Nouakchott,  26/07/2018
L’Assemblée nationale a adopté au cours de sa séance plénière de ce jeudi tenue sous la présidence du député Mohamed Yahya Ould Kherchy, premier vice- président de cette chambre le projet de loi N° 18-174 qui modifie et abroge certaines dispositions de l’ordonnance 2001-006 en date du 27 juin 2001 portant création de l’Agence de Promotion de l’Accès Universel aux Services de base (APAUS).

Le gouvernement était représenté à cette plénière par le ministre de l’économie et des finances, M. Moctar Ould Diay, entouré de certains de ses collaborateurs.

Dans son intervention, le ministre a rappelé le processus suivi par l’Agence depuis sa création en 2001, sur financement de la Banque Mondiale avec pour objectif l’accès aux services vitaux des populations des zones non couvertes par les sociétés nationales de l’eau, de l’électricité et des télécommunications.

L’APAUS a pu accomplir des réalisations considérables à ces niveaux et dans des zones éloignées ou enclavées du pays. Toutefois, l’évaluation faite par le gouvernement a conduit celui-ci à considérer qu’elle ne représente plus le moyen le meilleur et le plus efficient pour réaliser les objectifs et finalités qui en sont attendus et ce pour des raisons pertinentes dont les plus importantes sont :

D’abord la confusion résultant du chevauchement des compétences et de la pluralité des acteurs institutionnels dans les secteurs concernés; ensuite le souci de rationaliser les ressources disponibles en raison de l’existence de plusieurs institutions qui exécutent les mêmes prestations, ce qui relève de la mauvaise gestion des deniers publics et qui par conséquent doit être évité autant que faire se peut ; et enfin, l’existence de programmes parallèles à l’action gouvernementale qui attirent les compétences techniques, minimise les opportunités d’accumulation et de renforcement des capacités et des expertises des cadres publics et appauvrit la fonction publique et les institutions gouvernementales compétentes.

Les députés ont apprécié l’action accomplie ces dernières années par l’Agence de Promotion de l’Accès Universel aux Services insistant néanmoins sur la nécessité de rationaliser ces dépenses autant que leur allocation. Leurs interventions ont axé sur les incidences sociales éventuelles consécutives au licenciement éventuel du personnel de l’Agence concernée et partant l’augmentation des rangs de chômeurs.

Ils se sont demandés si les départements d’origine concernés seront en mesure d’assumer les nouvelles missions découlant de la dissolution de l’APAUS en plus de leurs charges actuelles ;
Dernière modification : 26/07/2018 17:47:24