Nouakchott,  06/02/2019
Le ministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille a commémoré, lundi au centre de formation pour la promotion féminine à Nouakchott, la journée internationale tolérance zéro de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) sous le thème : « Traduire les décisions politiques en actions concrètes à la base, pour accélérer la réalisation de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en 2030. »

A cette occasion, le secrétaire général du ministère des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, M. Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Ould Sidi Yahya, a indiqué que la place de la femme, sa dignité, ses droits et le renforcement de sa participation ont connu ces dernières années une expansion qualitative et concrète sous l’impulsion du Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il a ajouté que les mesures effectives qui ont été prises par le gouvernement confirme que notre pays est résolument décidé à respecter ses engagements internationaux dans le domaine des droits de la femme et de la lutte contre toutes les formes de violence dont elle peut en être la victime, ajoutant que le renforcement de l’arsenal juridique avec notamment la loi de la santé de la reproduction et le code des droits de l’enfant en sont des preuves tangibles.

Le secrétaire général a souligné que le département des affaires sociales, de l’enfance et de la famille a adopté une approche préventive pour lutter contre les comportements violents contre la femme basée sur la sensibilisation et l’association des leaders d’opinion locaux en vue du changement des mentalités.

Il a indiqué que les médecins et les oulémas se sont entendus que la pratique de l’excision est nuisible pour la santé et ont fait une fatwa basée sur un avis médical contre cette pratique, ajoutant que malgré toutes ces mesures sa pratique reste supérieure à 60% dans certaines zones.

Il a précisé que son département va dans les prochaines semaines mettre en œuvre la semaine africaine d’accélération de l’abandon de cette pratique.

De son côté, Le représentant du Fond des Nations Unies pour la Population (UNFPA)en Mauritanie,M Saidou Kaboré ,a indiqué dans un discours conjoint des Agences UNFPA/Unicef que la commémoration de cette journée internationale traduit l’engagement des autorités mauritaniennes à lutter contre cette pratique néfaste, à l’instar de la communauté internationale.

La cérémonie de commémoration s’est déroulée en présence des représentants des départements gouvernementaux concernés et des acteurs des organisations de la société civile intervenant dans le domaine de la lutte contre les pratiques nuisibles à la santé de la femme et de la fille.

Dernière modification : 07/02/2019 08:55:23