Nouakchott,  04/04/2016  -  Le secteur de la santé a connu ces dernières années un bond qualitatif en matière de rapprochement des services sanitaires des citoyens, grâce à la réalisation d'infrastructures de sanité dotées d'équipements modernes et de ressources humaines spécialisées dans les différents domaines.

Les pouvoirs publics ont axé leurs efforts au cours de cette période sur la généralisation des services sanitaires à tout le pays et la réduction des évacuations à l'étranger.

Afin de connaître le rôle joué par le centre national d'oncologie (CNO), en matière de dépistage et de traitement du cancer, son directeur, le Professeur Moustapha Ould Mohamedou a tout d'abord rappelé que cette structure a été créée en 2008, à une période où les évacuations des patients du cancer était uniquement accessible à ceux qui disposent des moyens, au moment où les démunis et les franges luttaient contre la maladie dans les hôpitaux nationaux.

Il a souligné également qu'une étude réalisée en 2007 dans ce domaine par la caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), a dégagé un pourcentage élevé des malades atteints par le cancer de 6% environ et dont la prise en charge et les soins sont estimés à une enveloppe de 1,5 milliards ouguiyas, affirmant que la création du CNO est venue inverser cette situation.

Il a indiqué aussi que le personnel spécialisé dans le domaine des maladies du cancer était inexistant au départ, au même titre que les équipements médicaux nécessaires, précisant que le centre, est devenu, 4 années après son inauguration, une structure intégrée pour soigner et identifier le cancer et disposant de laboratoires de dépistage, d'un service de soins laser et de deux autres de chimiothérapie et de médecine nucléaire.

Le Professeur a indiqué par ailleurs que la médecine nucléaire concerne les cancers de la glande thyroïde qui représente 10% des maladies du cancer, précisant que les efforts déployés dans ce domaine ont été réalisés en partenariat avec l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans le domaine de la formation et de l'encadrement, supervisés par un cadre médical national spécialisé dans le traitement des maladies du cancer.

Le succès du CNO, notamment de son expérience, est due, selon le Professeur à la volonté politique du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a supervisé son processus de mise en place du stade de construction, au fonctionnement en passant par l'équipement, le suivi et les visites régulières d'information.

L'Etat a financé le CNO sur ses fonds propres à hauteur de 10 millions de dollars a-t-il dit, précisant qu'il est doté des équipements médicaux de pointe, faisant de cette structure une destination pour les soins des malades des Etats voisins en particulier du Mali et du Sénégal, a-t-il ajouté.

Les soins sont gratuits pour les citoyens démunis notamment pour le laser et la chimiothérapie et suivant la capacité d'accueil du centre de 1.000 malades par an a-t-il indiqué, rappelant que 10% de cet effectif bénéficiait auparavant d'évacuation à l'étranger.

Le taux des femmes patientes est de 52%, du fait que le cancer de l'utérus et des seins sont très répandus et que le reste des soins est destiné aux hommes qui soignent généralement des cancers du nez, de l'oreille et de la gorge, abstraction faite du cancer du foie qui touche les deux sexes.

Evoquant les perspectives d'avenir du CNO, le Professeur Moustpha Ould Mohamedou trouve que la priorité est de préserver les acquis réalisés tout en travaillant afin de pourvoir le centre, dans les plus brefs délais, de services de chirurgie et de prise en charge des orphelins ainsi que pour faire de la structure une destination de formation dans la sous-région, qui est l'un des projets futurs de l'agence atomique a-t-il dit.

Le CNO coopère avec les organisations de la société civile intégrées dans le réseau mauritanien de lutte contre le cancer pour la prise en charge des patients par l'Etat a-t-il ajouté.

Abordant enfin les défis à relever, le Directeur du CNO a indiqué que le centre a mis en exergue l'importance de généralisation des interventions de la structure au reste du pays, en particulier pour les soins chimiothérapiques, notamment en formant des médecins et des infirmiers au niveau des centres sanitaires régionaux dans ce domaine.


Dernière modification : 05/04/2016 14:52:27

HORIZONS

Dernier numéro : 7088

Editoriaux

Un nouveau départ
Le 27è sommet de la Ligue des rois, émirs et chefs d’États et de gouvernement de la Ligue des Etats arabes s’ouvre aujourd’hui à Nouakchott. Cette rencontre, dite « Sommet de l’Espoir » constitue, sans doute, une première pour la Mauritanie et pour sa

Photothèque

1
Activités présidentielles