Nouakchott,  13/12/2010
Le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre Chargé de l'Environnement et du Développement Durable, M. Ba Housseynou Hamadi a prononcé une importante allocution le 9 décembre dernier face au Segment de Haut Niveau de la 16 ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique dont nous vous livrons quelques larges extraits.
" La tenue de cette 16 ème conférence des parties, ici à Cancun offre une nouvelle opportunité à notre communauté afin de dépasser nos divergences et nos intérêts antagonistes constatés à Copenhague, pour le bonheur de notre planète" a dit le ministre.
Rappelant Copenhague le ministre a souligné" il y a presque une année la communauté internationale était mobilisée pour la réussite du Sommet de Copenhague sur les Changements climatiques espérant trouver un accord juste et généreux permettant d'atténuer les effets du changement climatique sur notre planète terre et en même temps réduire considérablement les émissions des gaz à effets de serres. Malheureusement nos intérêts égoistes ont freiné cet élan et même la promesse de mise en place d'un fonds de 100 milliards de USD d'ici 2020 au profit des pays qui en ont besoin, tarde à venir".
" Au nom de quel principe nous devons sacrifier les générations futures ou même contribuer à la disparition de la vie sur notre planète pour satisfaire nos besoins immédiats de développement! Ne sommes nous pas responsables de la perpétuation de la vie sur terre! Pourrions- nous nous barricader pour ne pas subir les effets de changement climatique en mettant des sentinelles à nos frontières! Pouvions nous continuer à assister à notre autodestruction sans réagir" s'est insurgé le ministre à l'adresse de l'auguste conférence.
Pour en revenir à la Mauritanie, il a noté que " depuis 40 ans nous luttons contre les effets de changement climatique et notamment la désertification qui détruit plus de 10 000 ha de forêt par an, appauvrit et érode les sols, assèche nos lacs, mares, rivières et oueds, dévore notre couvert végétal et impacte tout développement économique et social de nos populations".
" Comme vous le voyez, a-t-il conclu, notre communauté a besoin d'un consensus et que le train doit partir doucement sans qu'aucun wagon ne soit laissé en rade afin que nous atteignions Durban avec une meilleure visibilité et un monde meilleur".
Il est à rappeler que la conférence de Cancun s'est achevée sur des notes d'espoir sonnant la communauté internationale à prendre, à bras le corps, la donne environnementale pour le bonheur de la postérité.
Dernière modification : 13/12/2010 22:35:58