Activités gouvernementales

Le premier ministre présente le programme de son gouvernement devant l'Assemblée nationale

Nouakchott,  07/01/2011
Le premier ministre, Dr. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, a présenté le programme de son gouvernement devant l'Assemblée nationale, réunie vendredi en plénière sous la présidence de M. Messoud Ould Boulkheir, président de cette chambre, et en présence d’un certain nombre de membres du gouvernement.
Dans ce discours, le premier ministre a indiqué que ce programme s’articule autour de la construction de l'Etat sur de nouvelles bases garantissant la justice, le raffermissent et la préservent l'unité nationale, le renforcement des fondements des institutions républicaines solides et d’une administration moderne au service des citoyens et du développement, l’adoption de politiques économiques qui encouragent la croissance et luttent contre la pauvreté en mobilisant les ressources nécessaires, l’élargissement de l'assise de l'économie productive, le renforcement des infrastructures, la promotion des ressources humaines, la création des conditions d'un développement durable, l’initiation de politiques sociales ciblées et le travail pour une diplomatie efficace et au service des intérêts supérieurs de la Nation.
Voici ce discours dans son intégralité :

« Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les députés,
Il y a une année, dans un moment comme celui-là, j'ai eu l'honneur d'exposer à votre honorable Assemblée un plan d'ensemble, général certes, mais non dépourvu de détails, sur l'action attendue du gouvernement au cours de l'année à venir. Aujourd'hui, l'honneur se renouvelle pour moi de passer en revue le bilan d'une année d'action gouvernementale et les perspectives pour l'année à venir. Une année que j'espère pleine de croissance et de développement pour notre pays, de paix, de sécurité et de prospérité pour notre peuple.
Je ne saurais oublier, en cette occasion, de vous féliciter, et le peuple mauritanien à travers vous, pour les festivités commémorant l'anniversaire de cinquante ans d'indépendance qui se sont déroulées dans une atmosphère pleine d'espoirs promoteurs, mêlés à la ferme volonté de construire l'avenir.
Ce dont nous allons faire l'exposé ici, qu'il s'agisse de ce qui a été réalisé ou de ce qui va l'être, n'est qu'une approche sur le terrain de la mise en oeuvre du programme de son excellence le Président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a répondu aux attentes profondes du peuple mauritanien et, par conséquent, a reçu sa large adhésion lors de la dernière élection présidentielle.
Ce programme comporte sept axes principaux :
Construire l'Etat sur de nouvelles bases qui garantissent la justice, raffermissent et préservent l'unité nationale, assoient les fondements d'institutions républicaines solides et posent le socle pour une administration moderne au service des citoyens et du développement ;

Adopter des politiques économiques qui encouragent la croissance et luttent contre la pauvreté en mobilisant les ressources nécessaires;
Élargir l'assise de l'économie productive ;
Renforcer les infrastructures ;
Promouvoir les ressources humaines et créer les conditions d'un développement durable ;

Initier des politiques sociales ciblées ;
Opter pour une diplomatie efficace et au service des intérêts supérieurs de la Nation.

Aujourd'hui, le gouvernement a pu relever son premier défi, celui du rétablissement et du raffermissement de l'ordre constitutionnel, de la redynamisation et du renforcement des mécanismes de fonctionnement régulier des institutions républicaines. Cela d'autant qu'il s'est attelé à faire régner un climat favorable au dialogue où s'accepte et s'affirme le droit à la contradiction et la différence d'une part, mais où s'impose la nécessité de se concerter et de collaborer sur les questions fondamentales pour le pays, en particulier celles qui renforcent l'unité et la cohésion nationale. C'est cette orientation que Monsieur le Président de la République n'a eu de cesse de rappeler depuis son discours d'investiture dans lequel il a appelé les leaders de l'opposition au dialogue et la participation à la construction nationale, et jusqu'à sa dernière allocution à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance, dans laquelle il a dit : « « nous veillons à l'ancrage de la démocratie dans la mesure où elle reste la meilleure voie pour préserver la sécurité et la paix sociales, et pour assurer le développement et la prospérité à notre peuple ; comme nous tenons à préserver l'esprit d'ouverture et de concertation dans nos rapports avec les forces politiques nationales » ». Dans ce discours, le Président de la République a exprimé sa disposition à « « ouvrir un dialogue franc avec les partis de l'opposition » », et les a conviés à « « participer sérieusement à l'oeuvre de construction nationale de manière à servir l’intérêt supérieur du pays et à préparer un avenir meilleur à notre peuple » ».
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le gouvernement, sous la direction clairvoyante de son Excellence le président de la République, et d'une manière sans précédent, est parvenu à hisser notre armée nationale et nos forces de sécurité au niveau des défis qui s'imposent à nous ; ce qui a surpris nos ennemis et les a poussés à réviser leurs méthodes. L'action des autorités dans ce domaine ne s'est pas limitée à renforcer l'équipement et l'armement, à perfectionner l'entraînement ou à reconsidérer le redéploiement et le positionnement suivant le besoin sécuritaire et défensif mais, mieux encore, nous avons pu dépasser le mode opératoire tactique, positionnel et partiel, pour avoir une vision stratégique globale qui intègre toutes les éventualités et les perspectives des développements futurs. Ainsi, notre armée a remplacé le concept de défense classique qui l'exposait à encaisser les coups dans des positions fixes, pour adopter, désormais, une défense active qui implique d'autres considérations dont l'anticipation, la poursuite et bien d'autres stratégies d'affrontement nécessaires pour avoir l'avantage dans cette confrontation.
Par conséquent, les frontières mauritaniennes sont, et pour la première fois, sous contrôle à tous les niveaux, et tous les accès surveillés et protégés. Ceci ne veut pas dire que la bataille est finie et que l'ennemi ne saisirait pas toutes les occasions qui s'offriraient à lui. Mais cela me permet d'affirmer que le gouvernement continuera son action, de manière permanente, pour rehausser le niveau opérationnel de nos forces armées et de sécurité, afin qu'elles puissent assurer leur mission de défense de notre territoire, de sécurité pour nos citoyens, nos hôtes et les ressortissants des pays frères et amis. Comme il poursuivra avec rigueur et fermeté sa lutte contre l'extrémisme, le crime organisé et le trafic de drogue. A cet effet, des points de passage précis ont été fixés sur nos frontières, des ressources humaines et des techniques modernes utilisées, ce qui a permis d'arrêter 274 trafiquants et de confisquer plus de 10 tonnes de drogue durant l'année écoulée, comme l'a précisé le Président de la République dans son dernier discours.
Monsieur le président,
Mesdames, Messieurs,
Notre politique étrangère est déterminée, depuis l'élection du Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, par un ensemble de constantes et de choix guidés en premier lieu par la défense de l'intérêt suprême du pays, la préservation de son indépendance, de sa liberté de décision ainsi que le renforcement de sa position sur la scène internationale.
Dans ce cadre, le gouvernement a oeuvré au renforcement du rôle de notre pays au sein de tous nos cercles d'appartenance : arabe, africain, islamique et mondial, partant constamment du principe du soutien à toutes les causes justes, à l'appui de la paix, la stabilité, la justice et la tolérance dans le monde, et privilégiant le principe du dialogue et du compromis, avec l'exigence d'un partenariat fructueux.
Dans ce domaine, le gouvernement a entrepris les dispositions nécessaires au développement des relations bilatérales entre notre pays et son environnement arabe et africain, à travers la création et la redynamisation de commissions mixtes dont plusieurs ont été tenues avec différents pays frères et amis. Un travail a aussi été fait pour élargir le cadre de nos relations à d'autres pays. Ainsi, des ambassades ont été ouvertes en Turquie et en Iran, et de nouveaux horizons à la coopération ont été fixés avec Cuba, le Venezuela et l'Azerbaïdjan.
Notre diplomatie a réalisé aussi des succès considérables sur les deux plans mondial et continental, qui se sont matérialisés par l'élection de notre pays au poste de membre du conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine, tout comme il a été élu membre du conseil des Droits de l'Homme de l'ONU. Notre pays est également candidat au poste de membre non permanent au Conseil de Sécurité.
Par ailleurs, la Mauritanie a participé d'une manière dynamique et efficace à la réussite de rencontres régionales comme celles de l'Union du Maghreb Arabe, l'Union des pays du Sahel et du Sahara, le comité permanent pour le suivi de la coopération arabo-africaine, le forum de la coopération arabo-chinoise, le forum de la coopération arabo-turque, l'Institution de Beyt Al Quds et la réunion 5+5.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Après ce préambule et partant du programme électoral de son Excellence le président de la République, qui a inspiré l'action du gouvernement durant l'année passée, je m'attellerai, devant votre auguste assemblée, à présenter de manière aussi détaillée que possible un bilan de l'action du gouvernement pour l'année écoulée et les perspectives pour l'année prochaine. Ce discours s'articulera autour des axes suivants :
La refondation de l'Etat ;
Les politiques économiques, monétaires et financières ;
L'élargissement de la base de l'économie productive nationale ;
Le renforcement des infrastructures de bases ;
La promotion des ressources humaines et le développement durable ;
Des politiques sociales orientées.
Concernant le thème relatif à la refondation de l'Etat, le gouvernement a axé ses efforts sur la réforme de la justice, la modernisation de l'Administration, le raffermissement de la décentralisation, et d'une manière générale sur l'ancrage de l'Etat de droit et de la démocratie dans un climat de sécurité, de stabilité et de respect des libertés individuelles et collectives. Le département de la justice a oeuvré durant l'année écoulée à la mise en place de textes juridiques et réglementaires permettant la protection des libertés individuelles et collectives conformément à la Constitution. C'est dans ce cadre que ce département a adopté plusieurs textes juridiques et réglementaires dans le domaine de la protection des enfants, la migration irrégulière et la lutte contre le commerce des stupéfiants.
Tout comme il a consenti des efforts soutenus pour rendre la justice plus proche des citoyens. Dans cette optique, l'accès au soutien juridique a été élargi. Et en conformité avec les conventions internationales approuvées par notre pays, ces efforts ont permis à la justice de contribuer à l'apaisement du climat social et à la consolidation de la confiance de nos partenaires au développement.
La formation et l'amélioration des compétences des magistrats et agents de greffes a occupé une place importante dans l'action du secteur de la justice au cours de l'année précédente, en particulier pour les tribunaux de commerce, dont le personnel a pu bénéficier d'une formation intensifiée dans la gestion des conflits commerciaux. Dans le cadre du développement des ressources humaines, une nouvelle politique a été adoptée en matière de formation de magistrat à travers la mise en place d'un plan de formation et l'exploitation rationnelle des cadres et auxiliaires de justice. La création de l'Ecole Nationale d'Administration, de Journalisme et de Magistrature (ENAJM), constitue un nouvel apport à la consolidation des efforts entrepris dans ce sens. Par ailleurs, un mécanisme de suivi informatique des décisions de justices et des indicateurs quantitatifs et qualitatifs sera mis en place pour assurer le suivi nécessaire des dossiers et une connaissance plus précise des besoins du secteur. D'autre part, la protection des droits humains a été l'objet d'un intérêt particulier de la part du gouvernement, et leur défense demeurera pour nous un choix stratégique. Dans ce cadre, des efforts constants sont consentis pour l'amélioration des conditions de vie et de santé dans les prisons, et pour accorder l'importance nécessaire à la capacité des détenus à s'adapter de nouveau à la vie sociale. C'est pourquoi, et à la lumière des rapports établis à travers le suivi permanent des conditions de détention et du comportement des détenus, 350 prisonniers ont pu bénéficier d'une grâce présidentielle pour leur bonne conduite.
Le développement et l'amélioration des infrastructures judiciaires constituent pour le gouvernement un élément important dans l'amélioration des conditions de travail des autorités judiciaires, de la protection des droits des justiciables et de l'allègement de la souffrance des prisonniers. Ainsi des tribunaux ont été construits à Nouakchott et à Nouadhibou, en plus de l'amorce des travaux de construction d’un siège nouveau dédié à la Cour suprême et d'un Palais de justice à Kiffa dont les travaux vont se terminer au cours de l'année.
Il a été également procédé à la création, en collaboration avec nos partenaires au développement, d'un centre d'accueil pour la réhabilitation des mineurs à El Mina. Ce centre constitue, pour ces enfants, une opportunité d'encadrement et de formation les préparant à une meilleure intégration sociale.
Dans ce contexte, le département de la justice va oeuvrer durant l'année à venir à la consolidation de l'impartialité de la justice, au parachèvement de l'arsenal de textes juridiques et réglementaires permettant le respect total des libertés individuelles et collectives, ainsi que l'accès des tous les justiciables à la justice, en plus d'une réforme des juridictions spécialisées dans les affaires des mineurs.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le département de l'Intérieur et de la décentralisation s'est attelé, au cours de l'année 2010, à exécuter une batterie de procédures visant à moderniser l'Administration territoriale. Parmi ces procédures, on peut évoquer la réforme des collectivités territoriales, à travers la mise sur pied d'un système de décentralisation en adéquation avec les besoins d'un développement local harmonieux.

