Nouakchott,  31/01/2019
L'Assemblée nationale a adopté jeudi après- midi au cours d'une séance plénière présidée par son premier vice- président, le député Boidiel Ould Houmeid le projet de loi autorisant la ratification du contrat - programme liant le gouvernement mauritanien à la société nationale d'aménagements et de travaux (SNATT) pour la période 2019 - 2021.

Le Gouvernement était représenté à cette plénière par Madame Lemina Mint El Kotob Ould Momma, ministre du développement rural entourée de certains de ses collaborateurs.

Au cours de sa présentation du projet de loi, la ministre a indiqué que la SNATT a été créée en 2009 pour servir d’instrument d’exécution des politiques publiques en matière d’aménagements agricoles et pastorales.

Elle a ajouté que ce contrat –programme a été signé entre l’Etat mauritanien et la SNATT pour la réalisation des travaux programmés par les départements du développement rural et l’environnement et celui du développement durable sur une période de 3 ans pour un montant de six cent vingt un million cent cinquante et un mille quatre cent huit ouguiyas 621 151 408 MRU.

La ministre a toutefois précisé que ce montant répond à l’ensemble des besoins en matière d’aménagements hydro-agricoles et pare-feu étant entendu que l’Etat prend en charge le financement de ce contrat-programme qui pourra bénéficier du soutien des partenaires au développement.

La mise en œuvre de ce contrat s’effectuera sous la supervision technique et le suivi des départements concernés. Elle a souligné que la programmation des projets intervient sur demande formulée au plan régional et après accord des commissions chargées du développement régional conformément aux normes établies. Après quoi le ministère dépêche des commissions pour s’assurer, sur place, de la conformité des projets aux critères retenus avant de les programmer selon les priorités du secteur.

La ministre a en outre affirmé que la société est parvenue au cours des trois dernières années à améliorer ses performances grâce à la disponibilité d’équipements appropriés et l’émergence d’une conception technique adaptée aux exigences des aménagements hydro-agricoles et un entretien efficace des périmètres aménagés.

Les travaux à réaliser dans le cadre de ce programme concernent :

- Les travaux d’aménagement d’axes hydrauliques; les travaux d’aménagements hydro-agricoles; les travaux de désenclavement des zones de production; l’entretien du chenal de l’Aftout Essahli; les travaux de construction et de réhabilitation des barrages; les travaux confortatifs (seuils, digues et diguettes ainsi que les travaux de réalisation de pare-feu (entretien et/ou ouverture).

Dans sa réponse aux interrogations et interventions des députés, la ministre a mis en exergue le caractère urgent du projet de loi et son importance pour les populations car a-t- elle dit la société est actuellement dans une situation financière confortable et qu’elle dispose d’équipements performants lui permettant d’exécuter les missions qui lui sont confiées.

Elle a précisé que les critiques et erreurs évoquées par certains intervenants relèvent de la période qui a précédé ces trois dernières années au cours desquelles la société a connu des améliorations notoires. Elle a rassuré les députés que les études appropriées ont été faites et que les conditions sont à présent réunies pour la réfection des barrages de façon satisfaisante.

La ministre a rappelé que le département va mettre à profit des compétences parmi lesquelles certains sortants d’écoles nationales qui se sont distingués lors des concours et dont l’expérience a été concluante. Elle a par ailleurs affirmé que le régime douanier dont a bénéficié le riz a permis au consommateur mauritanien d’expérimenter le riz local et d’augmenter le volume de sa production en préservant sa bonne qualité. Quant aux légumes, elles continuent à être importées en grande quantité et il s’agit de trouver des moyens nouveaux qui permettent d’échelonner leur production sur toute l’année.

La ministre a affirmé que l’Etat honore l’ensemble de ses engagements vis-à-vis des sociétés publiques travaillant dans le secteur en précisant que la société a la faculté de signer des contrats avec le privé à condition que cela n’influe sur ses engagements à l’endroit de l’Etat.

A la fin de son intervention, la ministre a déclaré que la Mauritanie a réalisé un acquis remarquable en étant le premier pays au monde à éradiquer le ‘charançon rouge’ grâce à la mise en œuvre d’un plan d’urgence sur toute l’étendue du territoire national.

Dans leurs interventions, les députés ont souligné l’importance que revêt l’exécution rapide des projets à caractère agricole compte tenu des besoins exprimés par les citoyens dans ce domaine dans la mesure où ce programme répond aux exigences des différents intervenants dans le secteur si toutefois il est bien exécuté.

Les députés ont par la suite insisté sur l’importance qu’il y a à consentir le temps nécessaire à l’étude des projets de loi et au respect du règlement intérieur de l’Assemblée nationale en ce qui concerne le quorum et le temps séparant la convocation des commissions et la réunion de celles-ci. S'agissant de l’expérience de la société, elle a été l’objet de critiques par le passé ; ce qui doit l’emmener à éviter de telles erreurs en prenant en compte les observations formulées lors de l’évaluation 2016-2018.

Les députés ont attiré l’attention sur la nécessité d’augmenter la production des légumes au niveau national; à accorder davantage l'importance à l'élevage qui assure l'autosuffisance du pays en matière de viandes rouges.
Dernière modification : 31/01/2019 19:23:36