Nouakchott,  24/12/2010
Mme Moulaty Mint El Moktar, ministre des affaires sociales, de l'enfance et de la famille a achevé la visite qu'elle effectuait au Maroc où elle prenait part, à la tête d'une délégation mauritanienne, aux travaux de la 4ème conférence arabe de haut niveau sur l'enfance tenue les 19, 20 et 21 décembre courant à Marrakech.
En marge des travaux, Mme la ministre a eu des entretiens avec laplupart des chefs de délégations participant à la conférence notamment le Maroc, le Soudan, la Palestine, l'Arabie Saoudite, le Yémen et le Koweit aux fins de renforcer la coopération en matière sociale et notamment s'agissant des questions liées à l'enfance.
Les participants ont réaffirmé, dans la "Déclaration de Marrakech", prendre un certain nombre de mesures de nature à relever le niveau de protection des enfants dans le monde arabe et appelé à élaborer des législations dans la région arabe qui criminalise les atteintes aux droits des enfants et garantissent sa protection contre toutes les formes d'exploitation, de violence ou de mauvais traitements.
Ils ont souligné l'appui aux observatoires et centres de protection de l'enfance, la désignation d'une instance centrale chargée de diriger et coordonner la lutte contre la violence à l'égard des enfants, l'encouragement des études comparatives entre les pays arabes pour renforcer les relations entre les programmes et stratégies destinées à l'enfant et à la famille.
Les auteurs de la déclaration de Marrakech ont insisté sur la nécessité de mettre au point des stratégies de lutte contre toutes les formes de violence contre les enfants et l'engagement à mettre en oeuvre les recommandations issues du rapport arabe comparé d'exécution des recommandations du secrétaire général de l'ONU pour stopper la violence contre les enfants, appelant à l'accélération des efforts nationaux consentis pour réaliser les objectifs de l'enseignement pour tous et la baisse du taux de déperdition scolaire à travers la révision des programmes d'enseignement formel et informel.
Par ailleurs, ils ont recommandé de prendre toutes les mesures pour limiter le phénomène du travail des enfants avant l'âge de 15 ans et chargé le secrétariat général de la Ligue arabe d'oeuvrer pour permettre à ceux qui ont déjà travaillé ainsi que les enfants handicapés de disposer de la sécurité sociale, sanitaire et préventive et de disposer aussi de la sécurité sociale pour les mères avant, pendant et après l'accouchement.
Les participants ont, en outre, insisté sur la mise en place d'un groupe d'experts pour actualiser le plan arabe de l'enfance et les plans nationaux sur la base des résultats des rapports d'évaluation de l'étape et la mise en place d'un plan de promotion des instruments arabes de lutte contre les effets négatifs des conflits armés sur les enfants, tout en garantissant l'accès des enfants victimes et de leur famille à l'aide nécessaire.
La mise en place d'un cadre d'action spécifique à la protection des enfants dans les zones sous occupation israélienne et la défense de leurs droits a été également l'objet d'un consensus de la part des participants qui ont encouragé la coopération nationale, régionale et internationale et l'échange d'expertises dans ce domaine.
Ils ont enfin exprimé leur engagement à intensifier les efforts déployés pour l'ancrage de l'action arabe commune dans le domaine de l'enfance.
Notons que Mme la ministre était accompagnée d'une importante délégationde son département composée du directeur de l'enfance, M. Mohamed Lemine Ould Hacen; de la directrice du centre de protection et d'insertion des enfants, Mme Meymouna Mint Taghi et de Mme le premier conseiller et chargé d'affaire de l'ambassade de Mauritanie à Rabat, Mme Mariem Mint Mohamed Ould Ahmedou.



Dernière modification : 24/12/2010 22:02:28