Le département a travaillé par ailleurs pour garantir la sécurité des personnes et des biens, à l'ancrage de la démocratie et de l'Etat de droit, au renforcement de l'unité nationale et à la sécurisation des documents d'identification nationale. D'autre part, un panel de textes juridiques et réglementaires a été adopté par le département, et d'autres textes sont en cours d'adoption, dont nous citerons, à titre d'exemple, le Code des collectivités locales.
Le gouvernement a adopté, récemment, la déclaration relative à la politique nationale de décentralisation et au développement local qui est un document stratégique de référence en matière de décentralisation et de développement local. Dans la même optique, le fonds régional pour le développement a été l'objet d'une réforme dans le but d'orienter les importantes ressources allouées par l'Etat à ce fonds vers le développement local et l'équipement de nos communes en infrastructures essentielles.
Pour la sécurisation et la crédibilité des documents d'identification nationale et de résidence pour les étrangers, l'Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés a démarré ses activités. Elle vise, à travers un programme ambitieux, la mise en place, et pour la première fois dans le pays, d'un état civil fiable par l'exploitation de moyens ultra modernes basés sur l'usage des empreintes et du numéro national unique pour les documents personnels. Comme elle vise - entre autres - l'établissement d'un recensement administratif des populations qui a été officiellement lancé le 28 novembre dernier. L'Agence sera dotée des ressources humaines spécialisées nécessaires à l'accomplissement de sa mission de production des documents nationaux. Pour l'année 2011, le département de l'Intérieur va redoubler ses efforts afin de parachever la réforme et la modernisation de l'administration territoriale. L'application du code des collectivités locales aura un impact significatif dans l'amélioration du système de décentralisation.
L'année 2011 connaîtra aussi la tenue d'élections législatives et municipales que le gouvernement veillera à organiser dans la transparence totale. Pour ce qui est du programme de retour des réfugiés, il a été achevé par le retour du dernier contingent l'année passée. Toutefois l'opération de leur insertion dans le tissu social national se poursuit à travers la mise en place des infrastructures de base et des édifices publics nécessaires, comme les écoles, les centres de santé, les réseaux de distribution de l'eau potable et la distribution de vivres pour les assister en attendant la moisson des surfaces distribuées aux agriculteurs parmi eux. Leur intégration entière au tissu social national est l'un des éléments les plus importants au renforcement de la cohésion nationale.
Et afin d'assurer une meilleure protection des personnes et des biens, l'exécution du plan d'action de la Direction générale de la protection civile se poursuivra et s'achèvera l'année prochaine par l'acquisition de nouveaux équipements, et la mise sur pied d’un nouveau système de protection civile englobant toutes les capitales de wilayas.

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
La présence d'une administration moderne, performante et au service du citoyen est l'un des défis majeurs auxquels nous faisons face dans notre marche vers le développement.

Le double souci de moderniser l'Administration et de la rendre proche des citoyens occupe une place majeure dans les choix du secteur. Dans cette optique, un éventail de dispositions a été entrepris, notamment, la mise en place de bureaux d'accueil dans toutes les administrations, la création d'un site d'organisation administrative de l'Etat, la simplification des procédures foncières, ainsi que l'allègement des procédures de la fonction publique, en plus de l'adoption de la gestion électronique des courriers par certains départements ministériels.
Dans ce cadre, le département de la fonction publique et de la modernisation de l'Administration a continué ses efforts à travers les dispositions suivantes :
- La modification de certaines dispositions du Statut général des fonctionnaires et agents contractuel de l'Etat, afin de permettre au plus grand nombre de diplômés chômeurs de participer aux concours de recrutement et d'accéder à la fonction publique avant l'âge de quarante ans;
- La création d'une commission nationale indépendante chargée de parachever le recensement des fonctionnaires et des agents de l'Etat;
- L'élaboration d'une étude pour la création d'un système intégré de gestion des fonctionnaires de l'Etat ;
- La mise sur pied d'un ensemble de mesures relatives à la formation et à l'amélioration des compétences des fonctionnaires.

Et dans le domaine du travail et de la sécurité sociale, le gouvernement a salué les efforts entrepris par le département concerné visant la protection des travailleurs et le règlement des conflits sociaux à travers le dialogue, la concertation et le compromis.
Le gouvernement poursuivra la réforme de l'Administration, en corrigeant ses faiblesses et en soutenant ses points forts. Dans ce cadre, cette année connaîtra une intensification de la politique de développement de la gestion des fonctionnaires et agents de l'Etat. Les textes d'application du nouveau Statut général des fonctionnaires et agents contractuel de l'Etat seront adoptés courant 2011.
Et pour un meilleur rendement de la direction du travail, le processus de décentralisation au niveau des inspections régionales sera poursuivi d'une manière intensive. En matière de modernisation de l'Administration, l'accent sera mis sur le renforcement du cadre institutionnel et du rapprochement de l'Administration des citoyens.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le secrétariat général du gouvernement a mené, durant l'année 2010, d'énormes efforts dans le domaine de la programmation, l'organisation, le contrôle et l'évaluation de l'action du gouvernement. Nous citons, à titre d'exemple : L'apport de l'appui technique par le biais du Bureau d'Organisation et Méthode dans la restructuration de huit départements ministériels ;
Dans le cadre de la gestion transparente des efforts publics et dans un souci d'équité entre les concurrents pour l'obtention des marchés publics, la commission centrale des marchés a supervisé l'octroi de 150 marchés au profit de 109 entreprises, ce qui indique que plus de 70% de ces marchés ont été octroyés à des entreprises différentes;
La commission nationale des concours a supervisé onze concours pour le compte de sept départements ministériels afin de recruter, 3.197 fonctionnaires.
Pour l'année 2011, le secrétariat général poursuivra les efforts relatifs à la modernisation des méthodes de coordination de l'action gouvernementale à travers l'exploitation de nouvelles méthodes se basant sur la gestion électronique et la numérisation des documents. Tout comme il envisage de mener des études organisationnelles et d'évaluations pour les méthodes de travail suivies dans le cadre de la gestion au niveau des différentes administrations.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
La liberté d'expression constitue à la fois, un pilier indispensable à l'affermissement de la démocratie, et un outil primordial dans la sensibilisation des citoyens, pour leur permettre de prendre pleinement conscience des questions nationales et de participer de façon dynamique à la construction et au développement. A cet égard, le Gouvernement s'engage- en application des engagements du Président de la République en la matière - à donner la priorité au renforcement du pluralisme, à la protection de la liberté d'expression et à la liberté de la presse.

L'entière liberté d'opinion et d'expression dont jouissent toutes les publications de presse écrite ou électronique vient confirmer cette orientation. Elle se confirme également par l'absence de toute forme de restriction ou de censure exercée par l'autorité publique sur les journalistes ou les organes de presse pour des motifs d'opinion ou de publication. Pour accompagner le développement effectif et rapide du domaine de l'information et des médias, le Gouvernement a initié, au cours de l'année écoulée, une stratégie nationale pour la promotion du secteur de la communication. Cette stratégie vise l'adaptation du cadre juridique de la communication audiovisuelle à nos réalités sociopolitiques d'une part, et l'évolution rapide dans le domaine des technologies de l'information et de la communication de l'autre.
A cet effet, et pour développer l'espace audiovisuel après l'adoption de la loi libéralisant le secteur, il est essentiel de mettre en place, au préalable, les équipements techniques et les dispositions réglementaires qu'il exige. C'est dans ce cadre que le département de l'Information travaille, actuellement, en collaboration avec la Haute Autorité de la Presse et de l'Audiovisuel (HAPA), à la préparation des cahier de charges et l'appel à concurrence, en plus de la mise en place des édifices et équipements techniques nécessaires à la diffusion, à travers le renouvellement et le renforcement des moyens de diffusion existants, pour les développer afin de les harmoniser avec la migration vers le numérique, prévue avant 2015.
Aussi, un centre de suivi de la presse a été mis sur pied au niveau de la HAPA, qui devra permettre d'enregistrer et de détecter tous les signaux d'émission audiovisuels sur le territoire national. Ceci va permettre de garantir le bon fonctionnement de la liberté de presse et d'opinion tout en veillant au respect de la déontologie et de l'éthique professionnelles, et en protégeant le droit des particuliers.
Toutes ces dispositions constituent, de fait, une anticipation qui permettra de mieux accompagner les retombées juridiques qui résulteraient de l'ouverture d'un secteur à la fois vital et sensible.
Sur un autre registre, il faut noter que la restructuration des institutions de la presse publique est en cours d'étude, pour les adapter à la nouvelle situation juridique consécutive à la loi relative à la libéralisation de l'audiovisuel, afin d'éliminer les obstacles structurels et d'assurer le respect des droits des travailleurs.
Par ailleurs, le gouvernement reste soucieux d'accompagner l'évolution continue dans le domaine de l'information vers une la libéralisation progressive et organisée des médias audiovisuels et des exigences que cela impose en terme de formation de ressources humaines et en techniciens et professionnels de l'information capables de relever les défis afin que ce secteur soit une source de création d'opportunités d'emplois.

D'autre part, dans le souci constant de renforcer et de soutenir la liberté et le pluralisme médiatique, et après la décision de création d'une radio dédiée au Saint Coran, il a été décidé de doter chaque wilaya de sa propre station radio qui va s'intéresser aux problèmes quotidiens des populations et parler les langues autochtones. Dans ce cadre, le gouvernement a décidé de créer 9 nouvelles stations radios régionales, dont deux ont d'ores et déjà commencé leurs activités, et les sept autres seront opérationnelles à partir du premier quart de l'année en cours. Il sera procédé également à l'ouverture de bureaux régionaux pour l'Agence Mauritanienne d'Information dans les capitales des wilayas, afin que cette institution accomplisse sa mission d'agence de presse efficace, crédible, et première source d'information pour tous les événements nationaux.

Dans le domaine de la presse écrite, il importe de signaler que le gros frais d'impression et d'édition est pris en charge sur les ressources publiques, dans le cadre de l'aide publique à la presse écrite indépendante, pour un montant qui a approché les 300 millions d'ouguiyas en 2010.
A cet égard, nous avons entamé un processus d'organisation de la presse écrite ou électronique, suivant les dispositions et critères stipulés par la loi régissant ce secteur, en partenariat avec tous les acteurs dans le domaine : les associations, les syndicats professionnels et la HAPA. Il importe de rappeler que le processus de distribution des cartes de presse aux professionnels des médias, suivant les critères fixés dans le décret d'application a déjà commencé en 2010.
Une loi spécifique a été adoptée pour réglementer la presse en ligne, un élément qui s'impose de plus en plus dans la course vers l'hégémonie du tout numérique dans le monde. Un autre texte réglementant l'aide publique à la presse, par la création d'un fonds spécial qui sera géré par une commission autonome où sont représentées toutes les parties concernées a été aussi adopté. Et le département prépare un texte réglementant la publicité.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
En dépit d'un contexte international difficile, le gouvernement a mis en place une politique économique favorable à la croissance. Le taux de croissance du PIB hors pétrole est estimé à 5,6% en 2010, contre -1,1% en 2009, la position extérieure du pays a été améliorée et l'inflation a été stabilisée autour de 5% en glissement annuel. L'activité économique a été soutenue grâce notamment à une expansion du crédit, une amélioration notable des exportations et un rebond de l'activité industrielle.

En matière de finance publique, le déficit budgétaire a été ramené de 3,8% en 2009 à 3% du PIB hors pétrole en 2010 grâce, d'une part aux efforts soutenus de recouvrements des impôts et, d'autre part à la maîtrise des dépenses publiques.
Par ailleurs, la lutte contre la pauvreté a été, au cours de l'année écoulée, au centre de l'action du gouvernement comme je m'y étais engagé devant cet auguste assemblé il y a juste un an. Le troisième plan d'action du Cadre Stratégique de lutte contre la pauvreté a été élaboré. Ce cadre, qui porte sur la période 2011-2015, a fait l'objet d'une large concertation et sera adopté très prochainement. Pour faciliter la mise en oeuvre effective de ce cadre, le gouvernement est entrain de finaliser un cadre de dépenses à moyen terme. Cet outil de programmation permettra de lier l'allocation des ressources aux objectifs de développement et constitue un élément fondamental de la politique de rupture avec la reconduction systématique des crédits, notamment les dépenses de fonctionnement.

