Oulata,  21/11/2018
le ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Me Sidi Mohamed Ould Maham a supervisé, mercredi à la mosquée ‘’Essahahba’’ de Oualata, le lancement du grand concours de
Coran et de Hadith du Prophète (PSL) organisé dans le cadre de la 8e édition du festival des villes anciennes.

Ce concours est organisé chaque année en même temps que le festival des villes anciennes et consiste à tester chez les concourants, les capacités de mémorisation de l’intégralité du Saint Coran et la parfaite maîtrise des règles relatives à sa récitation à son orthographe. Les participants au concours seront également testés en hadith, notamment les quarante hadiths de Newewi, l’un des spécialistes du hadith prophétique.

Le ministre de la Culture a déclaré dans un discours une allocution à cette occasion que le concours constitue l’une des plus importantes composantes du festival parrainé par le président de la République,Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, mais qu'il s'agit de la composante la plus important du moment où il est en rapport avec Le Saint Coran,à la biographie du prophète (PSL), sujets auxquels le président de la République accorde un grand intérêt. soit sur lui et reçue par Son Excellence le président de la République.

Il a appelé les participants à bien saisir le contenu du message véhiculé par le Saint Coran, en particulier la paix, la justice, la tolérance et l'équité. Il a ensuite souligné le soutien du gouvernement aux efforts de ceux qui mettent en avant le contenu de ce message qui est l’élément le plus important du festival des villes anciennes.

De son côté, le directeur des affaires islamiques au Ministère des Affaires islamiques et de l'Enseignement originel, Dr. Mohammed Lemine Ould Cheikhna Ould Cheikh Ahmed, chargé de la supervision générale du concours, a souligné que le concours a pour objectif de faire revivre les sciences islamiques dans ces villes et de relier les jeunes à leurs villes d'origine.

Il a ajouté que ce concours vise aussi à immuniser les jeunes contre la délinquance et à familiariser aux sciences de la religion en les exhortant à adhérer aux valeurs de tolérance et à traiter les autres en conséquence.

Le directeur a insisté sur la transparence du concours qui est supervisé cette année par un certain nombre de spécialistes en lecture du Saint coran alors qu’il était au paravent arbitré par les imams et cheikhs des villes participantes. Les lauréats de ce concours recevront d’importants prix : 100 000 N-UM pour le premier dans la
branche Coran, 80000 Pour le deuxième, 60000 pour le troisième et 40000 N-UM pour le quatrième, tandis que le premier de la branche Hadith recevra 80 000 N-UM, le deuxième 60 000, le troisième 40 000 et le quatrième 20 000 N-UM.

La cérémonie de lancement du concours s’est déroulée en présence du Hakem de la moughataa de Oualata et du maire de sa commune en plus du délégué régional du ministère de la Culture et de l’Enseignement originel au Hodh Charghi.
Dernière modification : 21/11/2018 21:52:53