Nouakchott,  01/09/2017  -  Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a effectué, vendredi matin, la prière de la fête de l'Aid Al Adha à la Mosquée Ibn Abass à Nouakchott.

La prière a été dirigée par l'Imam, Ahmedou Ould Lemrabott Ould Habibourahmane, en présence du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, du président de l'Assemblée nationale, M. Mohamed Ould Boilil, des membres du gouvernement, de plusieurs chefs des états-majors des forces armées et de sécurité, de hautes personnalités de l'Etat, du corps diplomatique islamique accrédité en Mauritanie et de nombreux fidèles venant des différentes Moughataas de la capitale.

Le Chef de l'Etat a été salué à son arrivée comme à son départ par le Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine, le ministre de la Santé, par intérim ministre des Affaires islamiques et de l'enseignement originel, Pr Kane Boubacar, l'Imam de la Grande Mosquée de la capitale, le wali de Nouakchott Ouest, du vice-président de la Communauté Urbaine de Nouakchott et les autorités administratives et municipales de la Moughataa du Ksar.

Dans son prêche (Khoutba), l'Imam a rappelé les spécificités da fête El Adha qui est une fête d’une importance extrême pour les musulmans.

Il a ensuite abordé la question de la bête du sacrifice, cette sunna héritée du père des prophètes Ibrahim El Khalil (PSL), en a explicité les caractéristiques et conditions, évoquant la pratique des différents rites sunnites.

L'imam a passé en revue les hadiths sur lesquels ces différentes prescriptions et pratiques sont fondées, demandant aux fidèles de connaître les règles qui leur permettent d'accomplir leur devoir sacrée.

Il a par ailleurs exhorté les croyants à l'unité, à la solidarité et à éviter tout ce qui de nature à porter atteinte à la cohésion de la société.

L’imam a insisté sur les caractéristiques du sacrifice, indiquant la nécessité de veiller à ce que la bête à sacrifier soit physiquement indemne de tous les vices.

Dans son prêche, l’imam Ahmedou Ould Lebrabott Ould Habibourrahmane a évoqué plusieurs hadiths faisant état de la ‘’sunnité’’ du sacrifice, indiquant qu’il n’est certes pas une obligation, mais qu’il constitue une sunna bien recommandée pour ceux qui sont financièrement en mesure de se procurer une bête de sacrifice. Il a par ailleurs précisé que le sacrifice doit avoir lieu après la prière et après le sacrifice effectué par l’imam, rappelant que l’on peut effectuer le sacrifice tout au long des trois journées (9-10 et 11 Dhyl Hajja).

L’imam a exhorté les fidèles à toujours obéir aux ordres d’Allah, de son messager, le prophète Mohamed et des dirigeants musulmans, appelant à donner une importance extrême aux sanctuaires islamiques, à savoir les mosquées de la Mecque, de Médine et d’Al Aqsa. Il également insisté sur la nécessité pour les musulmans de s’en tenir aux bonnes œuvres, à la dévotion à la vérité, à la patience et à l’entraide en vue de réaliser la justice et la piété.

Et l'imam a rappelé que le Prophète (PSL) a mis en garde contre les dangers que représente l'envie, définissant celle-ci comme étant la volonté et l’action visant à la disparition de la grâce qu’Allah a accordé à l’un de ses serviteurs, ajoutant que l’envie était à l’origine des premiers péchés commis au ciel et sur terre, à savoir l’envie qui a hanté Satan contre Adam et celle que nourrissait Caïn contre son frère Abel.

L'imam a également loué les efforts du Royaume d'Arabie Saoudite et son ambassade à Nouakchott en vue de servir les deux saintes mosquées et les pèlerins, officiels et non officiels.

Il a renouvelé sa demande de la mise en place d'Autorité chargée de veiller à la vertu et la prévention du vice, une sorte de conseil scientifique qui veillera à la conformité des projets de lois avec les préceptes de l’islam.
Dernière modification : 01/09/2017 12:47:53

HORIZONS

Dernier numéro : 7298

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1