Les dépenses publiques sont passées de 374.620.410.000 UM en 2010 à 382.541.400.000 UM en 2011, soit une augmentation de 2.11%. Le budget au titre de l'année 2011 se caractérise par l'intérêt qu'il accorde à la réduction de la pauvreté et à l'atteinte des objectifs du millénaire pour le développement, conformément aux directives du président de la République, et au troisième plan d'action du Cadre Stratégique pour la Lutte contre la Pauvreté. Cet intérêt s'illustre par le volume des ressources allouées aux secteurs de l'aménagement du territoire, aux infrastructures structurantes et aux ressources humaines, absorbant 107 milliards d'ouguiyas, soit 63.5% des dépenses d'investissement qui seront consacrées à l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, à l'extension et à l'entretien du réseau routier et à l'amélioration des conditions de vie dans le milieu urbain. Ces ressources englobent également les efforts consentis pour relever le niveau de l'enseignement, l'accès aux services de santé et de nutrition, et les programmes favorisant l'emploi d'une importante main d'oeuvre.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
La politique économique menée par le gouvernement a été saluée par nos partenaires au développement. Ceci s'est traduit par la signature d'un programme économique avec le Fonds monétaire international et l'organisation d'une table ronde qui a permis la mobilisation de plus de trois milliards de dollars. Cette table ronde a été aussi l'occasion pour nos frères arabes et nos partenaires au développement d'exprimer leur confiance dans la stratégie de développement que notre pays a définie, conformément au programme électoral du Président de la République. Les résultats de cette table ronde se sont déjà traduits par la mobilisation effective de 500 millions de dollars qui ont d'ores et déjà été alloués à des programmes prioritaires. Dans le but de mobiliser l'ensemble des montants promis au cours de cette table ronde, le gouvernement a mis en place un comité technique chargé du suivi des résultats de la table ronde et leur transformation en projets concrets.
Dans le but d'attirer davantage d'investissements, le ministère de l'industrie et des mines a organisé du 09 au 11 novembre, avec succès, une rencontre internationale sur les mines en Mauritanie. Cette rencontre a permis de faire connaître le secteur des mines et les opportunités d'investissement qu'il octroie.
Par ailleurs, la mobilisation des ressources extérieures a été au coeur de l'action du gouvernement qui a signé depuis le premier janvier 2010 vingt huit (28) conventions pour un montant global de 130 milliards d’Ouguiyas sur les 144,95 programmés au cours de la période 2011-2013.
Cette politique a mis l'accent sur la répartition équitable des fruits de la croissance à travers la réalisation d'importants investissements dans les zones de forte pauvreté, l'augmentation des dépenses de lutte contre la pauvreté et la mise en place d'importantes subventions pour les populations les plus pauvres. Dans ce cadre, la priorité a été donnée aux investissements susceptibles de créer des conditions favorables à une croissance forte, durable et créatrice d'emplois, notamment pour les jeunes et les pauvres.
Les finances publiques, eu égard à leur importance pour la mise en oeuvre effective de l'action du gouvernement, ont fait l'objet d'une attention particulière. Ces efforts se sont traduits par une rationalisation des ressources publiques qui ont été orientées, chaque fois que cela a été possible, vers l'investissement et une augmentation substantielle des recettes en raison des efforts de lutte contre la fraude fiscale.

Le gouvernement a aussi entamé un processus d'élargissement de l'assiette fiscale dont l'objectif est d'augmenter les recettes de l'Etat et de limiter progressivement les secteurs qui échappent à la fiscalité. Ces efforts se sont traduits par une nette augmentation des revenus budgétaires (hors dons) qui ont été, au 30 novembre 2010, de 235 milliards d'ouguiyas (dont 128,5 milliards d'UM de recettes fiscales, soit +20,6% par rapport à 2009), soit une augmentation de 39,4% par rapport à la même période de l'année 2009.

Ces performances ont permis au gouvernement d'augmenter substantiellement les dépenses publiques qui sont passées de 243 milliards d'UM en 2009 à 295,7 milliards d'UM en 2010, soit un accroissement d'environ 22% (53 milliards d'UM). Cette augmentation a été d'une part orientée vers l'investissement qui a considérablement augmenté.

Pour améliorer la transparence de la gestion publique et diversifier le financement de l'Etat, le gouvernement a : (i) mis en place une comptabilité patrimoniale pour restituer des comptes sincères et exhaustifs, (ii) mis en place un compte unique du trésor pour optimiser la gestion de la trésorerie de l'Etat,(iii) sécurisé les archives et les valeurs du Trésor Public, (iv) assuré la qualité des comptes via la mise en place d'un dispositif de contrôle et d'audit, (v) généralisé la bancarisation des opérations du Trésor Public, (vi) comptabilisé le crédit d'impôt et préparé la comptabilisation des exonérations et (vii) lancé le processus de diversification des sources de financement de l'économie à travers la mise en place imminente d'une caisse de dépôts et de développement.
Pour créer un environnement favorable à une croissance économique forte et durable, le gouvernement a adopté le troisième Plan d'action du cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP). La mise en oeuvre de ce plan d'action qui est la traduction du Programme sur la base duquel a été élu le Président de la République permettra à notre pays de réaliser (i) un taux de croissance moyen annuel du PIB hors pétrole de 5,5 % ; (ii) de ramener le taux d'inflation à moins de 5 % ; (iii) de réduire le déficit budgétaire à 5,6 % du PIB hors pétrole en moyenne sur la période considérée et (iv) de porter les réserves de change à l'équivalent de quatre mois d'importations à l'horizon 2015.
Pour atteindre ces objectifs, la réforme des finances publiques sera poursuivie. Dès le début de 2011, les travaux de révision de la loi d'orientation sur les lois de finances (LOLF) seront entamés, la modernisation du système fiscal sera poursuivie en vue de permettre rapidement l'élargissement de l'assiette fiscale et la simplification et la limitation au strict minimum du système d'exonération. Ces efforts devront permettre d'accroître les recettes fiscales de 8 % et les recettes non fiscales de 2,1 % en moyenne par an sur la période 2011-2015. En matière de dépenses, le gouvernement poursuivra ses efforts visant l'augmentation des dépenses en capital, l'élimination des dépenses non productives et la maîtrise de la masse salariale.


Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le gouvernement a continué à mener une politique monétaire prudente dont les objectifs fondamentaux sont la maîtrise de l'inflation et la stabilisation de la monnaie. La masse monétaire au sens large a progressé de 16,8%, certes plus que l'augmentation du crédit à l'économie (+11,9%), mais moins que celle du PIB nominal. Le taux d'intérêt sur les bons du Trésor a été en moyenne de 8,5% en 2010 contre 10,9% en 2009; tandis que le taux directeur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM) a été maintenu à 9%.
La politique monétaire se focalisera sur la maîtrise de l'inflation et l'encouragement du crédit à l'économie. Le taux directeur de la BCM sera réduit chaque fois que ceci ne compromet pas les objectifs en matière d'inflation et de change. L'autonomie de la BCM sera renforcée et les réformes visant à moderniser les instruments de la politique monétaire et le marché de change seront poursuivies.

