Nouakchott,  27/09/2018
Les travaux d’un atelier technique sur la gestion des connaissances environnementales et la planification dans les zones arides ont débuté jeudi à Nouakchott.

Les participants à la réflexion, organisée conjointement par le ministère de l’environnement et du développement durable et le programme des Nations Unies pour l’environnement, se sont scindés en trois groupes chargés d’examiner des thématiques relatives à la gestion des connaissances environnementales, à la collecte et l’analyse des données techniques ayant trait à l’environnement et à l’exécution des politiques environnementales.

Les groupes privilégieront dans leurs recherches les connaissances traditionnelles locales, travaux qui seront contenues dans de nouveaux guides en vue d’introduire de nouvelles pratiques.

Sur la base de ces résultats et recommandations, le ministère de l’environnement et du développement durable procédera à des interventions palpables sur le terrain, tout en ciblant des zones pilotes dans les régions arides.

D’autres interventions graduelles du département ministère de l’environnement et du développement durable (MEDD) seront opérées dans les wilayas arides et semi arides, sous formes de projets et programmes soumis aux partenaires susceptibles au développement et ce en coordination avec les délégations régionales du MEDD.

Supervisant l’évènement, le secrétaire général du MEDD, M. Madi Ould Taleb, a précisé que l’atelier s’inscrit dans le cadre du démarrage des activités de la cellule nationale de prévisions et d’alertes environnementales dans les zones arides et qu’elle donnera lieu à des exposés et débats sérieux et constructifs avec l’ensemble des partenaires au sujet des espaces dédiées aux zones arides en vue d’améliorer et de diversifier les ressources allouées au développement local et à la gouvernance environnementale.

Il a ajouté que la cellule nationale de prévisions et d’alertes environnementales a pour mission la collecte des données spécifiques aux observatoires environnementaux à long terme et la gestion effective des observatoires du littoral, de la désertification et de la pollution pour le compte du MEDD avec la collaboration des projets et programmes au niveau national.

M. Madi Ould Taleb a, encore, rappelé que les trois dernières décennies ont constitué pour le pays un sérieux défi en matière d’identification les orientations générales de ralentissement des ressources naturelles, d’une part, et la compréhension de vrais mobiles et secrets de ces phénomènes, d’autre part .

Lui succédant, le représentant du fonds des Nations Unies pour l’environnement a précisé que la cellule nationale de prévisions et d’alertes environnementales s’intéresse au renforcement de capacités horizontales dans la gestion des connaissances afin de mieux appliquer les conventions internationales et parvenir aux objectifs du développement durable.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence de la secrétaire générale du ministère de l’élevage.
Dernière modification : 27/09/2018 17:20:57