Nouakchott,  23/12/2010
M. Hamdy Ould Mahjoub, ministre de la communication et des relations avec le parlement a précisé au cours d'une conférence de presse jeudi après midi à Nouakchott que l'objectif de cette rencontre avec la presse est de discuter du projet de loi portant sur la presse électronique que le conseil des ministres vient d'approuver dans sa réunion d'aujourd'hui.
Le ministre a attiré l'attention sur le fait que la presse électronique est un type particulier nouveau qu'il est difficile de maîtriser et qu'il faut la traiter en posant des critères qui lui sont spécifiques.
Il a indiqué que le ministère va appuyer ce genre de presse en sa qualité de presse qui a une grande influence aux niveaux national et international et qu'on ne peut, au demeurant, ignorer.
Il a estimé que la problématique qui était posée est comment insérer ce genre de presse dans notre arsenal juridique car la loi 017/2006 sur la liberté de la presse n'a pas englobé la presse électronique.
Le ministre a relevé que le conseil des ministres a approuvé aujourd'hui, un projet de loi qui modifie les articles 4 et 6 de la loi 017/2006 qui définissent les types de medias. L'article 6 définit les journalistes professionnels. Les journalistes de la presse électronique, en leur qualité de journalistes professionnels, ont été adjoints à la liste.
Le ministre considère que l'objectif de cette modification, qui a introduit la presse électronique dans l'arsenal juridique, est de reconnaître le rôle de cette presse dans le pays en tant que presse importante et de définir les différents types de medias électroniques. C'est ainsi que les sites électroniques d'information et ceux qui sont de type commercial ou autre ont été définis.
M. Hamdy Ould Mahjoub a indiqué que la presse électronique bénéficiera des aides spécifiées par la loi 017/2006 et pour qu'elle puisse bénéficier de cette aide, il faudrait que cela s'inscrive dans un cadre juridique et que cette presse soit organisée en entreprises dont les journalistes disposent de la carte de presse en leur qualité de journalistes professionnels.
Le ministre a attiré l'attention sur le fait que l'Etat a pris en charge cette année 70% des coûts d'impression de 229 journaux estimant que ce genre d'appui public est le seul qui existe pour le moment. Mais cet appui n'est pas adapté à la situation de la presse électronique qui peut être toutefois soutenue à travers l'hébergement de ses sites de manière gratuite par la direction des nouvelles technologies et ce, en plus de la formation et de l'encadrement de ses journalistes comme appui spécifique possible qui tient compte de sa situation particulière.



Dernière modification : 23/12/2010 19:53:40