould Salem et de plusieurs autres responsables du monde des finances et des affaires.
Dernière modification : 12/02/2019 15:05:39