Activités gouvernementales

Signature d'une convention de crédit avec la BAD relative au financement du projet de construction d'un pont à Rosso

Nouakchott,  13/03/2017
Le ministre de l'Economie et des Finances, M. Moctar Ould Djay a signé, lundi à Nouakchott, avec M. Mohamed El Azizi, directeur général de l'Afrique du Nord auprès de la Banque Africaine de Développement (BAD), une convention de crédit relative à la participation au financement du projet de construction du pont de Rosso.

Ce financement porte sur un montant de plus de 12 milliards d'ouguiyas, le coût global du projet étant de 35 milliards d'ouguiyas.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le ministre de l'économie et des finances a indiqué que ce projet est resté pendant longtemps un rêve caressé par les populations de la zone, soulignant que le financement du projet a été mobilisé grâce à un effort commun du fonds africain de développement, de la Banque Européenne d'Investissement, de l'Union Européenne et des deux pays concernés par le projet: la Mauritanie et le Sénégal.

Le ministre a précisé que la construction de ce pont est une nécessité urgente de développement après que toutes les études économiques, sociales et environnementales eurent montré sa grande rentabilité, car permettant d'accompagner la croissance que connaît la zone du projet et l'évolution rapide de la circulation commerciale entre les deux pays, d'une part, et de la croissance des échanges entre les pays de la région de l'Afrique du Nord et de l'Afrique de l'ouest d'autre part.

Il a indiqué que le pont permettra d'assurer, à travers la circulation des personnes 24 heures sur 24 heures, d'améliorer les conditions de passage et de traversée de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie.

La réalisation de cette infrastructure vitale aura en outre, a dit le ministre, un grand impact direct sur le développement de la ville de Rosso, car, a-t-il précisé, une partie du financement mobilisé sera utilisé pour actualiser le plan directeur de la ville, le développement de l'infrastructure urbaine et commerciale comme les marchés, les stations et les réseaux routiers, en plus de la réhabilitation de nombreuses infrastructures sanitaires et éducatives, de l'élargissement des réseaux d'eau potable et d'assainissement, du traitement des déchets et de la réhabilitation de l'institut de formation technique qui se trouve dans la ville.

Le ministre a noté que ce financement reflète, une fois de plus, la confiance croissante dont jouit notre pays auprès de nos partenaires au développement, confiance qui est, a-t-il dit, la conséquence naturelle de la voie de développent pionnière suivie par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il a souligné que la Mauritanie et la Banque Africaine de Développement sont liées par un portefeuille de coopération composé de 15 projets en cours d'exécution dans différents domaines comme les mines, l'agriculture, la gouvernance, l'hydraulique, l'assainissement et le développement social.

Pour sa part, le directeur général de l'Afrique du Nord auprès de la Banque Africaine de Développement a indiqué que la signature de cette convention exprime la volonté affichée de décentralisation de la BAD qui se veut, a-t-il dit, de plus en plus proche de ses clients, en ce sens que c'est la première fois que la BAD signe sur le terrain en Mauritanie un accord de financement.

Il a aussi souligné que la convention concrétise l'engagement de la Mauritanie pour la réalisation d'un important ouvrage d'intégration régionale et sous-régionale en Afrique, précisant que la BAD a soutenu et accompagné toutes les phases préparatoires du projet de construction du pont de Rosso.

Il a en outre précisé que la construction d'un pont sur le fleuve Sénégal à Rosso accompagné de mesures de facilitation des transports et du commerce devrait permettre:

- une augmentation très sensible du trafic des voyageurs et des marchandises entre les deux rives du fleuve Sénégal

- le développement des activités de transport le long des corridors transafricains Tanger-Lagos et Alger-Dakar d'une part et entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne d'autre part.

Ce projet permettra aussi, a-t-il dit, de réduire les coûts de transport et la durées des voyages, et contribuera de manière non négligeable au développement des pays grâce à l'amélioration des infrastructures de transport, de la compétitivité et au partage de la croissance économique.

Le directeur général a indiqué que le projet est une opération multinationale qui est conjointement financé par la BAD, la Banque Européenne d'investissement, l'Union Européenne et les Etats du Sénégal et de la Mauritanie.

Dernière modification : 13/03/2017 15:45:40