Nouakchott,  21/08/2017  -  Les travaux de la deuxième session de formation relative à la prise en charge des victimes de la torture et de la migration, organisée en partenariat entre la Direction générale de la sûreté nationale et Interpol, ont démarré, lundi à Nouakchott, au profit de plusieurs participants de Mauritanie, du Mali, du Niger, du Tchad, du Sénégal et du Burkina Faso.

Cette session de cinq jours vise à permettre aux services spécialisés dans les Etats concernés de cerner leur rôle dans l’identification et la prise en charge des victimes de la torture et de la migration clandestine.

Dans un mot prononcé à cette occasion, le Directeur général de la sûreté nationale, le Général Mohamed Ould Meguett, a réaffirmé la disposition de la Mauritanie à approfondir la coopération avec Interpol dans tous les domaines.

Il a ajouté que la Mauritanie, conformément aux directives du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, œuvre à l’ancrage de l’Etat de droit et au respect des libertés individuelles et collectives et que cela s’est traduit par la ratification de toutes les conventions et traités relatifs à la torture et au traitement des migrants dont le protocole facultatif de la convention internationale contre la torture.

Il a indiqué que la Mauritanie a édité un ensemble de lois criminalisant la torture et la traite des personnes et protégeant les droits des migrants, soulignant que notre pays qui est considéré comme un passage de la migration clandestine, a tenu, de façon permanente, à traiter les migrants en transit sur son territoire conformément aux conventions internationales dont il a signé la plus grande part.

Pour sa part, la représentante d’Interpol, Mme Innocentia Apovo, a exprimé ses remerciements aux autorités mauritaniennes pour l’accueil de cette session et, à travers elles, à tous les participants et à tous ceux qui ont contribué au succès de cette formation, en particulier la République Fédérale d’Allemagne.

Elle a dit que la traite des personnes est un mal qui ronge l’humanité et viole gravement la dignité de la personne et qu’il s’agit d’un crime aux contours complexes qui touche beaucoup plus les populations vulnérables, indiquant que les agents chargés de l’application de la loi ont la grande responsabilité de contrer efficacement cette activité criminelle.

De son côté, l’ambassadrice de la République Fédérale d’Allemagne, SEMme Carola Mueller-Holtkemper, a fait part de sa joie de participer aux côtés de tous à l’organisation de cette rencontre d’une très grande importance pour la zone du Sahel qui souffre beaucoup des effets de la migration clandestine, du terrorisme, du trafic de drogue et des autres crimes transfrontaliers.

Elle a jouté que les pays se trouvant dans cet espace géographique, le plus difficile du continent africain, ont aujourd’hui plus que jamais besoin du soutien de tous pour protéger leurs peuples de ces dangers réels. C’est, a-t-elle dit, ce qui a poussé la République Fédérale d’Allemagne, partant de son devoir et de ses grandes responsabilités de partenaire essentiel des Etats de la région, a apporté tout le soutien matériel et moral pour les pays concernés pour contrer tels dangers.

La cérémonie d’ouverture de cette session de formation s’est déroulée en présence du procureur général auprès de la Cour suprême, du Chef d’Etat-major de la Gendarmerie nationale, du wali de Nouakchott Ouest et de plusieurs officiers de la Direction générale de la Sûreté nationale.
Dernière modification : 21/08/2017 17:33:28

HORIZONS

Dernier numéro : 7107

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1
Activités présidentielles