Nouaklchott,  15/01/2018  -  Les travaux d’un atelier régional sur la liberté de la presse et la déontologie de la profession, conjointement organisé par le ministère des relations avec le parlement et la société civile, l'Union des Radios des Etats islamiques et l'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture « ISESCO », ont été ouverts lundi à Nouakchott.

La rencontre de deux jours, vise l’identification d’un espace approprié pour un certain nombre d'experts expérimentés, afin de débattre des meilleures voies et moyens, pour renforcer la professionnalisation de la presse ainsi que pour la doter de la dimension déontologique, tout en la soumettant aux règles professionnelles.

L'atelier régional se penchera également sur des thèmes, au cours de cinq sessions prévues, relatifs à l’expérience de la Radio et de la télévision saoudiennes, aux exigences légales et institutionnelles, afin de promouvoir la liberté d'expression, la déontologie et l’éthique de base de la profession en plus de la présentation de brefs exposés sur l’expérience des Etats participants.

La rencontre, à laquelle prennent part des délégations du Mali, de la Côte d'Ivoire, du Cameroun, du Sénégal, du Burkina Faso, du Gabon et du Niger, est encadrée par des experts de la Mauritanie, de l'Arabie Saoudite et du Maroc.

La ministre des relations avec le parlement et la société civile, Mme Hawa Cheikh Sidiya Tandia a prononcé à cette occasion un discours, dans lequel, elle a mis en exergue, dans le contexte d'un monde en proie à l’instabilité et en perte de référence, l’importance de redonner à la presse ses lettres de noblesse.

« L’atelier régional organisé par le ministère des relations avec le parlement et la société civile en collaboration avec l’union des radios des Etats islamiques doit être l’occasion pour les journalistes mauritaniens et leurs collègues des Etats Africains frères l'occasion d'approfondir les concepts de liberté et de déontologie de la presse objet de ces assises », a-t-elle dit, affirmant que la consolidation de la démocratie pluraliste, facteur de développement pacifique repose essentiellement sur l’information saine, constructive, citoyenne pratiquée dans le cadre de liberté d’expression.

« Il reste toutefois que l’exercice de cette liberté d’expression procède du respect de la primauté de la loi, du raffermissement de l’unité nationale et de l’expression citoyenne », a-t-elle ajouté, soulignant que « pour atteindre ces objectifs, il est alors utile de disposer de sources crédibles, de prendre soin, de vérifier les faits avant leur diffusion, pour éviter de tomber sur le sensationnel afin de bien cerner les limites entre la liberté, le commentaire et l’éthique qui le conditionne ».

« C’est ainsi que, sous l’égide de la clairvoyance de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, la Mauritanie a promu, depuis plusieurs années, les conditions d’un environnement favorable à l’émergence d’une presse pluraliste », a-t-elle poursuivi, remerciant vivement, au nom du Premier ministre, Monsieur Yahya Ould Hademine, l’Union des radios islamiques et l’ISESCO pour leur soutien constant « à notre programme de formation, avant de souhaiter la bienvenue aux journalistes des pays frères venus confronter leurs expériences aux nôtres », a-t-elle conclu.

Le directeur général de l'Union des Radios des Etats islamiques, M. Mohamedou Salem Ould Bouka, a remercié à son tour, en son nom personnel et au nom de l’Union, le Président de la République, le gouvernement et le peuple mauritaniens, pour l'accueil chaleureux et les facilités offertes, pour que cette réunion soit organisée dans les meilleures conditions.

Il a remercié également l’ISESCO, qui s’est empressée de participer à cette rencontre, le ministère des relations avec le parlement et la société civile et ses services spécialisés, pour les efforts déployés, pour la tenue de cet atelier, ainsi que tous les participants, au niveau de la Mauritanie et les frères des différents pays francophones qui ont bravé les peines du voyage, pour être présents à cette rencontre.

« Les organisateurs de l’atelier souhaitent que cette rencontre soit un espace pour toutes ces compétences », a-t-il ajouté, mettant en exergue le choix d’une élite composée d’éminents experts, pour encadrer ces efforts.

« Si assurer l’accès à la liberté, est l’une des revendications les plus légitimes des acteurs de la profession du journalisme, la rationalisation de sa pratique, reste le plus grand défi et la plus difficile épreuve pour les opérateurs du métier des peines, sans laquelle, ces mêmes acteurs, la société et la presse s’exposent aux nuisances », a-t-il ajouté.

« Rationaliser les libertés signifie, respecter les limites de la liberté, en tenant compte de la réalité de la société, de sa culture, de ses us et coutumes, en se conformant aux critères légaux régissant la vie de nos sociétés islamiques ; qui interdisent toute atteinte à la vie privée des personnes, toute conduite de nature à saper les croyances et les symboles sacrés », a-t-il poursuivi.

Il a illustré par la suite cette obligation, en rappelant le sermon fait par le Messager d’Allah, le Prophète Paix et Salut sur Lui, le Jour du sacrifice :

« Votre sang, vos biens, et votre honneur sont sacrés comme sont sacrés votre jour-ci, votre terre-là, et votre mois-ci ».

« Ainsi, nous constatons que l'Islam a fixé et accordé l’intérêt aux règles d’exercice des libertés, avant toutes les conventions et les lois relatives aux droits de l'homme, dont l'Occident revendique la propriété intellectuelle », a-t-il dit.

« Le choix des organisateurs de cet atelier et de ses thèmes ainsi que de son lieu d’accueil, en l’occurrence la Mauritanie, reflètent l’importance de cette rencontre et peut être qualifié, de valorisation des acquis enregistrés par la Mauritanie au cours des dernières années dans le domaine de la liberté de presse ; au témoignage de nombreux organismes compétents, dont l'Union des radio des Etats islamiques », a-t-il ajouté.

"Mon témoignage pour mon pays m’embarrasse, mais cela ne peut m’empêcher de clamer la vérité, au lieu et au moment opportuns », a-t-il poursuivi, mettant en exergue, les progrès appréciables, enregistrés par notre pays, sous la direction de Son Excellence le Président de la République, Monsieur. Mohamed Ould Abdel Aziz, dans le domaine des libertés en général, et plus particulièrement dans le domaine de la liberté de presse et d'expression.

« Ce qui interpelle les leaders d’opinion en Mauritanie à valoriser ces acquis et à les exploiter sagement et avec responsabilité », a-t-il dit.

«Je le dis, en tant que témoin, au centre du paysage médiatique de la Mauritanie, au cours des 40 dernières années et étant bien édifié sur l’état des lieux des libertés d’avant et le niveau atteint aujourd’hui », a-t-il affirmé, terminant son discours par un poème, vantant les mérites de la liberté responsable et respectueuse de la dignité humaine. .

La cérémonie s’est déroulée en présence des ministres de la justice et de l'emploi, de la formation professionnelle et des NTICs et du président de la Haute Autorité de la Presse et de l’Audiovisuel (HAPA).
Dernière modification : 15/01/2018 19:58:23

HORIZONS

Dernier numéro : 7261

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1