Nouakchott,  11/01/2018  -  Des membres du gouvernement ont commenté, jeudi, les résultats de la réunion du Conseil des ministres.
Intervenant en premier, le ministre de la jeunesse et des sports, M. Mohamed Ould Jibril, ministre de la culture et de l’artisanat, porte-parole du gouvernement par intérim, a annoncé l’examen et l’adoption par le conseil de projets de lois, décrets et communications, dont le projet de décret abrogeant et remplaçant le décret n°2009-224 en date du 29 octobre 2009 fixant les conditions d’emploi de la main-d’œuvre étrangère et instituant le permis de travail pour les travailleurs étrangers et une communication relative à l’ouverture à la concurrence de l’activité d’abattage des animaux destinés à la consommation humaine.

Répondant à une question relative à « la situation inquiétante » des médias, selon son auteur, « après l’arrêt de publication des quotidiens officiels, en raison du déficit budgétaire de l’imprimerie nationale », le ministre a souligné la prise en cours de mesures, pour régler de manière définitive le problème de cet établissement.

A propos de l’envoi d'une délégation officielle pour assister à la rencontre de la sélection nationale au Maroc, suite aux informations selon lesquelles, le Président de la République aurait reçu une invitation officielle pour honorer ce match d’ouverture de la CHAN 2018, le ministre a répondu :

« la sélection nationale n'a jamais et ne pourra se déplacer sans être accompagnée d’une délégation officielle désignée par le gouvernement, et pour le cas de figure, cette mission est présidée par le conseiller du département chargé des affaires sportives, assisté du directeur général des sports et d’un staff de la FFRIM », a-t-il dit.

« « La sélection nationale a besoin, à cet important stade, du soutien de tous les mauritaniens, particulièrement des médias, pour remonter le moral de nos joueurs », a-t-il ajouté.

La ministre de l’élevage, Mme Fatma Vall Mint Soueina, a mis en exergue, dans son commentaire se rapportant à la communication relative à l’ouverture à la concurrence en matière d’abattage des animaux destinés à la consommation humaine, l’importante richesse animale du pays, l’un des rares Etats réalisant l’autosuffisance alimentaire dans le domaine des viandes rouges, rappelant la mission du département, portant sur la préservation de la santé animale et vétérinaire, liée à la santé du cheptel et de l’homme ainsi qu’à hisser le niveau de développement des filières animales, en viandes rouges notamment.

« Une commission interministérielle a été créée en 2016, sous la supervision du Premier ministre, afin d’impulser la filière des viandes rouges », a-t-elle dit, soulignant que de nombreux défis posés à cette filière, qui entravaient le développement et la promotion de ce domaine important et vital, ont été relevés.

« Le département a lancé dans ce cadre, une étude sur le potentiel économique et notamment les effectifs de petits
ruminant pouvant l'objet d'abattage annuellement, sans affecter le cheptel, estimant que le pays dispose d'une capacité en viande rouge pouvant dépasser 150 mille tonnes par an », a-t-elle poursuivi.

« Seuls sont exploités de ce considérable potentiel, les produits destinés à la consommation locale au niveau de Nouakchott, de Dakhlet-Nouadhibou et des villes intérieures ou les troupeaux exportés à l’étranger», a-t-elle conclu.

Le ministre de l'emploi, de la formation professionnelle et des technologies de l'information et de la communication, M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna, s’est appesanti sur la communication conjointe faite par son département et le ministère de la fonction publique, du travail et de la modernisation de l'administration, fixant les conditions d’emploi de la main-d’œuvre étrangère et instituant le permis de travail pour les travailleurs étrangers, qui est un objectif très cher à Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, élu par le peuple mauritanien.

« Ce décret vise à définir des règles générales de l’emploi de la main-d'œuvre étrangère afin d'aider la main d’œuvre nationale et lui accorder la priorité dans l’accès aux opportunités d’emploi offertes, tout en préservant les intérêts des entreprises », a-t-il dit.

Il a ajouté que ce décret tend à fixer les règles générales de l’emploi de la main d’œuvre étrangère en vue d’appuyer la main d’œuvre nationale et à lui donner la priorité de bénéficier des opportunités d’emplois disponibles tout en préservant les intérêts des entreprises.
Il a souligné que ce projet de décret décide de la mauritanisation pour plus de 8 travailleurs et que toute demande d’embauche supérieure à 8 emplois doit nécessairement être accompagnée par un plan de mauritanisation du même nombre d’emplois. Au cas où le nombre demandé est en deçà et que les mauritaniens postulants répondent aux critères requis, ils sont prioritaires. Si ces mauritaniens répondent aux critères mais manquent seulement d’expérience, ils doivent être embauchés avec les étrangers jusqu’à ce qu’ils acquièrent l’expérience nécessaire pour être définitivement recrutés en lieu et place, a-t-il conclu.

Dernière modification : 11/01/2018 21:41:03

HORIZONS

Dernier numéro : 7296

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1