Le gouvernement est déterminé à développer le secteur financier afin de lui permettre de mieux contribuer au développement du tissu économique national. Ces efforts permettront de disponibiliser les ressources stables à travers le lancement de la Caisse de dépôts et de développement et le lancement d'une banque islamique (filiale de la BID).
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Les réformes institutionnelles nécessaires à la promotion d'une croissance durable et réductrice de la pauvreté connaissent un début de réalisation. L'assainissement des finances publiques, la mise en place d'un climat favorable au développement du secteur privé et l'élimination de la corruption ont été au coeur de l'action du gouvernement. La préparation du budget sera bientôt améliorée avec la finalisation du cadre de dépenses à moyen terme (CDMT) pour la période 2011-2013. Cette initiative sera renforcée par la révision des textes en vigueur afin de favoriser l’adéquation des textes avec l'approche axée sur les résultats. La réforme fiscale menée a permis d'améliorer substantiellement le système fiscal dont le rendement a été augmenté en raison notamment de (i) la simplification des procédures et la réduction des tarifs, (ii) la création de l'unité des grandes entreprises chargée du recouvrement des impôts (CDI) et (iii) la redynamisation des centres des impôts.
Par ailleurs, la loi portant code des marchés publics a été adoptée par votre auguste assemblée et ses textes d'application ont été finalisés et seront adoptés par le gouvernement au cours des prochains jours. Cette loi introduit plus de transparence dans le processus d'attribution des marchés publics. En outre, un projet de code des investissements visant à créer un environnement favorable à l'investissement privé a été finalisé et sera adopté rapidement. Enfin, le gouvernement vient d'adopter une stratégie de lutte contre la corruption qui accorde la priorité au renforcement des organes de contrôle et met l'accent notamment sur la justice et sur certains corps de la fonction publique qui sont perçus comme éléments favorisant la corruption. Nous continuons à penser que le secteur privé doit jouer un rôle capital comme moteur de la croissance. Les actions visant à améliorer le climat des affaires seront poursuivies et approfondies. Le code des investissements sera adopté incessamment, les obstacles liés à l'accès au crédit, au coût et à la disponibilité des facteurs de production seront levés et le cadre juridique sera amélioré.
La priorité de notre action sera l'adoption et la mise en oeuvre de la Stratégie de Développement du Secteur Privé, la mise à niveau du tissu industriel et la mise en place de zones de développement économique. Le gouvernement accordera une attention toute particulière à l’amélioration du cadre de dialogue avec le secteur privé autour de toutes les questions liées à son développement.
Afin d’améliorer le climat des affaires dans notre pays, le Gouvernement a mené un certains nombre d’études dont les plus importantes sont l’étude stratégique sur le développement de la baie de Nouadhibou, l’élaboration d’un plan comptable pour les Banques commerciales, l’étude de faisabilité d’une structure de refinancement des institutions de micro-finance, l’élaboration d’une stratégie de développement du secteur privé et une étude tarifaire pour la SOMELEC.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le cadre de l’axe relatif au soutien et à l’élargissement de la base de productivité du pays, nous évoquerons les évolutions enregistrées dans les domaines de la pêche, du développement rural, du commerce, du tourisme, des mines, de l’industrie et du pétrole ainsi que les perspectives y afférentes.
Dans le domaine de la pêche, le gouvernement a adopté une politique visant la protection des ressources halieutiques et leur intégration dans le cadre des objectifs relatifs à la stratégie de développement national. C’est ainsi que les recettes fiscales réalisées par le secteur au cours de l’année 2010 ont atteint 41 milliards d’ouguiyas, et, ce malgré la réduction de la contrepartie financière prévue dans le cadre de l’accord de pêche signé avec l’UE estimée à 13%. Les exportations ont atteint au cours de l’année écoulée 48500 T en quantité, pour une valeur estimée à 193,5 millions $US (hors Accord avec L’UE).
Dans le cadre de la protection des ressources halieutiques, la priorité a été accordée aux plans d’aménagement, au développement de la recherche scientifique et au renforcement du contrôle maritime, en plus des mesures prises pour la consolidation et la modernisation de la pêche artisanale ainsi que le renforcement des infrastructures de base et l’augmentation des moyens de stockage.
L’extension du port de Nouadhibou se poursuit dans de bonnes conditions ; elle permettra la construction d’un quai supplémentaire de 600 mètres, ainsi que la réhabilitation du quai commercial et des autres quais.
Il est utile de signaler dans ce cadre l’attribution du marché relatif à l’enlèvement des épaves qui constituaient un grand danger pour la navigation dans le chenal du port.
De plus, les conditions de sécurité se sont renforcées grâce à la mise en place d’un système de contrôle évolué et aux équipements conçus pour la lutte contre les incendies. Ces efforts seront renforcés par l’exécution d’un grand projet financé par l’Union européenne dans le cadre du mécanisme de stabilisation des recettes d’exportation (STABEX com). Ce projet comprend notamment l’installation de système de surveillance moderne à l’entrée du Port et dans ses environnements immédiats, de détection des mines et explosifs afin de sécuriser le domaine portuaire, ses accès et les conditions de travail en son sein.
Pour réduire les dépenses d’exploitation en faveur des producteurs industriels et artisanaux, le ministère a entrepris des dispositions pour abaisser le coût des hydrocarbures.
Le gouvernement a également consenti un financement de 100 millions d’ouguiyas pour la redynamisation des structures de crédit maritime au profit de la pêche artisanale.
Dans le domaine de la réglementation et du contrôle des exportations, le gouvernement a adopté un système de suivi qui a permis de créer 580 opportunités d’emplois dont 330 emplois permanents, en plus de la restitution de 10 millions d’euros en contrepartie de 3000 tonnes de poissons frais exportées.
Dans le domaine de la formation professionnelle, le centre d’animation sociale et d’enseignement des métiers maritimes a démarré ses activités en assurant la formation pour 100 pêcheurs maritimes, 100 aides pêcheurs et 200 femmes sur des techniques diverses de transformations des produits de la pêche.
L’Ecole nationale pour l’enseignement maritime et la pêche à Nouadhibou, a formé 53 pêcheurs dans la pêche industrielle, dont 29 officiers. Elle a également formé 498 agents dans le domaine de transformation des produits de la pêche et 476 agents maritimes.
L’application rigoureuse des procédures administratives en matière de répartition des marins sur les bateaux de pêche a permis la création de 1000 postes de travail. Des négociations sont en cours avec les propriétaires de navires pour augmenter la proportion des employés mauritaniens embarqués à bord des bateaux.
Dans le domaine de la sécurité maritime, le centre de coordination et de sauvetage maritime a mené des campagnes de sensibilisations importantes et a élargi ainsi son champ d’action vers le sud, en installant deux stations permanentes au km 93 et au km 144. Le centre qui a acquis des équipements maritimes et des moyens de télécommunications évolués ; il a en outre constitué des brigades d’interventions rapides dotées de matériels nécessaires au niveau de la côte maritime de Nouakchott.
Dans le domaine de commercialisation, la SMCP a été restructurée, ce qui permettra à l’Etat, qui dispose désormais de 70% du capital de la société, de disposer d’un instrument de surveillance et de contrôle des exportations des produits halieutique, permettant la création de meilleures opportunités pour ce secteur économique. En plus de son rôle dans le domaine de la commercialisation, la restructuration donnera à la société les moyens nécessaires pour le développement et l’appui à la pêche artisanale et côtière et la transformation des produits de la pêche, tant à travers ses financements propres qu’à travers des partenariats avec des opérateurs privés nationaux et étrangers.
Dans le domaine de l’investissement privé, une société chinoise a démarré les travaux de construction d’un complexe de pêche qui va créer des emplois permanents pour 2500 Mauritaniens, pour un investissement estimé à 100 millions dollars américains.
Par ailleurs, des investisseurs arabes ont exprimé leur intérêt pour l’investissement dans l’aquaculture, au niveau de la zone sud au km 28, pour un montant variant entre 100 et 150 millions de dollars américains, ce qui permettra la création de près de 3.000 emplois permanents pour les Mauritaniens.
Le gouvernement poursuivra une politique visant le rehaussement du rythme du développement économique au niveau du secteur de la pêche en plus de l’orientation de ce développement vers la sphère des pauvres afin d’améliorer les conditions de vie des franges marginalisées.
Le gouvernement poursuivra également l’amélioration de la bonne gouvernance, la lutte contre la gabegie, le renforcement des capacités institutionnelles et des infrastructures de base, en plus de la promotion de l’emploi au sein du secteur et l’encouragement de la croissance de la valeur ajoutée à travers des investissements pertinents et une formation adéquate.
En ce qui concerne les infrastructures de base pour la pêche artisanale et côtière, une station de débarquement sera installée au km 144, pouvant accueillir des centaines de pirogues. Cette station sera un centre d’un regroupement pour les habitants à l’horizon 2015 ; les travaux doivent démarrer au cours du premier trimestre de l’année 2011.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le gouvernement a accompli des réalisations importantes dans le domaine du développement rural, et ce grâce à une approche intégrée, dans le contexte de la campagne agricole 2010-2015. Ces réalisations ont engendré la mobilisation de 4.5 milliards d’ouguiyas sur le budget de l’Etat; cette approche s’est caractérisée par :
La mise en place d’un mécanisme de suivi de proximité pour la campagne (comité interministériel, comité technique du ministère du développement rural) ;
L’approvisionnement des marchés en produits agricoles (semences, engrais), à des prix subventionnés, à hauteur de 50% ce qui a permis une réduction substantielle des prix par comparaison aux années passées;
Le suivi d’un agenda défini pour l’agriculture (programmation de la campagne agricole dans sa période et le commencement des activités dans les délais prédéfinis) ;
L’Etat a accompli le rôle que lui dicte sa mission : la lutte contre les prédateurs agricoles, la sécurisation des périmètres agricoles contre les inondations en plus de la mise à disposition de l’eau utilisée dans l’agriculture ;
La mobilisation d’un milliard d’ouguiyas pour le financement des crédits à court terme ;
Le ciblage des agriculteurs ayant des revenus modestes en les faisant bénéficier de mesures incitatrices, telle la priorité accordée à leur coopérative pour avoir accès à des moto- pompes et l’aménagement de leur périmètre en appliquant des prix raisonnables.
Ces efforts ont commencé à donner des résultats encourageants, dans le domaine de l’irrigué, où la surface des parcelles aménagées a atteint, dans le cadre de la campagne hivernale, 20.000 ha
Dans le domaine de la culture pluviale et la culture derrière barrages, il a été entrepris ce qui suit :
- L’exécution d’un programme de renforcement et de réparation des ouvrages hydrauliques et agricoles
-Le renforcement et la généralisation de l’encadrement des agriculteurs grâce notamment au recrutement de 50 diplômés-chômeurs afin de mener des actions de sensibilisation.
Dans le cadre du programme de clôture visant la protection de 74 000 ha des zones cultivées derrière les barrages, 14 000 ha dans les zones pluviales ont été clôturés, au profit de 268 localités, dans les wilayas du Hodh Echarqi, Hodh El Gharbi, l’Assaba, Gorgol, Brakna, Guidimagha, Tagant, pour une valeur de 1,244 milliards ouguiyas. Ce programme, qui a été exécuté sur le budget de l’Etat, a permis également de créer 9.484 opportunités d’emplois provisoires, où les salaires ont atteint 128 millions ouguiyas.
Toujours dans le domaine du développement rural, et en particulier dans le cadre de l’amélioration du rapprochement des services de base des citoyens, et afin de contribuer à un développement équilibré au niveau national, il a été procédé :
au transfert de la SONADER à Rosso ;
à la mise en place du crédit agricole à Aïoun ;
La redynamisation et le renforcement des capacités de la société nationale de l’aménagement agricole et des travaux ;
Dans le domaine de l’élevage, L’Union nationale des fonds de crédits et épargnes a mis en place toutes ses instances (le conseil d’administration, le comité de crédit, le comité de contrôle). Cette Union a été agréée comme entité de crédit de type A.
Le gouvernement a offert à cette structure les moyens nécessaires pour son fonctionnement, en plus des mesures prises pour qu’elle bénéficie du crédit accordé par le FONDS de l’OPEP.
Dans le domaine des industries de transformation des produits d’élevage et dérivés, un financement de 15 millions de dollars a été obtenu pour la construction d’un complexe de transformation des produits agricoles et d’élevage englobant :
Une unité de production laitière et dérivés, dans la ville de Néma, d’une capacité de 30 mille tonnes par jour, dont 25 mille tonnes de lait et 5 tonnes pour les dérivés ;
Un abattoir moderne d’une capacité de transformation de viande et dérivés, dans la ville de Néma, d’une capacité de 40 à 50 tonnes par jour.
Une unité de production d’aliments de bétail, à Aleg, d’une capacité de 15 tonnes/heure ;
Un Abattoir industriel à Kaédi d’une capacité de 750 mille pieds carrés ;
Une unité industrielle pour la fabrication de grillage à Maghtaa Lahjar, d’une capacité de 40 à 50 mètre par minute.
Dans le cadre du renforcement de ces réalisations, le Ministère du développement rural envisage la conception d’un plan triennal 2011-2013, englobant plusieurs projets importants pour le développement du secteur, dont certains ont obtenu le financement, notamment le projet de lutte contre la pauvreté rurale et le projet d’aménagement de la cuvette orientale du Lac Rkiz. Il existe d’autres projets à des stades avancés dont on peut citer la réhabilitation des grands aménagements au Brakna et au Gorgol ,les études relatives à la réhabilitation de M’POURIE et à l’école nationale de formation agricole, en plus de la 2ième phase de protection des zones agricoles( 60000 HA),du recensement général de l’agriculture et de l’élevage, du programme national des barrages et du programme national de développement de l’élevage.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le département du commerce de l’artisanat et du tourisme occupe une place prioritaire dans l’action du gouvernement. Ainsi, le gouvernement a poursuivi ses efforts pour garantir et assurer l’approvisionnement du marché national, et le suivi de la bonne qualité des produits. Dans ce contexte, le département a réalisé à travers la SONIMEX dans le cadre de l’opération Ramadan destinée aux couches les plus pauvres un vaste programme qui a permis de stabiliser les prix et d’alléger les souffrances des populations bénéficiaires. Ce programme qui a permis l’ouverture de 558 points de vente au détail et de deux centres de vente en demi-gros a engendré un cout de plus d’un milliard à la charge du budget de l’Etat
Par ailleurs, le gouvernement a entrepris un certain nombre de mesures susceptibles de réduire les difficultés que connait le secteur du tourisme, à la suite des menaces terroristes pesant sur notre pays.
En parallèle aux efforts déployés dans le domaine sécuritaire, qui a été évoqué auparavant, une campagne médiatique visant à faire connaître notre pays, ses caractéristiques et potentialités touristiques a été engagée. Grâce à ces efforts, les voyages touristiques en provenance de Paris, Marseille, ont repris vers Atar,à raison de deux vols par semaine.
Dans ce contexte, un financement de 2,5 milliards d’ouguiyas a été mobilisé auprès de la Banque islamique de développement. Ce financement sera investi dans les infrastructures de base afin d’élargir les capacités d’accueil au niveau des sites nationaux. D’autre part, des études seront élaborées pour la création d’une école de tourisme d’hôtellerie en partenariat avec l’organisation arabe pour le tourisme.
Dans le domaine artisanal, le gouvernement entend construire un complexe dédié au développement et la sauvegarde du talent des artisans traditionnels nationaux, à Nouakchott. L’état a déjà obtenu le financement pour ce projet.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les députés,
Le secteur des mines a connu, l’année écoulée, une activité soutenue tant au niveau institutionnel qu’au niveau de la prospection et d’exploitation, et dans le domaine de l’évaluation des impacts environnementaux.
Sur le plan institutionnel, le code minier a été révisé afin d’y intégrer le principe de participation de l’Etat, dans les limites de 10% dans le capital de toute société menant une exploitation minière sur toute l’étendue du territoire national. Cette révision s’est traduite dans la réalité à l’occasion du démarrage des activités de la société, Mauritanian Minerals Company, pour l’exploitation de la mine de quartz à Dakhlett Nouadhibou.
Ce projet va permettre la création de 300 emplois permanents, pour un chiffre d’affaires estimé à 15 millions de dollars américains, pendant la première année.
Les clauses relatives aux taxes et redevances fiscales durant la période d’exploration ont été également révisées. De plus, une clause nouvelle fixant le démarrage des travaux 90 jours à compter de la date d’obtention et d’approbation du permis de recherche a été introduite.
Le ministère s’attèle, en ce moment, au recensement des permis miniers dont la date de validité a expiré, afin de prendre les dispositions réglementaires qui s’imposent.
Toujours, sur le plan institutionnel, il convient de souligner l’institution d’un Comité interministériel chargé du suivi des recettes minières ainsi que la création d’une Direction pour la police minière, en plus de la promulgation de la loi relative à l’accord d’établissement entre l’Etat et la société MCM, qui a permis d’augmenter les recettes revenant à l’Etat de 55%, et la réhabilitation de la route reliant Nouakchott à Akjoujt à raison de 30 km par an. La révision des conventions avec Tasiast Mauritania ltd et MCM a également permis une amélioration des recettes fiscales de 60 millions dollars américains.
Quant à la création d’opportunités d’emplois au profit de la main d’œuvre nationale, il importe de rappeler l’accélération de la mauritanisation des emplois au niveau des sociétés précitées. Il est prévu, dans ce sens, que le niveau des étrangers sera réduit à 3%, à la fin de l’année 2012, au lieu de 14% et 10% en 2009 au niveau de Tasiast Mauritania Ltd et MCM.
L’activité minière a en outre permis d’engendrer la création de 1.377 emplois, en fin 2010, comparé à 1118 en 2009.
Conscient de la nécessité de disposer d’une main d’œuvre nationale qualifiée, le gouvernement mauritanien a décidé d’ouvrir une Ecole des mines dont le démarrage des activités est prévu au cours de la prochaine année scolaire. A cet effet, une cellule a été mise sur pied et a supervisé l’organisation d’une table ronde le 08 septembre 2010, dont les résultats ont permis de mobiliser 18 millions de dollars américains.
En ce qui concerne les recettes fiscales (hors SNIM), elles ont augmenté de 7 milliards 700 millions ouguiyas, en 2009, pour atteindre 14 milliards d’ouguiyas, en 2010, soit une augmentation de près de 102% .
Le Ministère des mines a organisé, sous le haut patronage du Président de la République, le premier forum international sur les mines en Mauritanie, du 09 au 11 novembre 2010.
Cette rencontre, qui a vu la participation d’un nombre important d’investisseurs internationaux et experts en la matière, a été une occasion pour faire connaître la réalité et l’avenir de ce secteur vital. La rencontre a surtout suscité une satisfaction et une disponibilité chez des investisseurs internationaux de grade renommée. Ceux-ci ont exprimé leur disponibilité à mobiliser les ressources nécessaires pour le développement de plusieurs projets stratégiques, dans le domaine du fer, de l’or, du cuivre, en plus d’autres substances minérales comme l’uranium.
La position du pays va se renforcer, Inchaa Allah, pour devenir un pôle minier d’excellence suite à l’intérêt croissant des investisseurs internationaux et grâce à la politique avisée menée par le gouvernement, conformément aux orientations du président de la République.
Pour ce qui est de la SNIM, celle-ci est parvenue à améliorer sa situation financière et vient d’entamer l’exécution d’un programme pour l’augmentation de sa capacité de production (et ce pour la 1ère fois dans la mesure où sa production n’a jamais dépassé 11 millions T).Cette production devrait atteindre 18 millions de tonnes, au cours des prochaines années après l’achèvement des projets en cours, et en particulier celui du Guelb 2, dont la pierre inaugurale a été posée par le président de la République, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance nationale. Les travaux de construction d’un nouveau port minier, à Nouadhibou, ont en outre été entamés, en plus de la réhabilitation du chemin de fer.
Le gouvernement poursuit son action à travers la fourniture de services sociaux divers, comme l’eau, le transport et les soins au profit des populations se trouvant dans le couloir reliant Nouadhibou à Zoueratt.
La SNIM a commencé, en 2010, à exécuter son programme relatif à au développement et la modernisation, dont le cout global atteint 1.072.000.000 de dollars américains. La production de la société a atteint, fin 2010, le volume de 11 574 000 T comparé à 10 000 000T au cours de la même période l’année écoulée, soit une augmentation de 12,74%.
Le volume des ventes a atteint, à la fin de 2010, le chiffre de 11.200.000 tonnes, soit une augmentation de 12% comparée à 2009. Ce qui génèrera un chiffre d’affaires avoisinant 1 milliard de dollars américain pour l’année 2010.
Sur le plan de l’impact environnemental, le gouvernement suit de près les impacts liés à l’exploitation minière et prendra toutes mesures appropriées pour amener les sociétés concernées à mettre en œuvre les actions nécessaires pour l’atténuation de ces impacts conformément aux conventions signées avec l’Etat et aux normes internationales applicables en la matière.
C’est dans ce cadre que l’Etat est en train de diligenter une étude indépendante pour évaluer l’impact environnemental associé aux activités des sociétés Tasiast et MCM, ainsi que les plans d’atténuation y afférents.
Les perspectives d’avenir sont prometteuses pour le secteur des mines. Celui-ci devrait connaitre des transformations stratégiques, au cours des années prochaines, à travers la continuité des programmes relatifs à la modernisation et au développement de la SNIM et des sociétés Tasiast Mauritanie et MCM.
La transaction qui a eu lieu entre KINROSS et RED BACK MINING permettra la création du quatrième producteur mondial de l’or et le 1er en Afrique grâce à un investissement estimé à 1 milliard et demi de dollars américain, sur trois ans, engendrant ainsi une production d’environ 1 millions d’onces et la création de 3000 emplois.
La société XSTRATA, considérée comme étant l’un des plus importants opérateurs miniers dans le monde, s’est engagée à mobiliser près de 6 milliards dollars américains pour le développement des projets de mine de fer dans les wilayas de Tiris Zemmour et l’Inchiri avec une capacité de production atteignant 50 millions tonnes par an.
Il convient de signaler enfin, dans cet ordre d’idées, qu’il sera procédé à l’exécution de la troisième phase du projet d’appui institutionnel au secteur minier, financé par la Banque mondiale et la Banque islamique.
Dans le domaine des industries de transformation, le secteur a souffert ces dernières années de difficultés énormes, qui ont hypothéqué ses capacités de contribution au développement du pays, dans la création d’emplois et dans la mise sur le marché d’une production de qualité pour le consommateur national.
Le gouvernement accordera un intérêt particulier au secteur de l’industrie, eu égard à son importance et à son rôle dans l’élargissement de la base productive et la création de valeur ajoutée, à travers la valorisation et la transformation des ressources nationales tels que les produits de la pêche maritime, de l’élevage et l’agriculture. Cette importance se traduira à travers une stratégie dont le but est de relever les défis auxquels il est confronté, en s’inspirant des recommandations formulées lors des Etats généraux sur l’industrie organisée du 14 au 16 septembre 2010, sous le haut patronage du président de la République.
L’année 2010 a vu la promulgation de la loi relative à la normalisation et à la promotion de la qualité. Le ministère concerné s’est attelé au suivi des activités industrielles à travers la création d’une base de données et la réalisation d’enquêtes régulières. Le ministère a exigé des sociétés de production des eaux minérales le respect des normes de santé et des normes techniques, d’où l’interdiction stricte de toute opération de mise en bouteilles, en dehors du site de forage.
Pour ce qui est du secteur de l’industrie, les efforts se focaliseront sur le suivi assidu et précis des activités industrielles, ainsi que l’application des recommandations des états généraux et la préparation du salon africain simultanément avec le salon national pour la création et l’innovation technologique, prévu en octobre 2011.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les députés,
Au niveau du sous-secteur des hydrocarbures raffinés, la sécurisation de l’approvisionnement de la zone sud a été assurée suite à la libéralisation décidée par le gouvernement, dans le domaine du transport maritime, une baisse a été enregistrée pour le transport des hydrocarbures dont le cout est passé de 22 à 15$US la tonne métrique.
Le ministère se penche à présent sur un plan d’assainissement pour la SOMAGAZ et l’extension de ses capacités de stockage.
Il sera en outre procédé à la réhabilitation de la raffinerie de Nouadhibou ainsi que la construction de quatre centres d’enfutage de gaz butane, à Aioun, Sélibaby, Akjoujt et Aleg.
En fin, au niveau du sous-secteur des hydrocarbures bruts, la loi relative au code des hydrocarbures bruts vient d’être promulguée. Le ministère a signé également deux avenants de partage de production au niveau du bloc 2 avec Tull Oil et du bloc 1 avec DANA qui poursuit les opérations de forage dans le bassin côtier. La prospection se poursuit d’une manière continue au niveau du bassin de Taoudenni par Total, Winter Shall et Repsol et par le consortium SMH- SIPEX.
Au niveau des perspectives concernant le secteur des hydrocarbures, les autorités veilleront à l’adoption du projet de loi relative au contrat type de prospection en plus de l’élaboration des décrets d’application qui se rapportent au code des hydrocarbures bruts ainsi que l’élargissement des études pour le développement des puits Thiof, Lebeïdna, Teffet, Pélican et Banda dans le bassin côtier, ainsi que le suivi de prospection au niveau du bassin de Taoudenni. Le ministère concerné achèvera la réalisation du cadastre informatisé.

