Nouakchott,  27/11/2010
Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz a procédé, samedi matin à Nouakchott, à la coupure du ruban donnant ainsi le lancement de l'unité de radiothérapie et de médecine nucléaire, et ce dans le cadre des festivités commémorant le cinquantenaire de l'indépendance nationale.
Le Président de la République a dévoilé, à cette occasion, la plaque commémorative de cette importante réalisation de nature à renforcer le rôle joué par le centre national d'oncologie qui est considéré comme une référence dans le diagnostic et le traitement des cas de cancer dans le pays et l'allègement des souffrances des malades, disponibilisant ainsi, pour le pays, d'importants montants en dévises qui étaient consacrés aux traitements à l'étranger et qui seront désormais orientés au service du développement de la Maurritanie.
Le Président de la République a entendu des explications présentées par les responsables du centre national d'oncologie sur le rôle de cette unité dans le renforcement de l'action du centre dans le domaine du traitement des cancers par des techniques modernes.
Il a ensuite visité les différentes composantes du centre.
Le Président de la République a été accueilli à son arrivée au centre par le Premier ministre, Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, le ministre de la Santé, Dr Cheikh El Moctar Ould Horma Ould Bebana, le wali de Nouakchott, le vice-président de la communauté urbaine de Nouakchott et les autorités administratives et municipales de la moughataa de Tevragh Zeina.
Dans un mot qu'il a prononcé à cette occasion, le ministre de la santé, Dr Cheikh El Moctar ould Horma ould Bebana a affirmé que ce centre est le premier de son genre dans la sous région, précisant qu'il traite la majeure partie des différents types de cancer connus dans le monde et avec les méthodes les plus modernes découvertes juque là par la technologie.
Le ministre a ajouté que les responsables de l'Agence Internationale d'Energie Atomique ont été émerveillés par la rapidité avec laquelle le centre a été réalisé. Ils considèrent ce centre comme " un modèle que les autres doivent suivre".
Le ministre a souligné que le centre a été créé sur instruction du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, soulignant que toutes les étapes de sa réalisation ont été contrôlées par l'Agence Internationale d'Energie Atomique.
Il a estimé que cette unité " met fin aux souffrances des malades atteints de cancer" qui étaient habitués, a-t-il dit, "à engager une course avec la mort devant les portes des hôpitaux à l'étranger".
Le ministre a poursuivi en disant:
" Les régimes précédents ont disparu à jamais laissant ces malades à l'étranger avec seulement leurs souffrances. Ils commenceront (les malades) à partir d'aujourd'hui leur retour à leur patrie pour bénéficier toute l'attention que leur accorde leur Etat et vivre au sein des leurs". " Nos frères dans les Etat voisins fondent aussi de grands espoirs sur cette unité pour soigner leurs malades atteints de cancer", aconclu le ministre.
Prenant la parole à son tour, le directeur général de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), M. Yukiya Amano a loué, dans un message lu, en son nom, par son représentant, M. Jean Pierre Cayol, la réalisation du Centre National D'Oncologie ainsi que le niveau de coopération existant entre la Mauritanie et son institution.
Il a ajouté que l'unauguration du premier centre national de traitement des malades atteints du cancer marque "un tournant majeur dans le développement de la coopération entre le gouvernement de la Mauritanie et l'AIEA", insistant sur l'intérêt qu'il accorde personnellement à cette importante réalisation.
Il a rappelé que la Mauritanie est membre depuis seulement 2004, mais que des progrès remarquables ont été accomplis. En 2007, a-t-il précisé, le programme de coopération technique entre la Mauritanie et l'AIEA comprenait trois projets nationaux, notamment dans le domaine de la planification énergétique, de la santé animale et des ressources en eau. En 2009, a-t-il poursuivi, deux projets supplémentaires ont été approuvés par l'AIEA, notamment le projet sur la création de l'unité de radiothérapie et de médecine nucléaire et celui sur la mise en place d'une infrastructure nationale de règlementation et de contrôle des sources de rayonnements. Ce qui porte à cinq, a-t-il dit, le nombre total actuel de projets nationaux de la Mauritanie au titre du cycle de programme 2009- 2011 en cours.
Il a en outre indiqué qu'en juillet 2010 une mission a été effectuée en Mauritanie dans le but d'évaluer de manière détaillée les capacités de lutte contre le cancer dans le pays et les besoins de ce dernier.
Le responsable de l'AIEA a souligné que le renforcement des capacités et le développement du capital humain restent au nombre des composantes majeures du programme de coopération technique entre la Mauritanie et l'AIEA.
Il a enfin précisé que depuis 2007, 34 mauritaniens ont bénéficié de voyages d'études et de bourses de formation de moyenne et longue durée dans les diverses applications des sciences et technologies nucléaires.
La radiothérapie est une méthode de traitement locorégional du cancer. On en distingue deux grandes techniques: la radiothérapie externe: c'est la méthode la plus connue et la plus utilisée, la source de rayonnement est à l'extérieur du malade.
La radiothérapie est, avec la chirurgie, le traitement le plus fréquent des cancers et peut entraîner une guérison à elle seule.
Elle peut être utilisée seule ou associée à la chirurgie et à la chimiothérapie. Ses indications sont liées au type de la tumeur , à sa localisation, à son stade et à l'état général du patient. Elle peut être faite en ambbulatoire, c'est-à-dire sans hospitalisation, car les séances sont de courte durée et les effets secondaires moindres que lors d'une chimiothérapie.
L'acquisition de cette technique de traitement du cancer vient compléter donc les deux autres méthodes déjà utilisées en Mauritanie, à savoir la chirurgie et la chimiothérapie.
Le centre natiobnal d'oncologie (CNO) a été créé par décret n° 181/2008 du 24 décembre 2008.
Etablissement public autonome, il élabore, entre autres, un plan cancer en Mauritanie, en étroite collaboration avec le ministère de la santé , l'Organisation Mondiale de la Santé, l'Agence internationale à l'Energie Atomique et l'Union Internationale contre le cancer.
Grâce à l'ouverture du centre, les évacuations sanitaires à l'étranger ont reculé de 87% en ce concerne le traitement chimiothépique.
Sur 952 patients répertoriés au niveau du registre du centre, il a été relevé 56,5 % de cancer chez la femme, 40,5 % chez l'homme et 3 % chez les enfants. De même, 78,4 % des patients évacués à l'étarnger ont bénéficié d'une radiothérapie.
D'une capacité de 60 lits, ce centre est supervisé par un groupe de médecins et d'experts nationaux et étrangers.
Plusieurs spécialistes sont actuellement en formation à l'étranger à la charge de l'AIEA.
Le centre est le fruit de la coopération avec l'AIEA. Il bénéficie aussi de la contribution de l'Association Lalla Selma de lutte contre le cancer, au Maroc, du Centre d'Oncologie Ibn Rochd à Casablanca, de l'Institut National d'Oncologie à Rabat et de l'Institut National du Cancer, en France.
La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du Président de l'Assemblée Nationale, M. Messaoud Ould Boulkhaire, des membres du gouvernement, de ceux du coprs diplomatique accrédité en Mauritanie et des représentants des organisations internationales à Nouakchott.

Dernière modification : 27/11/2010 08:00:00