Nouakchott,  13/07/2017  -  Les ministres de la culture et de l’artisanat et de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, respectivement MM. Mohamed Lemine Ould Cheikh et Sidi Ould Salem ont commenté jeudi les travaux du conseil des ministres.

Le ministre de la culture et de l’artisanat, porte- parole officiel du gouvernement a souligné que le conseil a examiné et approuvé un certain nombre de projets de décrets, de lois et de communications dont une communication portant sur les indicateurs de l’enseignement supérieur pour l’année 2015 – 2016.

Il a ajouté, répondant à une question sur la visite du Premier ministre à certaines wilaya de l’intérieur et sur le troisième mandat, que la question du mandat a été évoquée plusieurs fois. Mais il y a aussi qu’il y a une position du Président de la République qui a dit ne pas compter se présenter et ne pas le vouloir, précisant que le Chef de l’Etat, après le premier mouvement du changement en 2005 aurait pu être le Chef de l’Etat mais ne l’a pas voulu. De même après la période transitoire, il aurait pu démissionner du conseil militaire et se porter candidat ; néanmoins, il a soutenu un autre Président aux élections de 2007. Ensuite le mouvement du changement intervient après le constat de la faiblesse de l’Etat et les autres déséquilibres qui ont motivé alors le mouvement du changement.

Dr. Mohamed Lemine Ould Cheikh a relevé que la majorité des mauritaniens ont voulu proposer la candidature du du Président de la République, qui s’est porté candidat aux élections de 2009, ce qui implique qu’il n’a pas voulu le premier mandat ni le second et ne compte pas se présenter pour le troisième, notant la position de l’opposition à cet égard et qui ne veut pas que le Président se présente à un troisième mandat pas qu’elle n’a voulu qu’il le fasse pour le premier ni pour le deuxième.

Il a expliqué que l’ensemble des mauritaniens, en tout cas leur majorité, soit ce qui équivaut à 90% dont des députés, des maires et des personnalités traditionnelles ainsi que des notables et des ministres veulent garder le Président de la République et entendent le proposer à la candidature en raison des réalisations qu’il a accomplies dans le domaine sécuritaire, économique, diplomatique, mais aussi en matière de développement, de libertés publiques, de renforcement de la démocratie etc. Et c’est leur droit et personne ne peut les en empêcher.

Le ministre a indiqué qu’il n’y a pas de sujet qui ne peut être exposé à la volonté du peuple mauritanien. Ce qu’a dit le Premier ministre au sujet de la demande formulée par des ministres, des députés, des maires et la majorité du peuple mauritanien rentre dans ce cadre, demande répétée et qui le sera encore au cours des prochaines années.

S’agissant d’une question à propos du trafiquant des pièces de musée, qui avait en sa possession plusieurs pièces, il a répondu que l’intéressé est un citoyen européen qui dispose d’une autorisation d’effectuer des études sur certains vestiges anciens qui a été appréhendé alors qu’il avait en main des pièces avec lesquelles il comptait voyager et qui ont été saisies et l’enquête est en cours sur l’affaire.

Le ministre de l’enseignement supérieur a, à son tour, précisé que le gouvernement a approuvé en 2015 un plan triennal pour la réforme de l’enseignement supérieur qui repose sur un ensemble d’indicateurs (86 pour l’enseignement supérieur) adoptés par de nombreux pays. Cette réforme repose sur des statistiques portant sur le nombre d’étudiants, le pourcentage des disciplines scientifiques et sociales, la répartition suivant les années, le taux de sortants, le coût annuel de chaque étudiant et de chaque institution, la rentabilité interne des institutions d’enseignement et autres indicateurs importants.

Il a poursuivi en disant que depuis deux ans, et suite à ces indicateurs des réformes ont été entreprises sur deux axes le premier sur l’enseignement dans les écoles d’ingénieurs avec la création de cours préparatoires. Il y avait 3 écoles d’ingénieurs qui disposaient d’écoles préparatoires soit 5 ans pour chaque école. Lorsqu’elles ont été réunies dans des cours communs la durée du cursus a été réduite à 4 ans.

M. Sidi Ould Salem a relevé que la première année de ces écoles comptait 120 étudiants pour la filière mathématiques et l’année dernière 120 également, notant que cette année c’était une occasion pour la première promotion de participer aux examens internationaux tout comme elle a pris part à 5 entrainement internationaux dont 3 français et un franco-marocain ainsi qu’un autre tunisien.
Dernière modification : 13/07/2017 22:09:26

HORIZONS

Dernier numéro : 7110

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1
Activités présidentielles