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les députés,
Dans le cadre du volet relatif aux infrastructures et comme je m’y étais engagé devant vous il y a juste un an, le gouvernement a accordé une importance particulière au développement du transport urbain et terrestre afin de faciliter le déplacement des citoyens et en particulier les plus pauvres. Dans ce cadre, une Société de Transport Public a été créée. Cette société a été dotée d’un parc de 250 bus dont le premier lot de 65 est aujourd’hui en exploitation à Nouakchott. Le lancement des activités de cette société permettra très rapidement de résoudre l’épineuse question du transport collectif à Nouakchott et en particulier dans les quartiers périphériques et ceci trente ans après la disparition de la dernière société de transport public. Cette société transporte en moyenne chaque jour pour une somme modique, dans des conditions de confort et de sécurité, 25 000 personnes. Ce nombre devra être de 80 000 personnes une fois que la totalité du parc sera en service.
Dans le domaine des infrastructures, le gouvernement a continué ses efforts de désenclavement à travers la construction de routes bitumées et modernes. Dans ce cadre, le programme de désenclavement de l’Aftout a été lancé. Ce programme se traduira par la construction des routes reliant El Ghaira à Barkeol (79 km) et Chegar à Sawata (87 km). Par ailleurs, la réhabilitation des infrastructures existantes, leur extension et la construction de nouvelles routes ont également constitué une priorité pour le gouvernement. A cet effet, la réhabilitation de la route Kiffa-Tintatne est bien avancée, l’extension et la rénovation de la route Nouakchott Rosso est en phase d’attribution, les travaux de remise à niveau de la route Nouakchott- Akjoujt avancent bien, le tronçon PK32-M’bignik de la route Rosso Boghé a été réceptionné, la route Selibaby-Gouraye a été achevée, la bretelle d’accès à Bénichab a été construite et les marchés de travaux de construction de la route Atar – Tidjikja (364 Km) ont été adjugés.
Par ailleurs, les travaux de construction, de réhabilitation, d’aménagement et d’extension de la voirie de Nouakchott sont en phase finale, les voiries d’Akjoujt et de Tintane ont été construites et les travaux de réhabilitation de la piste d’atterrissage et des aires de manœuvres de l’aéroport de Nouakchott ont été achevés. Le gouvernement a aussi réalisé les études de faisabilité et d’exécution pour la construction des routes de désenclavement de l’Aftout Echergui Phase 2, l’étude d’exécution et l’élaboration des dossiers d’appel d’offres de la route Tidjikja-Kiffa-Sélibaby-Kayes (540 Km). Par ailleurs, le gouvernement a mobilisé auprès de la Banque Islamique de Développement l’intégralité des ressources nécessaires à la construction de la route Kiffa-Kenkoussa, soit 38 millions de dollars. Les travaux débuteront dans les prochaines semaines.
En outre, dans le cadre du programme de désenclavement des moughataa du pays, le Président de la République a inauguré les travaux de la Route reliant Mounguel à Lekssayba sur financement de l’Etat. Enfin, les études d’exécution des routes Néma-Fassala-Basseknou-frontière du Mali (270 Km) et Néma-Amourj-Adel Begrou (140 Km) ont été achevées ; et la recherche active des financements de ces routes a été entamée afin que les travaux démarrent cette année. Les études d’exécution des routes Choum-Zouératt, Aftout Echergui Phase 2, Kaedi-Maghama-Wampou-Gouraye, Niabina-M’Bagne, Ain Farba-Route de l’espoir, Tamcheket-Route de l’espoir et Néma-Oulata, ainsi que l’étude de faisabilité de la route Tiguet-Mederdra-R’Kiz. L’année 2011 connaîtra la fin des travaux de la voirie de Néma et d’Aïoun El Atrouss dont les travaux ont été lancés en 2010.
Dans le domaine du transport aérien, les efforts porteront sur la réalisation des études visant l’élaboration d’un plan d’aménagement des aéroports, et l’extension de la plateforme actuelle d’accueil des passagers, et la poursuite des efforts visant la mobilisation des ressources nécessaires à la construction d’un nouvel aéroport à Nouakchott. La nouvelle société de transport aérien (MAIL) a été mise en place, et elle a acquis trois avions et la construction de bureaux et d’une tour de contrôle à l’aéroport de Nouadhibou. Par ailleurs, le code de l’aviation civile a été révisé et les études pour la construction du nouvel aéroport de Nouakchott ont été actualisées.
Quant au transport maritime et fluvial, les actions visant la modernisation et l’extension du port de l’amitié ont été lancées et seront achevées dans les délais. Ainsi la construction d’un quatrième et d’un cinquième poste à quai équipés de grues pour la manutention est en cours, celle d’un quai pétrolier, d’un épi et d’une digue de protection de 5 km l’est également. Par ailleurs, les marchés relatifs aux travaux de rénovation de la protection cathodique des pieux du quai et de la passerelle du Port de l’Amitié, et ceux du dragage pour le désensablement du port ont été notifiés. Les études d’exécution et le dossier d’appel d’offres pour la construction du port de Tanit ont été actualisés. Les travaux d’extension du port de Nouadhibou ont été lancés et devront être achevés cette année. Par ailleurs, les ressources nécessaires pour la construction d’un terminal destiné aux porte-containers au port de l’amitié seront mobilisées.
Dans le domaine de l’énergie, le gouvernement a exécuté un vaste programme, au cours de l’année écoulée afin d’améliorer l’accès à l’électricité, à travers l’extension des réseaux de distribution et l’augmentation de la capacité de production tant à Nouakchott qu’à l’intérieur du pays.
Au niveau de Nouakchott, les performances de la Somelec ont connu en 2010 une amélioration sensible par rapport aux années passées. La société achève actuellement un important programme qui permettra la généralisation de l’électricité à toutes les mouqataa de Nouakchott, en accordant une attention particulière aux quartiers qui ont été réhabilités, et ce conformément aux directives du président de la République.
En outre, les travaux de construction d’une nouvelle centrale électrique de 36MW sont à un stade très avancé ; elle devrait aider à faire face à l’augmentation de la demande au niveau de la capitale. Les travaux de réhabilitation et d’extension de la centrale de Nouadhibou se poursuivent.
Le projet d’électrification de 6 capitales de moughataa (Amourj, Barkéol, Boumdeid, Mbagnei, Moudjeria et Ould Yengé) a été achevé, en plus des collectivités de Choum, Nbeyka, Essava, Arr, Mbout et Dafour.
En ce qui concerne l’électrification en milieu rural, il faut signaler l’exécution en cours d’un programme ambitieux englobant toutes les wilayas du pays et axé sur l’utilisation des énergies renouvelables, le solaire et l’éolien.
Pour ce qui est des perspectives, une étude est en cours pour la construction d’une centrale à cycle combiné d’une capacité de 350 MW pouvant être portée à 700 MW, en plus de la construction d’une centrale de 4 MW et le développement d’un réseau national interconnecté, à l’horizon 2014, à travers la réalisation des axes suivants :
Nouakchott-Nouadhibou ;
Nouakchott- Akjoujt- Atar- Zoueratt ;
Boghé – Kiffa – Aîoun- Néma ;
Bakel- Gouraye- Sélibaby- Kiffa.
Il est prévu de démarrer, dans un futur proche, l’exécution des programmes dans le cadre de l’OMVS, relatifs à la connexion de la ville de Sélibaby au réseau Manantali et au projet de la centrale hydroélectrique de FELOU dont les travaux devraient s’achever à la fin 2013.
Quant aux perspectives dans le domaine de l’énergie, et compte tenu de leurs caractéristiques d’énergies propres et bon marché, les efforts du gouvernement vont se poursuivre pour leur développement. Les travaux sont en cours pour la construction d’une centrale pilote à Nouadhibou, pour la production d’énergie éolienne d’une capacité de 5 MW, en plus d’un projet de centrale solaire à Kiffa d’une capacité de 30 MW et d’un projet de centrale éolienne à Nouakchott d’une capacité de 30 MW également.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le domaine de l’aménagement urbain, les efforts se sont traduits par le lotissement d’une zone industrielle et commerciale de 250 ha, le lancement des études relatives à la construction et à l’aménagement d’un grand boulevard urbain moderne, reliant la place de l’Union Africaine au Carrefour de la Nouvelle centrale électrique sur la route de Rosso, avec échangeur à la place Madrid, en plus de l’aménagement d’une zone réservée aux Grandes Institutions de la République (Assemblée Nationale, Sénat, Conseil Constitutionnel, ENAJM, …).
Concernant l’extension et la modernisation des villes, les bâtiments et équipements de N’beiket Lahouach sont en cours de construction, ceux de la nouvelle ville de Rosso avancent bien ; Zouérate et Akjoujt ont été lotis ; l’extension et la modernisation de la ville de Kaédi a été lancée.
A Tintane, 1.482 boutiques au niveau du marché, 265 concessions commerciales et 3.237 concessions habitat ont été affectées, un réseau de voirie sur financement de l’Etat a été finalisé, la construction du réseau d’éclairage du marché et son raccordement au réseau d’alimentation en eau potable son en phase finale.
Concernant le bâtiment administratif, un programme ambitieux touchant notamment la santé, l’éducation, la culture, le sport, les bâtiments publics, la sécurité et la voirie urbaine a été mis en œuvre. Le gouvernement a réceptionné trois bâtiments administratifs (Primature, Ministère des affaires étrangères et un immeuble pour d’autres ministères) d’une surface bâtie de 14000 m2.
En matière d’habitat, le gouvernement a révisé la loi relative à la promotion immobilière, et a mis en place une stratégie nationale de développement de l’habitat. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie plusieurs actions d’envergure ont été menées, parmi lesquelles on peut citer : (i) la création de la société ISKAN, (ii) le lancement d’un programme spécifique pour les professeurs et chercheurs de l’Enseignement Supérieur (632 bénéficiaires), (iii) l’élaboration de propositions stratégiques pour la création d’un fonds de garantie pour l’habitat économique destiné aux fonctionnaires de l’Etat, (iv) la conception d’un programme pilote pour l’habitat en milieu rural, (v) la finalisation d’une étude portant sur l’habitat économique destiné aux fonctionnaires de l’Etat, (vi) la signature d’une convention pour la construction de 1000 logements économiques dont 100 logements prévus pour 2010-2011 et (vii) la mise en place du fonds habitat social au niveau de la société nationale ISKAN.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le domaine de l’hydraulique, le gouvernement n’a épargné aucun effort afin d’achever dans les délais fixés les travaux d’Aftout Essahli. L’approvisionnement en eau potable de la ville de Nouakchott, à partir du fleuve Sénégal, est désormais une réalité. Avec la mise en activité de ce projet, la production journalière d’eau est passée de 55.000 m3 à 87 000 m3 ; et atteindra 120.000 m3 une fois les travaux de mise en place du réseau de distribution achevés.
Dans ce cadre, le gouvernement a mobilisé auprès de nos frères arabes, 132 millions de dollars pour financer les travaux du réseau de distribution de l’eau potable à Nouakchott. Le processus de passation des marchés relatifs aux travaux de cet important projet est en cours, pour un démarrage prévu durant le premier semestre 2011.
Afin de résoudre durablement les problèmes liés à l’alimentation en eau potable dans le reste du pays, le gouvernement lancera plusieurs projets structurants. Les infrastructures nécessaires à l'alimentation en eau potable de la ville de Magtaa Lahjar et des localités environnantes seront construites avant la fin de l’année 2011. Deux lots sur quatre du projet d’alimentation en eau potable de l’Aftout Charghi (81 millions USD) seront lancés au cours de l’année 2011. Par ailleurs, la construction de 200 AEP réparties sur toutes les Wilayas du pays, les localités rurales situées le long de la conduite d'Aftout Essahili seront alimentées en eau potable.

