Tribunes

EL YESSAA OULD MOHAMED OULD SOUEID AHMED «Je suis fier des aventures et des sacrifices consentis par la première génération qui a contribué à fonder l’Etat»

Nouakchott,  04/11/2010
El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed a été l’un des premiers magistrats de la Mauritanie qui ont joué un rôle de premier plan dans le domaine de la justice.
Il nous raconte ses souvenirs, dans cette interview réalisée dans le cadre des festivités commémoratives du cinquantenaire de l’indépendance nationale. Il a ajouté qu’à cette époque tous les jeunes de sa génération étaient très attachés à l’indépendance et soutenaient toute décision dans ce sens ce qui prouvait leur engagement au service de la patrie et les sacrifices consentis dans ce domaine.
Voici la traduction de cette interview:
AMI: La commémoration du cinquantenaire de l’indépendance nationale offre l’opportunité d’éclairer les citoyens sur les évènements
qui ont précédé le 28 Novembre et sur l’élite de cette époque. Quels sont vos
souvenirs dans ce domaine?
El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed: Tout d’abord j’aimerai féliciter les
établissements publics de presse pour le rôle combien important qu’ils n’ont cessé de
jouer notamment dans la préparation médiatique de ce cinquantenaire et pour le rappel
des souvenirs glorieux des fils de ce pays qui ont milité pour sa construction.
Je ne fais pas partie de la première génération qui a contribué à la fondation de l’Etat
et de son indépendance, mais je suis fier de leurs aventures et des sacrifices qu’ils ont
consentis au service de la patrie et de sa sauvegarde.
Pour cela je me limiterai à ma spécialité et mon domaine qui est celui de la justice que
j’ai servie en raison de ma conviction de l’importance de son rôle dans l’édification
des Etats et dans la vie des sociétés humaines comme en témoigne notre sainte religion,
l’Islam. Je suis fier des sacrifices des précédentes générations au service de la patrie
Au moment de l’indépendance, j’étais jeune et je travaillais dans le domaine de
l’enseignement comme surveillant au lycée de Rosso.
Tout ce dont je me rappelle, c’est que nous étions à l’époque très attachés à l’indépendance et que nous soutenions toute décision dans ce sens ce qui prouve l’engagement de notre génération au service de la patrie et les sacrifices consentis dans ce domaine.
Cela s’est traduit dans les domaines de l’administration, de la gestion, de la justice,
de l’enseignement,.etc., et en général l’abnégation et l’engagement au service de la
nation étaient les principales caractéristiques de l’époque.
Mais suite à l’instabilité politique et les coups d’Etat successifs, d’autres facteurs ont
contribué au changement négatif des mentalités ainsi que la sécheresse tous ces facteurs
ont poussé les gens à chercher l’enrichissement à n’importe quel prix au sein des cadres
et des intellectuels.
Mais la situation a commencé à se dégrader totalement au cours des 20 dernières années quand les cadres ont commencé à amasser les richesses au détriment de l’Etat
et du peuple.
AMI: En tant qu’ancien magistrat quelles étaient les caractéristiques morales de celuici
à l’époque?
El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed: Comme tous les fonctionnaires del’époque, les magistrats étaient engagés au service de leur mission, ils étaient également qualifiés. C’est ainsi qu’ils ont pu jouer convenablement leur rôle avec professionnalisme Ils étaient au nombre de 15 dans toute la République et les affaires soumises à la justice étaient négligeables. Les différents étaient réglés à l’amiable et il
’y avait pas de police judiciaire. Alors nous étions obligés de faire appel à une police judicaire étrangère.
AMI: Au début de la rencontre vous avez cité le tribunal d’Aioun qui était décevant
sur le plan judicaire et vous avez à l’époque démissionné, avez-vous un mot à dire sur
cette question?
El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed: Je pense que cet incident est isolé et
ne reflète pas la situation de la justice, mais la nature du dossier et sa complexité ont
accordé la priorité à l’intérêt général au détriment de la justice.
Traduit et réécrit par Yacoub Ould El Ghassem.
Biographie de M. El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed
El Yessaa Ould Mohamed Ould Soueid Ahmed est né en 1939 à Tidjikja.
En 1948 il entra à l’école primaire de Rosso, puis au Lycée Faidherbe où il a obtenu le Baccalauréat.
-1958-1959, il enseigna pendant 2 années, à l’instar de tous les instruits mauritaniens, notamment Me. Moctar Ould Daddah.
-1961 il participa au concours d’entrée à l’Institut des hautes études des colonies françaises d’Outre Mer, mais après son admission, il fût orienté vers la magistrature
ce qu’il refusa et présenta sa démission à l’ambassadeur de Mauritanie à Paris.
Mais au cours de la visite de Moctar Ould Daddah à Paris, Ould Soueid Ahmed fût convoqué à l’ambassade et Moctar a réussi à le convaincre de revenir sur sa décision.
- 1963: il achève sa formation avec la première promotion de magistrats mauritaniens
dont faisait partie Guewad Ould Mohamed, décédé tout dernièrement. Qu’Allah l’accueille en Son Saint Paradis.
A son retour en Mauritanie il fût nommé directeur de la direction judiciaire au ministère de la Justice avant de poursuivre sa formation à Tunis à la
Faculté de droit où il obtint sa licence.
De retour au pays, M. El Yassa a été nommé substitut du procureur de la République auprès de l’unique tribunal qui existait en Mauritanie et en même temps procureur général près la Cour suprême de 1968 à 1976.
Il a été ministre de la Culture, des finances, de l’enseignement primaire, de la Fonction publique, puis président de la Cour suprême en 1979 et 1982. Il fût également nommé conseiller juridique du Premier ministre, puis wali du Hodh El Gharbi, du Gorgol avant d’être nommé ministre des Pêches, de la Fonction publique, contrôleur général de l’Etat,president de la cour des copmtes et ministre de la justuce.

Traduit, réécrit et mis en forme par Yacoub Ould El Ghassem
Dernière modification : 04/11/2010 08:00:00