Nouakchott,  02/02/2019
Le centre d’études et de recherches pédagogiques (CERP) a organisé samedi à son siège à Nouakchott une table ronde sur le système du Baccalauréat en Mauritanie : ‘’les défis et les perspectives’’ en présence de deux conseillers des ministères de l’éducation nationale et de la formation et des chercheurs, académiciens et professeurs à l’Université de Nouakchott, d’autres universités de par le monde ainsi que des experts dans le domaine de l’éducation de base.

C’est ainsi qu’ils ont abordé la situation de l’enseignement aujourd’hui tant au niveau de la formation de base que du supérieur sans compter la filière professionnelle, insistant sur la nécessité de rétablir la confiance en l’enseignement en réhabilitant l’enseignant aux plans matériel et moral. En effet, dans le passé, l’enseignant occupait une place choix au sein de la société tant auprès des populations que du pouvoir et comptait comme un des leaders de l’opinion.

Aussi pour améliorer le système et pédagogique et en relever le rendement à tous les échelons les participants ont recensé un certain nombre de causes à l’origine de la baisse des niveaux des élèves et de la déperdition scolaire qui s’est répandue ces dernières décennies.

Ils ont notamment souligné l’intérêt de tenir compte des exigences de la mondialisation et de la conjoncture pour faire face aux défis consécutifs au déferlement des données et de la propagation des réseaux sociaux pour en tirer le meilleur parti et éviter les obstacles résultant de leur sous exploitation.

Ils ont affirmé que le Bac est considéré dans le monde comme un diplôme universitaire et professionnel, ce qui requiert de l’Etat d’axer sur ce diplôme en raison du fait qu’il représente un point de passage vers l’enseignement universitaire, relevant au passage l’intérêt que lui portent les pouvoirs publics et louant le taux d’admission l’année écoulée avant de dire que l’investissement dans le secteur et la préparation des générations futures constituent la meilleure politique que l’on peut entreprendre dans le domaine.

Le porte- parole du CERP, M. Mehdi Mohamed Lemine avait placé la discussion dans son contexte à savoir la vision du centre tendant à trouver des solutions aux problèmes de l’enseignement qui préoccupent les patriotes soucieux du développement du pays.

Il a ajouté que le centre fait de l’éducation une priorité et œuvre avec tous les autres acteurs pédagogiques à relever le niveau et la qualité de l’enseignement de manière à le rendre plus compétitif au plan régional et international.

Pour sa part, Dr Elaty Ould Mohamed El Moktar Koweidiss, conseiller chargé de la recherche scientifique au CERP a indiqué que le centre, qui a été créé en 2018, s’intéresse à toutes les études qui concernent le secteur de l’éducation et contribue à son développement et à la formation de cadres aptes à promouvoir et développer le système pédagogique à travers la contribution aux projets d’intérêt général, l’enseignement des langues et la mise en place de stratégies de formation des ressources humaines pour en relever le niveau.

Dernière modification : 02/02/2019 20:31:16