Au niveau des capitales régionales, Nouadhibou a bénéficié de l’amélioration et la réhabilitation de son alimentation en eau potable, à travers la pose d'un réseau de distribution de 160 km, la construction de deux réservoirs de 1000 m3 chacun, d’un réservoir de 750 m3 et la réhabilitation du réservoir existant ; et un réseau de distribution d’eau pour la ville de Zouerate sera mis en place.
Par ailleurs, dans le reste du milieu urbain, les travaux de renforcement hydraulique des champs captant d’Aioun, Néma, Timbédra, Kiffa et Tintane, Atar, Aleg et Sélibaby ont été achevés ; et les travaux de renforcement de la production et de la distribution dans les villes de Bababé, Djiguenni, Kobenni, Bassikounou, Maghama, Rosso et Kankossa ont été réalisés, ainsi que la nouvelle alimentation en eau potable de M’bout.

Pour résoudre le problème d’approvisionnement du Hodh Echarghi, la première phase du projet d’approvisionnement des villes de Néma, Timbedra, Amourj et Adel Bagrou et les groupements ruraux avoisinant par l’exploitation de la nappe du Dhar, a été lancée par la réalisation de 24 forages d’évaluation des ressources en eau disponibles. Le gouvernement déploie des efforts importants pour mobiliser les ressources financières nécessaires à la réalisation de ce projet qui devra être lancé avant la fin de l’année.

