Nouakchott,  18/10/2018
Le ministre de la Culture, de l’Artisanat et des Relations avec le Parlement, Porte-parole officiel du Gouvernement, Dr Mohamed Lemine Ould Cheikh, a commenté jeudi soir à Nouakchott les résultats du Conseil des ministres.

Le ministre a indiqué que le Conseil a examiné et adopté un ensemble de projets de décrets et de communications dont un projet de décret portant application de la loi n°2018.33 du 08 août 2018 abrogeant et remplaçant la loi n°2010.007 du 20 janvier 2010 portant Statut de la Police Nationale.

En réponse à une question sur la position du gouvernement concernant la mesure interdisant l’inscription à l’université des étudiants dont l’âge atteint 25 ans, le ministre a souligné que cette position a été abordée par le ministre de l’Education nationale la semaine dernière, rappelant que les inscriptions sont ouvertes à tous les bacheliers et que ces derniers seront inscrits dans les institutions de l’enseignement supérieur, mais suivant le classement de priorités fixées par le ministère.

Il a souligné que la priorité des inscriptions sera donnée aux étudiants les plus méritants et il sera également tenu compte de l’âge, ajoutant que finalement tous les bacheliers seront inscrits à l’exception de quelques fonctionnaires de l’Etat, relevant de la fonction publique.

A ce sujet, il dévoilé l’existence d’instructions présidentielles ordonnant l’absorption des détenteurs du diplôme du baccalauréat par les institutions d’enseignement supérieur et professionnel, ajoutant que cela sera fait suivant un plan bien tracé.

Répondant à une question sur ce que le journaliste a appelé ‘’l’existence de certaines manifestations culturelles douteuses que certaines sources affirment qu’elles se déroulent sous la supervision du Premier ministre, le porte- parole du gouvernement a précisé que rien n’empêche que les activités scientifiques et culturelles soient supervisées par le Premier ministre.

Mais dans certains cas, les organisateurs de ces manifestations demandent leur patronage par le Président de la République et y parviennent sinon ils demandent celui du Premier ministre et l’obtiennent et parfois de certains autres ministres, ce qui est, somme toute, chose normale.

Quant au caractère douteux de ces activités, le ministre a indiqué qu’il s’agit là d’une pure accusation et que le Président de la République et le Premier ministre ne patronnent pas une manifestation douteuse et il appartient à celui qui qualifie de douteuse cette activité de dire en quoi précisément elle est douteuse au lieu de parler dans le vague.

A une question sur les statuts de la police et sur est-ce que les nouveaux statuts vont permettre la révision des conditions de la promotion des éléments de la police et l’accélération de cette promotion, le ministre a affirmé que le décret d'application de la loi régissant le corps de la police aborde de façon détaillée la question de la promotion au sein de ce corps à travers de nombreux articles.

Concernant une question sur la crise de la société mauritanienne de transport public dont le journaliste a dit qu’elle ‘’a demandé à l’Etat un appui d'un montant de 800 millions d’ouguiya et qu’elle n’en a obtenu que 500 Mn, qui n’ont réglé que 60% de ses besoins’’, le ministre a répondu ''que la société de transport ou de transport des étudiants soit en crise, cela n’est pas évident et que, de toutes façons, dès lors que la société a requis un montant et qu’elle en a obtenu une partie non négligeable, cela veut dire que l’on a bien réagi par rapport au plafond de la demande''. Et de relever au passage qu’en tout état de cause, il n’est pas au courant d’une crise au niveau du transport des étudiants.

Le ministre a, enfin, dans sa réponse à une autre question portant sur les statuts des corps de la fonction publique, que ceux-ci sont régis par une série de lois et de décrets qui restent en vigueur.
Dernière modification : 18/10/2018 18:49:48