Nouakchott,  05/12/2018

, 05 Déc 2018 (AMI)-Les travaux d’un atelier de renforcement de capacités de l’Union Africaine (UA) en matière d’enregistrement des évènements d’état civil et les statistiques vitales, conjointement organisé par l'Agence Nationale du Registre la Population et des Titres Sécurisés (ANRPTS) et l’UA, ont été ouverts, mercredi, à Nouakchott.

La rencontre, de trois jours, vise à informer les responsables africains de l’état civil sur la riche expérience mauritanienne de dans ce domaine et sur les progrès accomplis en la matière, couronnés par la création d’un registre de la population, englobant les citoyens, les étrangers résidents et les visiteurs, en plus de la sécurisation des documents nationaux, l’établissement et la livraison des pièces d’état civil, à partir de données biométriques, centralisées et permanentes.

« Son Excellence le Président de la République Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, avait très tôt pris conscience de l’importance d’un état civil fiable et sécurisé, assurant aux citoyens l’accès aisé aux services et renforçant les mécanismes de l’action du gouvernement, en se fondant sur des statistiques crédibles et brutes bien exploitées par chaque département », a dit d’emblée, le directeur général de l'ANRPTS, M. Ahmed Moctar Bouceïf.

Il a ajouté que la collecte, la documentation, la compilation et la publication de données statistiques, à partir de données tirées de l’état civil, sont de nature à aider les divers départements gouvernementaux et non gouvernementaux, dans la mise en place d’une vision pertinente et précise de leurs activités et la rectification des mesures prises.

Le Directeur Général a rappelé par ailleurs les efforts déployés par la Mauritanie, en partenariat avec le Haut-commissariat pour les Réfugiés (HCR) , qui ont permis d’établir des cartes d'identité aux réfugiés maliens au campement de M’Bera, dans la wilaya du Hodh Charghi ainsi qu’à livrer à leurs enfants des extraits de naissance, conformément aux conventions internationales et à la Déclaration de Nouakchott, qui a affirmé la nécessité d’intégrer les réfugiés dans les systèmes d'enregistrement de l'état civil .

Pour sa part, le Directeur des affaires économiques à l'UA, M. René Kouassi, a remercié, quant à lui, dans son intervention, le gouvernement et le peuple mauritaniens, pour l’accueil de cet important événement africain, qui est témoin de l’engagement sincère de la Mauritanie aux côtés des Etats africains, pour développer l'état civil dans le continent et en faire un outil commun de développement global.

Il a inscrit également cette rencontre de Nouakchott, dans le cadre des recommandations de la Conférence des ministres d'état civil africain, organisée dans la capitale mauritanienne au cours de cette année, afin de parvenir une gouvernance et à un développement meilleurs, grâce à l'enregistrement et à l’informatisation de toutes les données relatives à l'état civil concernant les citoyens, les migrants, les réfugiés et les nouveau-nés ; afin que chaque personne se trouvant sur le continent nourrisse le grand espoir de bénéficier de tous ses droits.

La représentante de l'Organisation Internationale de la Migration (OIM) dans notre pays, Mme Laura Lungarotti, a exprimé quant à elle sa joie de participer à cette seconde rencontre du genre, en une semaine en Mauritanie, ayant porté sur cette thématique fondamentale pour tous les peuples du continent africain, affirmant que l’obtention de chaque enfant d’un extrait de naissance est la meilleure garantie de son avenir, notamment pour bénéficier des ses autres droits dans les domaines de l'éducation, du vote, de voyage, et qui nécessitent en premier leur identification par des pièces d’état civil.

‘’La non obtention des individus de documents d’état civil, les expose ainsi que leurs pays et les autres Etats du monde, à certains problèmes ; d’où l’importance de l’état civil qui devient d’abord, indispensable pour la souveraineté des États et des Nations et ensuite, pour atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030, a-t-elle’’, dit.

Prenant à son tour la parole, Mme Fadela Novak-Irons , Représentante adjointe du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) en Mauritanie, a loué l’organisation de Nouakchott de cette rencontre sur l’état civil en Afrique ; compte-tenu de son importance future pour les populations du continent et pour la protection mondiale des réfugiés.

Elle a remercié également la Mauritanie pour avoir organisé cet important événement d’une part et pour ses efforts appréciables pour accueillir les réfugiés maliens sur son territoire pendant un certain temps, tout en leur assurant la protection internationale nécessaire, en délivrant les extraits de naissance à leurs enfants et pour les autres services qui leur ont permis de jouir d’un séjour confortable et sécurisé dans ce pays hospitalier, d’autre part.

La cérémonie s’est déroulée en présence du secrétaire général de l'Agence M. Boïda Ould Sghair et de certains de ses responsables centraux.
Dernière modification : 05/12/2018 15:15:34