Nouakchott,  21/06/2016
Le ministère de l'Economie et des Finances a organisé, mardi, à Nouakchott, en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), un atelier d'évaluation des résultats préliminaires de l'étude élaborée sur les coûts économiques de la dénutrition infantile en Mauritanie, les conséquences économiques et sociales de la sous nutrition et les retombées économiques qui peuvent être obtenus si des investissements appropriés sont effectués dans le domaine de la nutrition.

L'étude, menée, sur initiative de l'Union Africaine, du Nouveau partenariat pour l'Afrique (NEPAD) et avec l'appui du PAM et de la Commission Economique pour l'Afrique, couvre plusieurs pays africains.

Elle vise à estimer les coûts économiques et sociaux de la dénutrition infantile en Afrique et à attirer davantage d'investissements dans ce domaine.

Dans un mot prononcé pour la circonstance, le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des Finances, chargé du budget, M. Mohamed Ould Kembou a indiqué que l'étude sur les coûts de la dénutritions infantile en Mauritanie a débuté depuis trois ans et qu'elle a été réactualisée au cours de l'année en cours, conformément aux orientations de la commission de l'Union Africaine en la matière.

Il a ajouté que l'éradication de la faim et de la malnutrition constitue une priorité absolue dans les préoccupations du Président de la République et l'un des axes essentiels de l'action stratégique du gouvernement durant les prochaines années.

Il a enfin remercié tous les partenaires au développement, notamment le PAM et les services spécialisés de la commission de l'Union Africaine et de la Commission Economique pour l'Afrique pour l'appui apporté à l'équipe nationale dans l'élaboration de cette importante étude.

Pour sa part, M. Janne Suvanto, représentant du PAM en Mauritanie a indiqué que la sécurité alimentaire et nutritionnelle constitue un préalable indispensable à la réalisation des objectifs de développement durable et doit constituer un objectif prioritaire méritant une attention politique urgente.

Il a ajouté que l'examen des résultats de l'étude revêt une importance particulière, en ce moment où la Mauritanie est engagée dans l'élaboration de sa stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP), pour les quinze prochaines années.

Le représentant du PAM a noté que la sensibilisation du public, des décideurs et des partenaires au développement sur le coût élevé de la sous-nutrition chez l'enfant ainsi que le renforcement de leur engagement politique et financier passent par l'établissement de faits, au moyen de la recherche et leur diffusion.

Il a enfin souligné l'impact direct que pourrait avoir l'amélioration de la nutrition sur la réduction de la mortalité infantile, l'amélioration des résultats scolaires et sur la productivité du travail.

La cérémonie de présentation de l'étude s'est déroulée en présence des ministres de la santé et de l'agriculture, du représentant de la Commission de l'Union Africaine, du représentant du PAM auprès de l'Union Africaine et de la Commission Economique pour l'Afrique.

Dernière modification : 21/06/2016 16:14:08