Nouakchott,  19/02/2018  -  Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) a célébré lundi le 25ème anniversaire de sa création et le 15ème anniversaire de son programme de microfinance au profit des groupes vulnérables en Mauritanie.

Cet événement annuel, présidé par Dr. Sidi Ould Salem, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, par intérim ministre de l'environnement et du développement durable, est organisé par le ministère de l'environnement et du développement durable en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement et le Fonds Mondial pour l'Environnement.

S’exprimant à cette occasion, le ministre de l'environnement et du développement durable, par intérim ministre de l'environnement et du développement durable, a souligné que le démarrage de cet atelier vise à développer le plaidoyer afin d’améliorer le portefeuille du FEM au niveau national, ajoutant que la planification stratégique quinquennale 2017 -2021 est de nature à soutenir les efforts d'intégration de la dimension environnementale dans les plans stratégiques sectoriels en Mauritanie ; un élément central de l'action environnementale, que le gouvernement œuvre pour le concrétiser en application des directives du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il a par la suite passé en revue les efforts du département de l'environnement et du développement durable dans la mise en œuvre de l'agenda post-2015 et les Objectifs du Millénaire à l’horizon 2030, soulignant que la Mauritanie œuvre pour la redynamisation de son arsenal juridique visant à restaurer la végétation en classifiant plusieurs périmètres et en mettant en place des barrières de prévention dans plusieurs sites, y compris les forêts classées et l'application stricte du Code forestier et du Code de la chasse.

Auparavant, M. José Levy, représentant résident adjoint du programme des Nations Unies pour le développement en Mauritanie avait précisé que son organe a accompagné la Mauritanie au cours des dernières années dans le domaine de conception et de gestion d'un grand nombre des interventions qui ont été réalisées dans le cadre du FEM, passant en revue certains projets mis en œuvre dans ce domaine et portant sur l'intégration de la biodiversité marine et côtière dans le développement du secteur des hydrocarbures en Mauritanie ; une initiative stratégique qui a été en mesure de mobiliser d'autres partenaires, à savoir l’agence de coopération allemande et l'association internationale pour la protection de la nature, ainsi que d'autres projets essentiels pour le développement de la Mauritanie dans divers domaines.

Il a par la suie ajouté que le programme de microfinance est un mécanisme financier qui permet d’appuyer et de promouvoir les initiatives et les activités collectives visant à résoudre les grands problèmes environnementaux dans le monde grâce à la microfinance, ajoutant qu’il a été mis en œuvre en Mauritanie par le Programme des Nations Unies pour le développement depuis 15 ans et a permis un financement rapproché des groupes vulnérables grâce à des microprojets mis en œuvre par les ONG.

Il a enfin indiqué que depuis sa présence en Mauritanie, plus de 241 projets pilotes ont été exécutés avec une enveloppe financière d'environ 200 millions N-UM, dont 32 sont en cours d’exécution grâce au financement conjoint du Programme de Microfinance et de l'Alliance Internationale contre le Changement Climatique par le biais de l'Union européenne.

Les festivités commémoratives de la création du Fonds pour l'environnement mondial se sont déroulées en présence de la ministre de l’agriculture, Mme Lamina Mint Elghooub Ould Moma, de plusieurs représentants des départements concernés et d’autres intéressés par la question environnementale en Mauritanie.

Dernière modification : 19/02/2018 16:32:58

HORIZONS

Dernier numéro : 7278

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1