Nouakchott,  25/01/2018
Les travaux d’un atelier de validation de la deuxième édition du Rapport National sur le Développement Durable (RNDD), organisé par le ministère délégué auprès du ministère de l’économie et des finances, chargé du budget en collaboration avec le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) et le Programme des Nations Unis pour l’Environnement (ONU Environnement), ont démarré, jeudi à Nouakchott.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre des efforts menés par le projet Initiative Pauvreté – Environnement (IPE), pour encourager la prise en compte des objectifs Pauvreté – Environnement dans les politiques stratégiques et planification au niveau national.

Dans son mot d’ouverture, le secrétaire général du ministère délégué auprès du ministère de l’économie et des finances, chargé du budget, M. Souleimane Mody N’Diaye a indiqué que le gouvernement, conscient des défis posés par la dégradation des ressources naturelles, a négocié avec ses partenaires techniques et financiers, notamment le PNUD et l’ONU Environnement, une troisième phase du projet IPE, dont l’objectif est de renforcer les capacités nationales pour l’intégration des questions pauvreté – environnement dans le processus de planification et de mise en œuvre des stratégies, politiques et budgets nationaux pour un développement durable.

Le secrétaire général a précisé que le Rapport National de Développement Durable, dans sa deuxième édition, prend en compte l’ensemble des instruments et outils de reportage et de synthèse au niveau national, pertinents à la confluence des trois sphères du développement durable que sont l’écologie, l’économie et la société.

Il identifie, également, les liens majeurs entre l’environnement et la réduction de la pauvreté et sera inscrit dans la Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (SCAPP) couvrant la période de 2016-2030, a-t-il ajouté.

De son côté, le Représentant Résident Adjoint du PNUD, M. José Levy a rappelé que l’objectif de cette activité est de renforcer l’implication de l’ensemble des acteurs institutionnels et non gouvernementaux du domaine de développement durable en Mauritanie dans le processus d’élaboration du rapport national.

Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’environnement et du développement durable, M. Mady Ould Taleb a souligné que la Mauritanie a adopté, depuis la conférence de Rio en 1992, la voie du développement durable, où elle a, notamment, ratifié 20 conventions et protocoles environnementaux, et crée un ministère de l'environnement et des conseils régionaux de l'environnement.

Dans ce contexte, il s'est référé à la ratification de la Stratégie nationale de développement durable jusqu'à Horizon 2021, qui vise à intégrer les différents principes de durabilité environnementale dans les politiques de développement du pays.

Dernière modification : 25/01/2018 15:44:08