Tichit,  18/11/2017  -  Dans le cadre des préparatifs pour l'organisation de la 7ème édition du Festival des Villes anciennes, prévu cette année dans la citée historique de Tichit, le wali du Tagant, M. Diallo Amadou Samba, a tenu une réunion vendredi soir à Tichit, à laquelle ont participé les autorités administratives et de sécurité, en plus des élus locaux.

Au cours de cette réunion, le wali a exhorté les participants à cette réunion à redoubler d’efforts pour faire de la 7e édition du festival, un succès en activant les comités supervisant les activités prévues dans le cadre de cet événement culturel saisonnier et en accélérant le travail dans tous les ateliers préparés pour le début de ce festival.

Il a appelé toutes les autorités administratives, sécuritaires et techniques à joindre leurs efforts pour surmonter toute pénurie constatée lors de la préparation de cet événement, en remerciant les cadres du ministère de la Culture et de l'Artisanat pour son travail dans ce cadre.

Pour sa part, le Hakem de la Moughataa de Tichit, M. El Arbi Ould Mohamedhen, a souligné que tous les ateliers sont sur le point d’être achevés, notamment ceux des réseaux d'eau, électricité, bureaux administratifs, centre de santé, abattoir et jardins maraichers à Tichit et Akreigit.

Pour sa part, le conservateur national du patrimoine et la culture au Ministère de la culture et de l'artusanat, M. Namy Ould Salihy, a souligné que l’objectif visé par le ministère est de rendre chaque édition du festival plus performante que celle qui l’a précédée, ce qui ne sera possible que par des efforts constants et concertés.

D'autre part, le wali a supervisé la distribution de montants importants aux habitants de Tichit et Aghreihit pour contribuer à la préparation de cette version.
Dernière modification : 18/11/2017 17:37:02

HORIZONS

Dernier numéro : 7261

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1