Nouakchott,  28/01/2019
L'Assemblée nationale a adopté, au cours d'une séance plénière présidée, lundi, par son premier vice-président, M. Boidjel Ould Houmeid le projet de loi n° 09/19 autorisant la ratification de l’Accord de Coopération signé le 29 novembre 2011 à Riyad entre le Gouvernement du Royaume d’Arabie Saoudite et le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie dans le domaine de la lutte contre le crime.

Dans sa présentation, le ministre a indiqué que le présent projet de loi qui vise à enraciner davantage nos relations fraternelles avec le royaume d’Arabie saoudite et intervient dans le cadre d’un accord signé entre les deux pays pour lutter contre le crime. Cet accord a-t-il dit est mieux adapté aux exigences d’une efficacité accrue en matière de lutte contre le crime.

Il a ajouté que les menaces sécuritaires actuelles découlant du terrorisme et des trafics multiformes (des êtres humains, des armes, des stupéfiants, des migrants, des devises etc…) ont conduit les deux pays à prendre un ensemble de mesures de nature à asseoir les bases d’une coopération efficace dans ce domaine.

C’est dans cette perspective, a ajouté le ministre, que les deux pays se sont mis d’accord pour l’échange d’expériences en matière de lutte contre le crime, le terrorisme, le blanchiment d’argent, la prolifération des armes, la traite des personnes, le crime organisé..etc.

Le ministre a précisé qu’une commission mixte composée d’experts des deux pays sera chargée de la mise en œuvre des dispositions de cet accord une fois ratifié par chaque pays.

Répondant à certaines préoccupations des députés le ministre a rassuré ceux-ci ,sur le fait que des mesures ont été prises par le gouvernement en vue de protéger et d’assurer la sécurité des citoyens. A cet effet, le gouvernement a consacré à chacune des trois wilayas de Nouakchott un contingent des forces de sécurité qui veille à rétablir la sécurité et à garantir la protection des citoyens.

Les députés ont félicité le ministre pour son exposé et ont demandé au gouvernement de prendre les dispositions utiles pour éviter le retard accusé dans la présentation des projets de loi au parlement. Ils ont en même temps insisté sur la nécessité de donner aux députés le temps nécessaire pour l’étude des conventions et accords afin de mener à bien la mission qui leur est dévolue.
Dernière modification : 28/01/2019 20:45:30