Sur le plan institutionnel, le Conseil National de l’Eau et les Conseils régionaux ont été activés ; une Direction de l’Hydrologie et Barrages a été mise en place pour promouvoir et mobiliser les eaux de surface ; les missions de la Société Nationales des Forages et des Puits (SNFP) ont été élargies à travers la réalisation d’un contrat programme entre cette société et l’Etat four faciliter l’exécution des programmes annuels de forages ; et un Office National pour les Services de l’Eau Rurale (ONSER) a été créé.
La mise en œuvre de la Politique de développement du secteur de l’Eau sera poursuivie avec vigueur. Le Gouvernement, conformément au programme du Président de la République, consacrera les ressources nécessaires pour assurer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour favoriser l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.
Dans le domaine de l’assainissement, les efforts porteront sur la construction de 400 km de réseau d’assainissement, et 50 km de réseau d’évacuation d’eau pluviale à Nouakchott. Ce projet couvrira, pour un coût de 199 millions USD les Moughataas d’El Mina, Sebkha, Tevragh-Zeina et Ksar.
Dans le cadre de la stratégie de développement du sous-secteur de l’assainissement, le gouvernement a initié, sur financement du Budget de l’Etat, un programme visant la réalisation de schémas directeurs d’assainissement pour les capitales de Wilayas. Dans le cadre de ce programme, l’étude de faisabilité de l’assainissement de la ville de Rosso a été réalisée, celle relative à l’assainissement de Nouadhibou sera finalisée. La troisième phase de ce programme portera sur la réalisation de schémas directeurs pour l’assainissement des villes de Kiffa, Kaédi et Akjoujt.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le cadre de l’axe relatif à la promotion des ressources humaines et du développement durable, le gouvernement a fait des réalisations importantes au niveau de l’enseignement, des affaires islamiques, de la santé, des affaires sociales, de l’emploi et de la formation professionnelle, de la protection de l’enfance et de la maternité, ainsi que d’autres franges qui ont besoin d’insertion et de soutien.
Dans le domaine de l’enseignement, et en dépit des difficultés que connaissent les différents segments de ce secteur, le gouvernement a fourni des efforts considérables en vue de l’améliorer et de le promouvoir à partir d’une stratégie globale cohérente et réaliste qui vise les objectifs suivants :
L’amélioration et le renforcement du leadership et de la gestion du système éducatif ;
L’amélioration des conditions d’accès et de continuation au niveau des écoles, en particulier au sein du fondamental ;
Le développement de la qualité de l’enseignement en général, la promotion et l’encouragement de l’excellence, l’élargissement du champ de formation afin qu’elle soit en harmonie avec la demande en accordant un intérêt particulier aux filières professionnelles, la construction et la réhabilitation des infrastructures scolaires et universitaires ;
L’amélioration des conditions matérielles et morales des professeurs et instituteurs ainsi que du personnel d’encadrement du processus éducatif en général.
Afin d’atteindre ces objectifs, le gouvernement a fait, au cours de l’année écoulée, les réalisations suivantes :
L’augmentation de la prime à la craie, ainsi que l’adoption et la généralisation de la prime de transport et de l’habitat ;
L’élaboration d’une étude diagnostique sur l’état de l’enseignement fondamental par le biais d’une équipe de spécialistes nationaux ;
L’exécution du mémorandum de politique sectorielle et l’élaboration de la seconde phase du programme national de développement du secteur de l’éducation (PNDSE) ;
La construction de 800 salles de classes et l’augmentation des cantines scolaires qui ont atteint le nombre de 1.372 au profit de 150.282 bénéficiaires ;
L’augmentation de la période de formation au sein des écoles normales des instituteurs, qui passe de deux à trois ans, et la limitation des candidatures au concours d’accès aux ENI aux titulaires d’un baccalauréat;
Au niveau de l’enseignement supérieur et grâce à l’attention particulière qu’accorde Son Excellence, le président de la République, à ce secteur, et à la formation des ressources humaines indispensables à l’opération de développement, le gouvernement a pu mobiliser les ressources suffisantes pour la construction d’un complexe universitaire, dont l’édification constitue une composantes essentielle de notre souveraineté nationale. L’Etat a obtenu les financements nécessaires à ce projet, un montant de 33 milliards d’ouguiyas. Les travaux de construction de la Faculté de sciences et techniques, de la Faculté de médecine, du Rectorat de l’université et de la Bibliothèque universitaire ont démarré d’une manière effective.
La construction de la Faculté de Lettres et des sciences humaines va démarrer dans un avenir proche, ainsi que la construction d’une cité universitaire prévue pour héberger 2.560 étudiants, en plus du parachèvement des autres composantes de l’université.
Aussi, l’Institut Supérieur d’Etudes Techniques à Rosso, et l’Institut supérieur pour la comptabilité et la gestion entrepreneuriale à Nouakchott ont été ouverts. Est également prévue l’ouverture d’une nouvelle faculté spécialisée dans la médecine vétérinaire dans la ville de Kiffa, grâce à un financement libyen, pour accueillir les contingents de bacheliers et diversifier leurs spécialités de formation.
Par ailleurs, les bourses des étudiants ont été rehaussées de 40% et elles ont été généralisées pour ceux du second cycle et ceux qui n’en percevaient la moitié, en plus de l’octroi d’une aide d’encouragement pour les étudiants qui réussissent, successivement, un cycle de trois semestres. Et un concours a été organisé pour recruter des professeurs et des professeurs assistants pour dépasser l’obstacle de la création d’un noyau de formateurs pour cette faculté qui traîne depuis 2006.
Au niveau de l’enseignement secondaire, cinq nouveaux lycées ont été construits, en plus de l’extension de plusieurs autres à travers la construction de 147 salles de classe, sans oublier la construction de blocs administratifs et techniques et la dotation des écoles d’une partie considérable des besoins en matière de table bancs, dans le cadre d’un projet exécuté par les centres de formation professionnelle, et visant à fournir 100.000 tables bancs aux établissements avant la fin de l’année scolaire en cours.
Ces efforts ont permis une amélioration de la qualité de l’enseignement. Ce qui a eu comme résultat l’accroissement du taux de réussite au niveau des concours nationaux qui a atteint 46% pour le concours d’entrée en première année secondaire en 2010, au lieu de 33% en 2009, et pour le taux de réussite au baccalauréat, le taux s’est élevé à 22, 35% , en 2010, au lieu de 17%, en 2009.
Et le gouvernement se penche, actuellement, sur l’organisation d’une large concertation sur notre système éducatif, dans le cadre des Etats Généraux de l’Education qui vont permettre un diagnostic de l’état de ce secteur afin de décliner une stratégie efficiente pour sa réforme.
Mais en attendant l’organisation de ces états généraux, le gouvernement poursuit ses efforts pour combler l’insuffisance quantitative et qualitative du nombre des enseignants. C’est dans ce contexte que le ministère de l’enseignement fondamental a recruté plus de 600 instituteurs, en plus de la poursuite de la formation continue à l’intention des enseignants, la distribution gratuite des livres et l’amélioration des infrastructures de base, des salles aux équipements, pour assurer une meilleure qualité éducative.
Le ministère chargé de l’enseignement secondaire poursuivra l’expérience des lycées d’excellence, dont l’un est d’ores déjà ouvert à Nouakchott, pour sa généralisation au niveau des wilaya du pays.
Dans cette optique, il sera procédé à l’ouverture d’un concours à l’intention de professeurs prééminents pour l’enseignement secondaire, en plus de l’ouverture de classes préparatoires aux écoles d’ingénieurs.
Dans le domaine des affaires islamiques, le gouvernement vise à favoriser les conditions appropriées pour l’organisation et la réglementation de la pratique des rites religieux (le jeûne, la prière obligatoire et le pèlerinage) dans une atmosphère marquée par la sérénité, la constance et la modération. Le gouvernement vise à promouvoir l’enseignement originel afin qu’il occupe une place digne dans notre système éducatif, et pour qu’il réponde aux défis de productivité contemporains tout en gardant son ancrage originel tout en répondant aux exigences du marché de l’emploi. Dans ce contexte, le gouvernement a accordé une attention particulière aux mosquées de par le rôle central qu’elles ont dans la société islamique. A cet effet, plusieurs mosquées seront construites, plusieurs d’autres seront réhabilitées. Et pour la première fois, on a recruté 500 imams qui perçoivent des allocutions consistantes fixes et mensuelles ; ce qui représente plus d’un tiers des imams des grandes mosquées dans le pays, en plus des aides annuelles octroyées à 2.644 imams ainsi que la prise en charge des frais d’eau et d’électricité pour plusieurs mosquées.
L’année qui vient de s’écouler a aussi connu l’organisation d’ateliers de formation à l’intention des imams, en plus de l’ouverture d’une filière spéciale pour ces derniers au niveau de l’Institut supérieur des études et recherches islamiques.
D’un autre côté, conscient que le traitement sécuritaire ne saurait suffire, à lui seul, pour éradiquer le terrorisme et l’extrémisme fondé sur de fausses conceptions et des lectures religieuses erronés, et les idées ne peuvent être affrontées que par d’autres idées, le gouvernement a préconisé une méthode pour l’éradication du terrorisme idéologique basée sur l’immunisation d’abord, le traitement ensuite.
Dans ce contexte, le secteur chargé des affaires islamiques a organisé une série de rencontres et de forums scientifiques et intellectuels, au niveau national et régional, qui ont vu la participation de plusieurs érudits du pays des personnalités culturelles, religieuses et spirituelles ; et qui ont été retransmises et diffusées directement à travers les médias.
Et toujours dans le cadre du traitement de ce phénomène, un débat idéologique a été ouvert avec les détenus dans la prison centrale de Nouakchott afin d’éradiquer les dérives idéologiques nées d’une compréhension erronée des idées, concepts et opinions de la religion musulmane. Ce débat a donné des résultats positifs, car plus de la moitié des concernés ont révisé leurs positions de la pensée extrémiste.
La direction politique de notre pays a accueilli ces résultats avec satisfaction et a décidé de gracier tous ceux qui ont renoncé, et qui étaient présumés impliqués dans des affaires de terrorisme et d’extrémisme. Le gouvernement s’est particulièrement attelé, au cours de l’année écoulée, à organiser et développer les activités islamiques périodiques, comme les programmes du ramadan, du pèlerinage, les missions d’enseignement et les compétitions religieuses nationales et internationales.
En ce qui concerne l’enseignement originel, et dans le cadre de la redynamisation de son rôle afin qu’il devienne une source pourvoyeuse pour notre enseignement général, et un outil performant pour la lutte contre l’ignorance, l’analphabétisme, et la sauvegarde de notre originalité, des centaines de mahadras, sur toutes l’étendue du territoire nationale, ont bénéficié d’un soutien du gouvernement, soit à travers des aides mensuelles, soit par la mise à disposition d’enseignants pour certaines, en plus de l’ouverture de nombreuses classes d’alphabétisation et l’organisation de plusieurs campagnes d’alphabétisation dans les wilayas intérieures et à Nouakchott.
L’organisation et la restructuration de ce enseignement sera couronnée par la transformation de l’institut supérieur des études et recherches islamiques (ISERI) en Université Islamique, au cours de la prochaine année scolaire. Le gouvernement travaille d’arrache pied, actuellement, pour parachever les dispositions relatives à l’édition et l’impression du Mous’haf mauritanien et la construction de la grande mosquée conformément à l’art architectural de Chinguetti et du Sahel maghrébin.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le domaine de la formation professionnelle les réalisations suivantes ont vu le jour :
L’envoi de 40 formateurs en stage à l’étranger ;
L’exécution de 13 programmes de formation ciblant le secteur du bâtiment et les travaux publics ;
La sortie de la première promotion (640 personnes) titulaires du Certificat d’Aptitude Professionnelle, après un cursus de deux années dans les 6 centres ouverts à cet effet ;
L’organisation de concours de recrutement au profit de 2.706 stagiaires au niveau des différents cycles de formations professionnelle ;
La préparation d’un plan de recrutement pour la formation de 1500 personnes titulaires de certificat d’aptitude professionnelle, à partir de l’année scolaire 2010-2011, en plus de la réhabilitation de 4 centres de formations nouveaux suivant les normes requises dans les villes de Néma, Aleg, Atar et Tidjikja ;
La recherche d’une stratégie durable pour l’emploi, à travers l’exécution d’études dans les domaines pourvoyeurs d’emploi et la mise en place d’une carte technique des ressources qui encouragent la création d’opportunités d’emploi ;
La préparation d’un inventaire national des textes de référence en termes d’emploi.
Dans le domaine des NTIC il faut noter le démarrage du projet du Câble sous-marin qui permettra de connecter l’Afrique de l’Ouest à l’Europe, ce qui améliorera la qualité et fera baisser les coûts de l’internet.
Les efforts du secteur de l’emploi se poursuivront cette année à travers la redynamisation de la stratégie nationale de l’emploi ; la création d’un bureau national pour la promotion des matériaux locaux du bâtiment; la restructuration de l’Agence Nationale Pour l’Emploi des Jeunes et le début du fonctionnement des foyers de prestations de service pour l’insertion des diplômés, en particulier ceux issus des centres de formation professionnelle.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le secteur de la santé fait face à un défi majeur lié à la précarité et à la faiblesse des infrastructures de base, et l’absence ou le manque de compétences pour couvrir les besoins du pays. Ce qui amène le président de la République à lui accorder une attention particulière concrétisée par les efforts énormes consentis par le gouvernement à différents niveaux pour affronter ce défi.
Ainsi, au niveau des infrastructures, les réalisations suivantes ont été accomplies :
La réhabilitation de sept centres de santé dans les mouqataa de Oualata, Amourj, Djiguenni, Timbedra, Boumdeid, Bababé et Mbani ;
La construction et l’équipement d’un centre hospitalier à Arafatt (Nouakchott) ;
L’extension et la réfection de plusieurs centres hospitaliers à Aioun et Néma, en plus du Centre hospitalier de la mère enfant ;
La construction et l’équipement d’une unité moderne de radiothérapie, dans le cadre des travaux d’extension du Centre d’oncologie à Nouakchott. Ceci permettra de limiter le nombre de malades évacués pour soins à l’étranger dans des conditions parfois peu convenables, et d’augmenter les possibilités de guérison par découverte précoce de la maladie. L’Etat pourra ainsi économiser les montants colossaux qu’il investissait pour les prises en charge des malades à l’étranger.
La pose de la première pierre pour la construction d’un hôpital des urgences à Nouakchott.
La promotion et la généralisation de l’accès aux services de santé de base est un objectif prioritaire que le gouvernement compte atteindre par tous les moyens, et à lui donner la première place dans les programmes à venir. Dans ce cadre et par souci de préserver la santé publique en garantissant l’accès à des médicaments de bonne qualité, une décision a été prise pour donner à la CAMEC le monopole de l’importation et de la distribution des médicaments essentiels, surtout les antibiotiques principaux.
Dans le domaine des équipements, le gouvernement a entrepris des efforts considérables pour l’amélioration de la plate-forme technique des structures de santé, en mobilisant des ressources importantes, sur fonds propres, en vue de l’acquisition de certains équipements indispensables dont :
Appareil d’IRM pour le centre hospitalier national ;
Un scanneur pour l’hôpital Cheikh Zayed ;
Seize appareils d’échographie pour plusieurs centres de santé ;
Des unités d’hémodialyse pour les centres de santé de Nouadhibou, Néma, Aioun, Nouakchott et Cheikh Zayed ;
Des unités de laboratoires pour les hôpitaux régionaux de Néma, Aioun, Kaédi et Nouadhibou ;
L’acquisition d’ambulances pour et de véhicules tout terrains pour l’appui au service de santé dans les wilayas intérieures.
Dans le domaine des ressources humaines, le secteur a procédé au recrutement de 125 médecins et infirmiers, en plus de 191 sortants des écoles de santé de Nouakchott et Kiffa.
Le secteur de la santé a fourni de grands efforts pour faire face aux crises et juguler les épidémies.
Je présente ici, à travers vous, mes sincères condoléances et toute ma solidarité aux parents des victimes de la fièvre de la vallée du Rift en Adrar.
Aujourd’hui le gouvernement a pu opérer (par la grâce d’Allah le Tout Puissant) des interventions rapides pour établir un diagnostic précis des causes de l’épidémie, et ausculter des victimes sur le terrain. C’est ainsi qu’un ensemble de mesures a été pris, en collaboration avec différents secteurs pour circonscrire l’épidémie et empêcher sa propagation et porter assistance aux populations. Une cellule de crise a été mise sur pied, pour assister les populations sur place, prendre la situation en charge et sensibiliser et encadrer les populations. Ce qui a permis d’observer un recul de la maladie.
Par ailleurs, le secteur a entrepris des mesures préventives à travers des campagnes de vaccination contre la poliomyélite.
Au cours de l’année 2011, le programme d’extension et de diversification des infrastructures de santé sera poursuivi à l’intérieur du pays, ainsi que le renforcement des performances techniques et humaines dans les wilayas. Le secteur de la santé poursuivra son action afin de réaliser les objectifs du millénaire pour le développement, en particulier, ceux relatifs à la mortalité des mères et des enfants, et la prévention des maladies contagieuses.
Le gouvernement réfléchit à l’organisation d’une concertation élargie afin de décliner une stratégie sur l’avenir de ce secteur vital, et la façon de rendre disponibles les services de santé indispensables.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le domaine des affaires sociales, de l’enfant et de la famille, le gouvernement a offert les services essentiels pour la protection sociale et la promotion des personnes handicapées. Le secteur a assuré la prise en charge à tous les malades nécessiteux au niveau des hôpitaux nationaux, dont 526 souffrants d’insuffisance rénale (hémodialysés) et 389 des malades évacués pour des soins à l’étranger. Le département prend aussi en charge les frais de scolarisation de 585 enfants handicapés dans des écoles spécialisées, en plus du financement de 55 microprojets au profit de 255 handicapés pour un montant de 32 millions d’ouguiyas ;
Dans le domaine de la promotion de la femme, une formation autour de la problématique de la gestion collective et de la participation de la femme dans le développement a été organisée à l’intention de 200 filles et 237 des leaders d’opinion locaux.
Dans le domaine de la protection de l’enfance, 438 jardins d’enfants ont été ouverts pour la période 2009-2010, accueillant un effectif de 23.000 enfants. Plus de 200 femmes de jardins d’enfants ont pu bénéficier d’une formation d’animatrices. En outre, la stratégie nationale pour la protection sociale de l’enfant a été approuvée.
Enfin, dans le domaine de la protection de la famille, on a pu résoudre 639 conflits familiaux, en grande partie à l’amiable. 170 auxiliaires de justice ont reçu une formation de conseils et d’encadreur dans les conflits familiaux. 495 activités génératrices de revenus ont été financées au profit de 495 femmes chefs de ménage.
Le secteur des affaires sociales, de l’enfant et de la famille poursuivra sa politique visant l’amélioration de la prise en charge des malades indigents à l’intérieur et à l’extérieur du pays, de la promotion de la femme, en accordant la priorité à la lutte contre la pauvreté des femmes pauvres en milieu rural, et à la mise en œuvre de la stratégie nationale de protection de l’enfance, ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie des franges aux besoins spécifiques.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Le secteur de la jeunesse et des sports a pu réduire des insuffisances en matière d’infrastructures. C’est ainsi que les maisons des jeunes d’Aleg, Sélibaby, Atar et le stade de la ville de Nouadhibou ont été réhabilités. Et il sera procédé très prochainement à la construction d’importantes infrastructures de jeunesse et des sports dont la maison des jeunes de Tijika, un espace de courses sportives auto-moto à Nouakchott où le secteur procédera à la réhabilitation de plusieurs édifices pour les sports.
Dans le domaine de la culture, le gouvernement a suivi une politique harmonieuse qui assure la sauvegarde, la valorisation et la diffusion des diverses formes de notre patrimoine tangible et non tangible. Dans ce cadre, un Institut national de la musique, qui reflète la diversité et la densité de notre patrimoine musical, a été créé ; et dans un avenir proche, un fonds pour le soutien du programme du gouvernement dans le domaine du sport et de la jeunesse sera mis en place.
Dans le domaine de la formation et du renforcement des compétences, le Centre national pour la formation des cadres de la Jeunesse a pu accueillir, après 20 années de léthargie, une promotion de 85 stagiaires sur 520 programmés pour combler le manque en matière de ressources humaines.
En 2011, le secteur envisage de poursuivre sa politique de développement des infrastructures ; de redynamiser l’institut mauritanien de recherches scientifiques, après plusieurs années d’inaction ; organiser le festival des villes anciennes à Chinguetti et adopter une politique nationale pour la culture, la jeunesse et les sports et les stratégies pour sa mise ne œuvre.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Conformément au programme national annuel pour l’environnement, les activités liées à l’environnement ont été coordonnées avec les secteurs de l’industrie, les mines, l’énergie et le pétrole, en particulier. Les autorités concernées ont réalisé, en partenariat avec la Banque Mondiale, une base de données qui est la première du genre dans notre pays, dans le but de vulgariser et d’ancrer de l’idée du développement durable.
Et dans le domaine de la protection de l’environnement et de la sauvegarde des ressources naturelles en forêts et pâturages, le ministère a pu réaliser les actions suivantes :
L’entretien de 6.256 km de coupe-feu ;
La mise sur pied de cent comités villageois pour la gestion des espaces, la protection des ressources naturelles et des forêts classées ;
L’élaboration des études préliminaires pour la création de l’observatoire national sur la désertification ;
La production de plus de 500.000 plants qui serviront à la fixation de 500 ha, dans le cadre du programme spécial de la protection de la ville de Nouakchott, dont le lancement officiel s’est déroulé sous le haut patronage du président de la République. La réalisation de programme, qui est entièrement financé sur fonds publics, rentre dans le cadre d’un vaste programme effectué par les pouvoirs publics pour protéger la ville de Nouakchott contre l’avancée du désert. Il qui fournit déjà plus de 3.000 emplois dont 300 fixes, et permettra d’en créer 6.000 à terme.
Le reboisement de 1.050 ha au niveau des wilayas intérieures, à travers la dispersion aérienne des graines sur une superficie de 50.000 ha au niveau du triangle : Nouakchott- Aoujeft- Moudjéria- Nouakchott. Ont aussi été effectués, dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’environnement et la sauvegarde du milieu écologique, 130 missions d’inspection et 28 projets relatifs aux activités de prospection et d’exploitation minières et pétrolières.
Pour les perspectives en 2011, les activités du département devront aboutir aux objectifs suivants :
Le parachèvement des activités liées à au programme spécial de protection de la ville de Nouakchott ;
La construction et la réhabilitation des délégations régionales de l’environnement et du développement durable ;
La réhabilitation et l’élaboration des cartes, et la protection de 30 forêts classées d’une superficie 48.000 ha ;
La création d’un laboratoire national pour la protection et le suivi de la qualité environnementale ;
La création d’un observatoire national de l’environnement se basant sur un système d’informations relatives à l’environnement dans le pays.

