Nouakchott,  04/10/2018
Des précipitations importantes ont été enregistrées dans la plupart des zones pastorales du pays cette année, ce qui a permis l’émergence de pâturages jugés satisfaisants, par la Direction de la protection de la nature du Ministère de l’environnement et du développement durable, dans les deux Hodhs, l’Assaba et Guidimakha, alors que le manque de précipitation est constaté aux niveau des autres wilayas du pays.

La situation pastorale des pâturages naturels pour la saison 2018 a été évaluée au moyen de trois approches intégrées analysant la distribution spatiale et temporelle sur le territoire national au moyen de la télédétection. Les experts en évaluation des pâturages ont adopté les valeurs du couvert végétal standard obtenues par images satellites.

Cet indicateur est disponible toute l’année via des images quotidiennes et est monté avec une précision spatiale allant de 0.25 à 1 km.

La productivité théorique des pâturages a été estimée, conformément à la méthode par défaut de la biomasse, sur la base des pâturages des pays du Sahel et de l’évaluation de la qualité des pâturages et du risque de feux de forêt au niveau des wilayas sylvo-pastorales de notre pays, par les missions conjointes des ministères de l’élevage, de l’intérieur, de l’environnement et du développement durable.

La biomasse produite cet hivernage a atteint environ 3,224 millions de tonnes sur l’ensemble des pâturages de sept wilayas du pays, et la valeur économique de cette richesse était estimée à environ 20,208 milliards d’Ouguiyas, soit l’équivalant en aliment de bétail.

Contacté par l’AMI, le directeur de la protection de la nature, M. Ousmane Ould Sidi Boubacar, a indiqué que les pâturages naturels sont divisés en trois espèces dans les wilayas pastorales, dont certaines sont excellentes et couvrent certaines poches pastorales dans les wilayas du Guidimakha, de deux Hodhs et de l’Assaba, ajoutant que la pression animale est encore modérée et que ces pâturages peuvent être exploités jusqu'au mois d’avril.

Il a souligné que le département de l'environnement et du développement durable a élaboré un ambitieux programme visant à préserver cette richesse naturelle afin de réduire de 50% l'incidence des incendies de forêt et des zones incendiées, par rapport à la moyenne nationale des années précédentes.

Ce programme prévoit la réhabilitation de 10.290 km d’anciennes lignes de pare-feu à un minimum de 6 mètres et 9 mètres dans certaines zones.

Le directeur de la protection de la nature a précisé que la campagne de sensibilisation contre les incendies de forêt serait renforcée par les moyens disponibles, en associant toutes les parties prenantes, en activant les comités de village et les associations des éleveurs, en assurant une meilleure protection des principales réserves pastorales stratégiques au moyen d'équipes mobiles pour l'environnement, en renforçant les opérations de lutte contre le feu, en surveillant et en évaluant la campagne à l'aide des technologies de l'information et de la communication, et en renforçant les capacités aux niveaux central et régional pour assurer une bonne coordination de la campagne.
Dernière modification : 04/10/2018 14:46:03