Nouakchott,  05/05/2018
La capitale a abrité vendredi soir la cérémonie de clôture des réunions marquant le sixième cycle de la composante santé animale dans les pays du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) tenu du 30 avril au 4 mai à Nouakchott.

Dans un mot prononcé à cette occasion, le conseiller technique de la ministre de l’élevage, chargé de la santé animale, Dr Diarra Idrissa, coordinateur du PRAPS en Mauritanie a souligné l’importance des recommandations auxquelles sont parvenus les participants à cette rencontre de cinq jours, qui a permis aux pays participants d’élaborer une feuille de route pour les programmes que l’on doit mettre en œuvre au cours des prochaines étapes du Projet, passant en revue les réalisations déjà accomplies en matière d’infrastructures dans le cadre de l’exécution de certaines composantes de ce projet conformément à l’agenda prévu à cet effet.

Il a réaffirmé que l’action se poursuit sans relâche pour la mise en œuvre efficiente de ces différentes composantes en particulier la composante santé animale qui occupe la première place dans ce projet en raison du partage par les pays membres du PRAPS de cette problématique- là avant de relever que des succès significatifs ont été enregistrés au niveau des campagnes de vaccination du bétail contre la peste des petits ruminants entre autres, grâce aux efforts des services vétérinaires concernés dans notre pays appuyés par le Projet.

Quant au Pr Omar Farouk Idrissa, coordinateur régional du PRAPS, il a apprécié hautement l’esprit fécond qui a marqué le déroulement des travaux et permis de rendre public des recommandations qui servent l’action future des responsables du Projet et ce, au niveau des différents pays membres avant de savoir gré à la Mauritanie pour les conditions favorables rendues disponibles durant leur séjour et pendant le déroulement des travaux.

Il a poursuivi en disant que l’action envisagée requiert davantage de sacrifices pour que les éleveurs des pays concernés puissent cueillir les fruits de ce projet, ce qui est précisément la préoccupation majeure de la coordination du PRAPS et pour lequel elle travaille d’arrache- pied.

Pour sa part, M. Lilian Peech, expert en santé animale à la Banque Mondiale, chargé du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel a mis en relief l’esprit sportif des participants qui accueillent bien les critiques, ce qui aura pour effet de jeter la lumière sur tous les obstacles qui s’érigent sur la voie de l’exécution de la composante santé animale dans les pays membres.

Les participants à la réunion sont parvenus à proposer un ensemble de recommandations portant essentiellement sur la nécessité de partager les expériences et les méthodologies suivies en matière de mise en œuvre de cette composante et sur l’intérêt que représente l’immunisation du plus grand nombre possible de têtes de bétail ; d’assurer les ressources financières propres à l’acquisition des vaccins même pour l’après projet et l’accélération du rythme de réalisation des infrastructures vétérinaires dans les pays du PRAPS.
Dernière modification : 05/05/2018 13:25:45