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Dans le cadre de la mise en œuvre de politiques sociales pertinentes, le gouvernement a entrepris des efforts considérables pour améliorer les conditions de vie des populations dans les villes et dans les campagnes par l’accès à l’habitat, à la santé, aux transports… etc.
Dans ce cadre et pour mettre fin aux souffrances des populations qui ont longtemps enduré la marginalisation dans les quartiers précaires, le gouvernement a exécuté rapidement, sous la supervision directe et un suivi quotidien du président de la République, un vaste programme pour rendre justice aux populations des quartiers pauvres et leur permettre d’accéder enfin à tous les services urbains de base disponibles à Nouakchott et à Nouadhibou.
L’opération d’éradication de l’habitat anarchique s’est achevée au niveau de Nouadhibou. Elle se poursuit à Nouakchott par le déménagement des populations des quartiers précaires, où elles ont vécu pendant trois décennies dans des conditions déplorables, vers des sites nouveaux. De nouveaux quartiers où elles ont bénéficié de parcelles viabilisées et disposeront, désormais, de tous les services de base (eau, électricité, moyens de télécommunications), dans les délais les plus proches. A ce titre, 14.857 familles ont bénéficié de terrains à Nouakchott, et 4.462 à Nouadhibou. Les quartiers précaires d’El Mina, laissés en abandon pendant des décennies, ont été viabilisés. Pour cela, une zone de recasement de 1.000 ha s’étendant entre Arafat, Riadh et Toujounine a été aménagée, et dotée des services de base suivant un plan qui respecte les normes les plus strictes en matière d’urbanisation. D’un autre côté, l’opration de recensement se poursuit à Toujinine et Dar Ennaïm et une base de données a été mise en place pour l’enregistrement des familles bénéficiaires.
Par ailleurs, le gouvernement a déployé beaucoup d’efforts pou l’élaboration et l’exécution d’une politique d’aménagement du territoire et pour la restructuration des quartiers précaires, ainsi que l’aménagement urbain et la modernisation des villes. Un programme pour le développement de la ville de Tintane et le renforcement du contrôle urbain a été mis en place dans ce cadre. Et dans la ville de Rosso, le quartier de Deml-Dek a été viabilisé et les travaux continuent pour bâtir la nouvelle ville.
D’autre part, le gouvernement vise l’amélioration des conditions de vie des populations en milieu rural. Cette orientation sera traduite à travers la restructuration des quartiers précaires dans les villes intérieures. L’action du gouvernement portera sur le parachèvement des travaux au niveau des villes de Rosso, Nbeykett Lahwach, Kaédi, Zoueratt et Akjoujt au cours de l’année 2011.
Sur un autre registre, le gouvernement a adopté une nouvelle stratégie pour la lutte contre la sédentarisation désordonnée par le biais de la création de nouvelles villes par le rassemblement de plusieurs villages pour faciliter l’accès aux services publics d’éducation, de santé, de sécurité… etc. Comme première expérience en la matière, le Président de la République a inauguré récemment la ville de Termessa, au Hodh Echarqi, née de la fusion de 22 villages, résultat de cette politique ambitieuse.
Pour apporter l’assistance nécessaire et dans le but d’alléger dans la mesure du possible la souffrance des citoyens, le commissariat aux Droits de l’Homme de l’Action Humanitaire et des relations avec la société civile et le Commissariat à la Sécurité Alimentaire ont effectué des actions considérables.
Ainsi, le Commissariat aux Droits de l’Homme a entrepris d’importantes réalisations en 2010, dans le domaine de l’action humanitaire et des interventions de secours dont nous pouvons citer la distribution de kits de secours (tentes, couvertures, nattes, produits alimentaires) au profit des sinistrés des inondations de l’hivernage dernier à l’intérieur du pays, et des 500 familles déménagées de la Kebba de l’abattoir, dans la moughataa de Ryadh à Nouakchott.
Par ailleurs, et dans le cadre de son programme d’amélioration des conditions de vie, le commissariat aux Droits de l’homme a clôturé les terres et à forer des puits.
Il a aussi procédé à l’organisation d’ateliers entre les wilayas pour faire connaître la carte d’évaluation humanitaire rapide, dont ont bénéficié 250 responsables régionaux (walis, hakem, chef de brigades de gendarmerie, chefs de service régionaux, responsables des ONG).
Et pour ce qui est de la société civile, qui constitue un acteur principal et actif pour participer au développement, il nécessite encore une action orientée et spécifiques pour l’encadrer et l’organiser et renforcer ses capacités. A cet effet, le gouvernement a décidé de combler ce vide durant l’année 2011 et, comme première étape, de mobiliser un montant de 37 millions d’Ouguiyas pour moderniser la réglementation qui organise les organisations de la société civile ; faire une étude pour la création d’un ordre de bénévoles ; faire un répertoire des organisations de la société civile nationale et organiser des cycles de formation au profit des OSC et des réseaux qui le composent.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs les députés,
Le commissariat à la sécurité alimentaire a assuré sa mission, au cours de l’année 2010, qui consiste au contrôle permanent de la situation alimentaire et l’intervention d’urgence, au besoin, en plus de l’exécution d’un vaste programme relatif à des micros projets et l’élaboration d’études importantes afin de s’enquérir de la situation des familles les plus nécessiteuses.
Dans ce cadre, et en partenariat avec le programme alimentaire mondial, le commissariat a ouvert 65 centres de nutrition publique au profit de 1.900 enfants handicapés, 10 écoles maternelles à l’intention de 1.000 enfants, en plus de 635 centres d’éducation alimentaire et secouriste au profit de 27 mille enfants. 2.368 tonnes d’aliments ont été utilisés dans cette opération.
Le commissariat a exécuté 236 projets, dans le cadre de l’opération vivres contre travail, au niveau des régions des deux Hodhs, de l’Assaba, Gorgol, en plus de la distribution de 1.760 tonnes d’aliment. Dans le domaine de l’appui aux agriculteurs au niveau des zones à grande densité animale, le commissariat a exécuté 133 km de clôture, répartis sur 52 sites dans les deux wilayas des deux Hodhs.
Le commissariat poursuivra ses programmes vivres contre travail en 2011 qui permettront la distribution de 2.800 tonnes d’aliments, au profit des groupes les plus démunis.
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,
Nous venons de présenter devant votre auguste Assemblée, un bilan de l’action du gouvernement durant l’année écoulée, et les grandes lignes du programme que nous comptons réaliser, conformément aux priorités définies par le Président de la République, au cours de l’année qui commence.
Nous tenons à vous affirmer que les grands défis que nous devons relever consistent à préserver la stabilité politique, à construire l’Etat de droit, à ancrer les libertés fondamentales et à repousser à l’extrême l’étendue de la pauvreté. Cela se fera surtout par le biais d’une croissance économique soutenue et d’un partage équitable des produits de cette croissance.
Dans le programme du gouvernement pour cette année, la priorité sera donnée à l’enseignement, à l’accès aux services de santé, à l’emploi et au renforcement des infrastructures.
Concernant l’enseignement, et conscients de la nécessité de concevoir une approche concertée pour prendre en main ce secteur vital, des états généraux de l’éducation et de la formation vont être organisés incessamment pour définir cette approche.
Dans le souci de renforcer le processus démocratique, et afin d’assurer les conditions d’organisation d’élections libres et transparentes conformément aux dispositions réglementaires en vigueur, le gouvernement prendra les mesures nécessaires pour superviser les élections législatives et municipales prévues cette année.
Le gouvernement poursuivra ses politiques sociales orientées vers les franges les plus démunies, afin d’améliorer leurs conditions de vie par la généralisation de l’accès aux services de base tels l’éducation, la santé, l’électricité, l’eau, le transport et la création d’activités génératrices de revenu.
Le gouvernement prendra les dispositions nécessaires pour faire face aux catastrophes naturelles et les épidémies, à travers la modernisation des moyens de prévision météorologique, la généralisation des centres de protection civile, et la disponibilité d’équipes médicales et vétérinaires mobiles et équipées.
Nous sommes tous interpellés, chacun selon ses moyens et en fonction de nos responsabilités, pour participer activement à définir les contours de la Mauritanie de demain.
Et nous ne pourrons jamais, quels que soient les moyens dont nous disposons, parvenir aux objectifs définis, sans la participation de tous les Mauritaniens, opposition et majorité, hommes et femmes, pour ériger l’édifice de notre Nation telle que nous voulons qu’elle soit ».


Dernière modification : 07/01/2011 12:16:26