Dossiers

La réorganisation du bac ouvre de nouvelles opportunités pour les étudiants

Nouakchott,  19/01/2011
Le conseil des ministres a approuvé jeudi 6 janvier dernier le projet de décret portant réorganisation du diplôme du baccalauréat national répondant ainsi aux aspirations des élèves qui ont étudié dans le cadre de l'ancien système pédagogique et dont le sort est resté suspendu entre l'actuel et le système appliqué depuis 1999 qui leur interdit de se présenter cette année.
Il est reproché à l'ancien système de ne pas prévoir une période transitoire pour la candidature et pour l'accès à l'emploi, ce qui a été considéré par beaucoup de gens concernés par la chose pédagogique dans notre pays comme compromettant l'avenir d'une génération entière qui a étudié pendant deux décennies dans le cadre d'un système complètement arabisé avant de se retrouver subitement dans un système où les matières scientifiques sont étudiées en français.
Il semble que les hautes autorités ont pris conscience des difficultés liées à l'application de ce système aux élèves qui ont étudié dans l'ancien système.
Sur cette base, il sera appliqué le système de la filière unique adopté dans le cadre de la réforme sus visée aux élèves qui ont subi ce système depuis son commencement tout en donnant à ceux qui ne l'ont pas suivi l'occasion de se présenter pendant une période de deux ans.
Dans cette perspective, M. Ahmed Ould Bahia, ministre d'Etat à l'éducation nationale, à l'enseignement supérieur et à la recherche scientifique a précisé que cette mesure est intervenue suite à une requête présentée par certains candidats au cours de la visite effectuée par le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz au Lycée 1 de Arafat.
Le ministre a, au cours d'une conférence de presse tenue à l'issue du conseil des ministres que ces mesures ouvrent de nouvelles opportunités aux candidats au Bac des anciennes filières (réforme de 1999) qui demeureront ouvertes pendant deux ans.
La nouvelle réorganisation présente d'autres avantages importants dont la non élimination de ceux qui auront moins de 3 points dans les matières principales au moment où l'on donnait à l'étudiant qui obtient moins de 3 points la possibilité de faire la session complémentaire.
Pour favoriser l'excellence, on interdit à l'élève de passer à la première session avec moins de 5 points dans les matières principales bien qu'il peut être admis à passer la session complémentaire avec seulement 8 points.
Certains élèves des établissements d'enseignement secondaires à Nouakchott estiment que les nouvelles mesures ont réglé des problématiques qui les préoccupaient notamment le fait d'empêcher certains candidats de l'ancien système du baccalauréat cette année et ont exprimé leur satisfaction pour le nouveau système dont ils ont dit qu'il garantit leur avenir scolaire et tient compte de leurs conditions au plan pédagogique et social.



Dernière modification : 19/01/2011 13:16:52