Nouakchott,  25/04/2018
Les travaux d’un atelier sur l’identification et la géolocalisation du bétail en Mauritanie organisé par le groupement national des associations pastorales en collaboration avec la société sénégalo-italienne T&W amuuko spécialisée dans les technologies nouvelles.

Cet atelier de deux jours auquel participent plus de 53 présidents d’associations pastorales et 10 bureaux régionaux affiliés au Groupement des associations pastorales vise a vulgarisé les techniques d’identification et de géolocalisation du bétail à travers la pose de puces sur chaque bête permettant de l’identifier et de localiser sa position.

A cette occasion, le conseiller technique du ministère de l’Élevage chargé de la ressource animale et de la production, M. Mohamed Lemine Ould Hakki a souligné l’importance pour le département du thème de l’atelier en particulier en ce qui concerne la modernisation des méthodes suivies pour assurer l’essor du secteur de la ressource animale, indiquant que cette technique d’identification et de géolocalisation s’ajoute aux efforts consentis pour développer cette ressource qui est restée la parent pauvre des investissements des décennies durant des investissements

Il a ajouté que la ressource animale a fait l’objet d’une grande attention de la part des hautes autorités mauritaniennes eu égard à son importance économique, car elle représente la colonne vertébrale de l’économie nationale. Un constat qui a conduit à la création en 2010 d’un département ministériel spécifique à l’élevage, traduisant le souci du Président de la République, monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz de voir se développer ce secteur vital.

Pour sa part, le président du Groupement National des Associations Pastorales (GNAP), M. El Hacen Ould Taleb, a indiqué que le processus d’identification et de la géolocalisation du bétail constitue pour les éleveurs mauritaniens une nouvelle technologie d’une extrême importance, rappelant que le GNAP vient de signer une convention avec la société italienne T&W-amuuko pour appuyer les éleveurs dans ce domaine.

Il s’agit, a-t-il dit, d’une technique bien adaptée, particulièrement en cette année très difficile du fait du déficit pluviométrique où le bétail doit parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de pâturages.

Il a ajouté que le GNAP et les éleveurs attendent beaucoup de cette technologie qui facilite le suivi des animaux et offre de nouvelles facilités pour la transhumance en période de soudure.

Pour sa part, le directeur général de la société T&W a expliqué la technique d’identification et de géolocalisation du bétail, soulignant que son entreprise intervient dans la sous-région qui regorge de grandes ressources animales qui constituent le fondement des économies de ses États.

Il a indiqué que cette technologie contribue à offrir des informations précises sur les réalités vécues permettant de prendre des mesures appropriées pour assurer le développement de ces ressources.

Dernière modification : 25/04/2018 16:05:29